Une policière enterre son père et sauve une terroriste
Rechercher

Une policière enterre son père et sauve une terroriste

Maya Stolero : "Au moment de mes interventions, je mets ma douleur personnelle et mes opinions de côté"

La  famille et les amis d'Alexander Levlovitz assistent à ses funérailles, le 16 septembre 2015.  (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
La famille et les amis d'Alexander Levlovitz assistent à ses funérailles, le 16 septembre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Maya Stolero est policière depuis 20 ans et elle est formée aux premiers secours.

La semaine dernière, alors qu’elle se trouve au quartier général de la police de Jérusalem, la policière est appelée sur les lieux d’une attaque au couteau.

Lorsqu’elle arrive sur les lieux, une jeune femme de Jérusalem-Est est allongée sur le sol. Les forces de police lui ont tiré dessus après que cette dernière ait tenté de poignarder un agent de la police des frontières.

Maya Stolero témoigne : « J’ai vu qu’elle avait besoin d’aide et j’ai fait tout ce que j’ai pu, » rapporte le Washington Post.

La terroriste est identifiée comme Marah Bakir, 15 ans, résidente de Jérusalem-Est. Après l’intervention de Maya Stolero, son état est reporté stable et elle est transférée dans un hôpital israélien.

Maya Stolero, comme les autres unités médicales israéliennes, est formée à sauver la vie des terroristes.

La  famille et les amis d'Alexander Levlovitz assistent à ses funérailles le 16 septembre 2015  (Crédit photo: Hadas Parush / Flash90)
La famille et les amis d’Alexander Levlovitz assistent à ses funérailles le 16 septembre 2015 (Crédit photo: Hadas Parush / Flash90)

Maya Stolero a perdu son père il y a un mois.

Ce dernier, Alexander Levlovitz, a été la première victime de la nouvelle vague de violence qui secoue Israël depuis plus d’un mois.

La voiture d’Alexander Levlovitz a été attaquée le 13 septembre dernier par des lanceurs de pierres à Jérusalem. Suite à l’attaque, le véhicule a foncé dans un fossé avant de percuter un poteau. Levlovitz est mort des suites de ses blessures le lendemain matin.

Maya Stolero explique : « Au moment de mes interventions, je mets ma douleur personnelle et mes opinions de côté, je respecte l’entrainement que j’ai reçu en tant que représentante de l’ordre et je mets en avant les valeurs qui m’accompagnent ».

La policière, mère de trois enfants, habite à Maale Adunim, dans les implantations. alors que la famille de Levlovitz vient de commémorer le mois du décès d’Alexander, les jeunes Palestiniens accusés d’avoir jeté les pierres sur la voitures du père de Maya ont été entendus jeudi dernier devant la cour.

Les poursuites retiennent le terme « d’homicide » et non de « meurtre ».

Selon les avocats de la défense, les auteurs présumés n’avaient pas l’intention de tuer le conducteur mais d’endommager le véhicule.

Selon Maya Stolero, la loi devrait considérer les pierres comme des armes : « une pierre est clairement une arme qui peut tuer et la preuve en est, mon père a été tué par un jet de pierre. »

Elle ajoute : « Quand ils ont jeté des pierres, ils ne savaient même pas qui était à bord du véhicule. Cela aurait pu être une personne non juive, c’est l’absurdité de la situation ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...