Une punition divine accusée de la vague d’incendies
Rechercher

Une punition divine accusée de la vague d’incendies

La profanation du Shabbat, l’évacuation prévue des avant-postes de Cisjordanie et un projet de loi sur les muezzins sont vus comme les raisons ayant apporté la malédiction sur Israël

Vue générale des dégâts causés dans une maison brûlée à Haïfa après un incendie de forêt, le le 25 novembre 2016 . (Crédit : AFP/jack Guez)
Vue générale des dégâts causés dans une maison brûlée à Haïfa après un incendie de forêt, le le 25 novembre 2016 . (Crédit : AFP/jack Guez)

Alors que les responsables israéliens ont accusé un mélange de négligence, de mauvaises conditions climatiques et d’incendiaires terroristes de la série d’incendies qui a ravagé le pays la semaine dernière, certaines « autorités » juives et musulmanes ont indiqué un pyromane bien plus puissant : Dieu.

Le rabbin séfarade Tzion Boaron a affirmé que les dizaines d’incendies qui ont détruit des centaines de logements et forcé des dizaines de milliers de personnes à fuir leurs maisons étaient une punition pour la profanation généralisée du Shabbat.

« Le feu n’existe que là où Shabbat est profané », a déclaré Boaron en citant un passage du Talmud (Shabbat 119b).

Le même passage avait été invoqué en décembre 2010 par l’ancien grand rabbin séfarade d’Israël, Ovadoa Yosef, au moment du désastreux incendie du Carmel, qui a tué 44 personnes.

« Ce n’est pas une coïncidence, ces choses arrivent pour évoquer le respect de Shabbat », a déclaré Boaron selon le site d’informations Walla.

Il a exprimé son inquiétude que le nombre croissant de commerces ouverts à Shabbat ne rende Israël « comparable à l’Europe ».

Des pompiers israéliens à Beit Meir, le 25 novembre 2016 (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)
Des pompiers israéliens à Beit Meir, le 25 novembre 2016 (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)

La semaine dernière, une importante figure du mouvement israélien des implantations avait affirmé que les incendies étaient une punition divine pour les projets gouvernementaux de démantèlement de certains avant-postes de Cisjordanie.

Le rabbin Elyakim Levanon, de l’implantation d’Elon Moreh, a fait cette déclaration controversée sur les 250 feux enregistrés en Israël ces derniers jours dans un pamphlet publié jeudi, avait alors annoncé le site d’information Srugim.

« Les vents forts apportent généralement la pluie, mais à présent tout est sec et inflammable. C’est la main de D.ieu qui en est à l’origine. Le gouvernement israélien reporte l’approbation de la loi de régulation », a écrit Levanon, en référence à un projet de loi visant à légaliser Amona et d’autres avant-postes de la Cisjordanie considérés comme illégaux par la Cour suprême.

Elyakim Levanon, qui dirige la yeshiva d'Elon Moreh, est le grand rabbin des implantations de Samarie et le rabbin du site internet Kippa. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Elyakim Levanon, qui dirige la yeshiva d’Elon Moreh, est le grand rabbin des implantations de Samarie et le rabbin du site internet Kippa. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

« Jusqu’à ce que la disgrâce de la menace d’expulsion ne soit levée sur Amona, Ofra et ailleurs, aucune pluie ne tombera », a-t-il écrit.

D’autre part, un responsable du Hamas a déclaré que les incendies étaient une punition pour un projet de loi discuté à la Knesset visant à limiter le volume des appels à la prière des mosquées en Israël.

« Les incendies qui ont éclaté en différents endroits de Palestine occupée sont un signe de l’indignation des cieux devant les sionistes », a déclaré Mouchir al-Masri pendant un rassemblement à Gaza dans le week-end. « Dieu a mis en garde avec cette sévère punition quiconque désire empêcher l’appel à la prière à Al-Aqsa ou attaquer les mosquées. »

En réponse à ces déclarations, le député du Likud Yehuda Glick, qui est également rabbin, a déclaré sur Twitter qu’il attendait toujours que quelqu’un se désigne comme responsable.

« J’attends qu’un rabbin dise ‘Ce feu est à cause de moi, parce que j’ai mal parlé des autres, je n’ai pas aidé quelqu’un, je ne me suis pas assuré de me laver les mains’, etc. », a-t-il écrit.

La semaine dernière, des dizaines d’incendies ont fait rage en Israël. La plupart d’entre eux étaient faibles, mais certains ont été très importants, comme dans le port de Haïfa, alors que la sécheresse, le faible taux d’humidité, et les vents importants ont transformé la région en poudrière.

Des dizaines de milliers de personnes ont dû être évacuées, alors que des centaines de maisons ont été abîmées ou détruites. Des dizaines de personnes ont été hospitalisées après avoir inhalé de la fumée.

Jeudi, 60 000 habitants de Haïfa ont été évacués, ce que le maire de la ville a appelé la plus grande mobilisation civile de l’histoire du pays, alors qu’un énorme incendie menaçait la ville du nord du pays.

Les responsables de la ville de Haïfa ont annoncé que le feu, de loin le plus important des cinq derniers jours, avait endommagé entre 400 et 530 logements, dont 400 sont inhabitables et 37 totalement détruits.

Dimanche matin, les autorités ont annoncé que les pompiers avaient pris le dessus sur les flammes, et présenté une évaluation provisoire selon laquelle la série d’incendies avait pris fin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...