Une société israélienne de cyber-sécurité met en lumière le potentiel des femmes dans la technologie
Rechercher

Une société israélienne de cyber-sécurité met en lumière le potentiel des femmes dans la technologie

EverCompliant emploie 60 % de femmes, soit deux fois plus que la moyenne dans le secteur

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Ron Teicher en réunion avec les employés d'EverCompliant. (Crédit : autorisation)
Ron Teicher en réunion avec les employés d'EverCompliant. (Crédit : autorisation)

La société israélienne EverCompliant, spécialisée dans la cyber-sécurité, emploie près de deux fois plus de femmes que les autres sociétés de l’industrie du high-tech. Son secret ? Choisir le meilleur candidat, a assuré le fondateur et président de la société Ron Teicher.

« Ce n’est pas une décision consciente, ça s’est fait comme ça. Nous avions des candidats qui défilaient pour les entretiens, et dans la plupart des cas, les candidates étaient meilleures », a expliqué Teicher. « En tant que père de deux filles, j’en suis très, très fier. »

Les femmes représentent 26 % des 140 000 employés du secteur de la recherche et du développement en Israël, ce qui correspond à 36 000 femmes environs, selon les données fournies par l’Autorité de l’Innovation. Chez EverCompliant, près de 60 % de ses 60 employés sont des femmes, et la plupart d’entre elles sont dans la recherche et le développement, a déclaré Teicher.

La société, fondée en 2008, propose aux banques, aux prestataires de paiement et aux marchés virtuels de lutter contre le blanchiment de transaction, le blanchiment d’argent à l’ère numérique, en somme. EverCompliant peut regarder dans les portefeuilles des clients et identifier une éventuelle connexion à des criminels potentiels qui utilisent leurs capacités de renseignements.

« Il s’agit principalement de ne pas laisser les criminels ou les terroristes placer leur argent sale dans le système de paiement pour qu’il y disparaisse », a expliqué Teicher.

Le blanchiment de transaction est un problème majeur pour les entreprises, parce qu’ils peuvent être tenus responsables pour des crimes facilités par leurs plateformes.

Pour Teicher, la proportion de femme dans son entreprise est simplement due au fait que durant l’embauche, il n’a pas de préjugés. Il estime que certains employeurs sont réticents à embaucher des femmes parce qu’elles pourraient avoir à s’absenter, notamment en cas de grossesse.

« Dans cette entreprise, je me sens égale à 100 % », a affirmé Lital Mor, directrice de la réussite clientèle chez EverCompliant. Mor gère une équipe de 17 employés et traite avec des clients au quotidien.

Lital Mor, directrice de réussite clientèle chez EverCompliant. (Crédit : autorisatoon)
Lital Mor, directrice de réussite clientèle chez EverCompliant. (Crédit : autorisatoon)

Mor pense que la position des femmes dans le secteur du high-tech est meilleure en Israël qu’ailleurs, en partie grâce à l’armée.

« L’armée joue un rôle énorme dans la construction de la personnalité et le développement des talents », a-t-elle dit. « Cela vous conduit à un certain niveau d’équité. »

Teicher approuve et ajoute que l’armée préfère avoir des soldates à certains postes plutôt que des soldats.

« On quitte l’armée avec des compétences », analyse Teicher. « Mais aussi avec la compréhension qu’ils ont des compétences égales, donc je pense que cela aide une fois sur le marché du travail. »

De vrais problèmes subsistent cependant, en Israël et ailleurs, et c’est en partie à cause de l’instruction. En Israël, la moitié des lycéens qui obtiennent leur diplôme de fin d’études avec le plus haut niveau en mathématiques sont des femmes, mais seulement un tiers d’entre elles intègre des filières scientifiques ou technologiques à l’université, conte 66 % des garçons.

Selon une étude menée par le Conseil économique national d’Israël, les obstacles principaux auxquels sont confrontées les filles et les femmes sont les stéréotypes sexistes, un environnement peu réceptif dans les cours de science, une mauvaise estime de soi au sujet de leurs compétences, un manque de connaissance des options qui s’offrent à elles, le manque de figures de références, et le besoin de concilier vie privée et vie professionnelle.

Ron Teicher, fondateur et PDG d'EverCompliant. (Crédit : autorisation)
Ron Teicher, fondateur et PDG d’EverCompliant. (Crédit : autorisation)

Teicher a pris en compte la disparité hommes/femmes à l’université comme moyen d’expliquer le peu de femmes présentes dans le secteur, mais assure qu’il a autant de candidatures de la part de femmes que d’hommes dans son entreprise.

Mor ajoute que certains problèmes sont culturels, même si Israël n’est pas le pays le plus concerné.

« Nous observons un décalage, et la plupart des postes de cadres sont tenus par des hommes. Les termes ‘entrepreneurs’ et ‘prise de risque’ sont associés aux hommes », a affirmé Mor.

« Peut-être que les femmes restent à l’écart de ce type de positions parce qu’elles ressentent que c’est un secteur dominé par les hommes. Mais une fois qu’elles y entrent, et spécialement en Israël, elles trouvent leur voie. »

Teicher est persuadé que la situation va s’améliorer, notamment grâce à la tendance qui voit de plus en plus de femmes étudier dans le domaine de l’ingénierie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...