Rechercher

Une synagogue allemande vandalisée pendant l’office de Yom Kippour

Un objet a été lancé à travers la fenêtre de la synagogue de Hanovre alors que les prières étaient en cours ; une enquête a été ouverte afin de savoir ce qui s'est passé exactement

Le rabbin de la communauté juive de Hanovre, en Allemagne, a posté des photos d'une fenêtre brisée qui, selon elle, a suivi une attaque pendant les offices de Yom Kippour, en 2022. (Crédit : Instagram via JTA)
Le rabbin de la communauté juive de Hanovre, en Allemagne, a posté des photos d'une fenêtre brisée qui, selon elle, a suivi une attaque pendant les offices de Yom Kippour, en 2022. (Crédit : Instagram via JTA)

JTA – Une fenêtre brisée a interrompu les derniers instants de l’office de Yom Kippour à Hanovre, en Allemagne, déstabilisant une communauté juive déjà anxieuse en raison d’attaques antérieures pendant la fête.

Les autorités locales ont rapporté ne pas savoir exactement ce qui s’est passé dans cette synagogue orthodoxe. La police enquête et a appris, pour l’heure, qu’il n’y avait pas de caméras de surveillance dans les environs, selon les médias locaux. Aucun blessé n’a été signalé.

Le président de la synagogue a déclaré qu’il pensait que quelqu’un était entré dans l’enceinte de la synagogue et avait jeté un objet par la fenêtre. Le rabbin de la synagogue a déclaré qu’il considérait que la fenêtre brisée représentait une attaque directe contre sa communauté.

« Je ne veux pas minimiser ce qui s’est passé, mais de tels actes criminels sont monnaie courante », a écrit le rabbin Shlomo Afanasev sur Twitter, où il a publié des vidéos de la fenêtre brisée. « Nous ne nous laisserons pas intimider et continuerons à développer nos communautés, nos familles et le judaïsme en Allemagne. »

L’incident survient trois ans après l’attaque d’une synagogue à Halle, en Allemagne, pendant Yom Kippour, perpétrée par un extrémiste néonazi qui purge actuellement une peine de prison à vie pour avoir tué deux personnes. L’année dernière, la police allemande a déclaré avoir déjoué une attaque le jour de Yom Kippour contre une synagogue à Hagen, planifiée par une famille ayant des liens avec le terrorisme islamique.

La rabbin Rebecca Blady, qui était présente lors de l’attentat de Halle et qui dirige un centre Hillel en Allemagne depuis Berlin, a tweeté qu’elle avait renoncé à se connecter à Internet à l’issue de Yom Kippour parce qu’elle redoutait ce qu’elle y découvrirait.

« Yom Kippour n’est jamais calme ici. J’ai repoussé de plusieurs heures après la fin du jeûne le moment ou j’ai rallumé mes appareils et consulté mes comptes. Pour faire honneur à ce que j’ai eu la chance de vivre à Berlin aujourd’hui. Parce que d’une certaine manière, en Allemagne, ce sentiment ne peut pas durer. Schade », a écrit Blady, en utilisant le mot allemand qui signifie « pitié ».

Les autorités allemandes veulent une explication complète de l’incident de Hanovre. « S’il est confirmé que la fenêtre a été vandalisée, il ne s’agit pas d’un simple dommage matériel », a déclaré Boris Pistorius, le ministre de l’Intérieur de Basse-Saxe, dans un communiqué. « Toute forme de violence contre la communauté juive est une attaque contre notre société libre, ouverte et solidaire. »

Le gouvernement allemand a signalé une augmentation de 29 % des incidents à caractère antisémite entre 2021 et 2022, la plupart des incidents émanant de l’aile droite du pays et la plupart étant liés à des activités en ligne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...