Une veuve embrasse les policières qui ont accidentellement tué son mari
Rechercher

Une veuve embrasse les policières qui ont accidentellement tué son mari

Yifat Ben-Ari n’est pas en colère contre les policières, qui visaient des terroristes à la porte de Jaffa ; elles sont « comme ses filles »

Yifat Ben-Ari (à gauche), dont le mari a été tué par une balle perdue de la police, embrasse les policières qui a accidentellement tiré sur lui pendant une attaque au couteau. (Crédit : police d'Israël)
Yifat Ben-Ari (à gauche), dont le mari a été tué par une balle perdue de la police, embrasse les policières qui a accidentellement tiré sur lui pendant une attaque au couteau. (Crédit : police d'Israël)

La veuve d’un homme de Jérusalem tué par une balle perdue de la police le mois dernier a rencontré mardi les deux officiers de police qui ont accidentellement tué son mari, leur disant qu’elle ne les accuse pas et qu’elles ont agi correctement dans une situation compliquée.

Pendant une rencontre émouvante avec le ministre de la Sécurité intérieure, Yifat Ben-Ari – dont le mari est mort à la suite de coups de feu pendant une attaque terroriste à la porte de Jaffa de Jérusalem le 23 décembre – a dit aux deux femmes de la police des frontières qu’elles étaient comme des filles pour elle.

La policière qui a ouvert le feu devant la Vieille Ville de Jérusalem quand deux assaillants palestiniens ont commencé à poignarder des Israéliens. Un homme, le rabbin Reuven Biermacher, a été tué. Ben-Ari a été tué par les coups de feu de la police, des témoins déclarants qu’il pourchassait les terroristes quand il a été touché.

« Je ne suis pas en colère contre vous, a dit Yifat Ben-Ari aux policières. Vous avez fait exactement ce que vous deviez faire pour sauver des vies. »

« Je vous considère comme mes filles, a continué la veuve. Je veux que vous preniez un nouveau départ et que vous ne regardiez pas derrière vous, mais devant. Ce qui est arrivé aurait pu arriver à mes filles ou à quelqu’un d’autre. »

Ofer Ben-Ari (Crédit : courtoisie)
Ofer Ben-Ari (Crédit : courtoisie)

Pendant la rencontre, le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a salué Ben-Ari comme un « héros d’Israël », et déclaré qu’il avait quitté sa voiture pour courir après les terroristes.

« Malgré la terrible tragédie, la police des frontières qui est arrivé sur les lieux a répondu précisément, comme il était attendu d’elle », a déclaré Erdan.

Les deux filles de Ben-Ari ont également assisté à la rencontre, qui s’est terminé par des embrassades entre les policières et les membres de la famille.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...