Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

USA: Abbas se sert des fonds destinés aux hôpitaux pour payer les terroristes

Le Département d'Etat ne veut plus financer les hôpitaux de l'AP à Jérusalem et invoque l'allocation mensuelle que va verser Abbas à la famille de l'assassin d'Ari Fuld, né aux USA

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

La porte-parole du Département d'État de l'époque, Heather Nauert, prend la parole lors d'une séance d'information au Département d'État à Washington le 9 août 2017. (AP Photo/Alex Brandon, Dossier)
La porte-parole du Département d'État de l'époque, Heather Nauert, prend la parole lors d'une séance d'information au Département d'État à Washington le 9 août 2017. (AP Photo/Alex Brandon, Dossier)

WASHINGTON – L’administration Trump a déclaré jeudi que la décision des Palestiniens de payer la famille d’un terroriste qui a tué un Israélien d’origine américaine la semaine dernière démontrait que les États-Unis avaient eu raison de réduire le financement des hôpitaux à Jérusalem-Est.

La porte-parole du département d’État, Mme Heather Nauert, a déclaré que les États-Unis n’avaient aucune raison de financer les hôpitaux alors que cela a simplement permis à l’AP de libérer des fonds pour soutenir des terroristes et leurs familles.

« Le gouvernement des États-Unis ne pense pas qu’il soit de son ressort de payer les factures d’hôpital », a déclaré Mme Nauert à des journalistes. « L’Autorité palestinienne (AP) est la seule et unique [entité] responsable du financement des soins prodigués aux Palestiniens dans ces hôpitaux. Depuis toujours, ils ne règlent pas les factures de leurs hôpitaux. Notre financement dans le passé les a généreusement soutenus ».

L’AP, poursuit-elle, n’a pas fait du paiement de ses dettes sa priorité et a plutôt consacré les fonds au financement des allocations versées aux familles des terroristes.

Ari Fuld (Crédit : Facebook)

Ces propos ont été tenus après que le Times of Israel a rapporté mercredi que la famille de Khalil Jabarin, le terroriste de 17 ans qui a poignardé à mort ce dimanche Ari Fuld, né aux États-Unis, serait éligible à un salaire mensuel versé par l’AP dès que les papiers nécessaires seront prêts.

L’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, David Friedman, a fustigé jeudi dernier l’AP concernant les allocations, déclarant que ces paiements étaient « inadmissibles » et que la pratique de l’AP de verser des pensions aux terroristes et leurs familles constitue un obstacle à la paix.

« La Commission palestinienne des affaires pénitentiaires a confirmé que la famille du terroriste qui a assassiné Ari Fuld est ‘éligible à recevoir un salaire mensuel’ en compensation de son incarcération », a déclaré Friedman sur Twitter. « Cette pratique est inadmissible et doit cesser pour qu’il y ait un espoir de paix ».

S’adressant au Times of Israel, un porte-parole de la Commission des affaires pénitentiaires de l’Autorité palestinienne avait précédemment démenti un rapport télévisé israélien selon lequel l’AP avait déjà envoyé une avance de plusieurs milliers de shekels à la famille Jabarin, mais avait précisé que ces paiements mensuels réguliers seraient finalement effectués.

Khalil Jabarin, 17 ans, qui a mortellement poignardé l’Israélien Ari Fuld dans un attentat terroriste commis le 16 septembre 2018 (Capture d’écran /Twitter)

« Notre soutien à nos prisonniers est assumé et n’est pas un secret », a déclaré le porte-parole, Hassan Abed Rabbo. « La famille [Jabarin] aura droit à un salaire mensuel de 1 400 shekels (350 euros) si leur fils n’est pas libéré par Israël et si elle remplit tous les documents nécessaires ».

Abd Rabbo a également déclaré que si Jabarin reste en prison pendant plusieurs années, la somme que sa famille perçoit sera augmentée.

« Nous avons entendu cette information », a dit Mme Nauert. « Nous sommes en train d’enquêter là-dessus. Nous condamnons l’Autorité palestinienne pour la rétribution des familles des terroristes ».

« L’argent est fongible », a-t-elle déclaré en citant le Taylor Force Act, une loi récemment adoptée, que Trump a promulguée plus tôt cette année. « L’argent que nous allouons à différentes entités ou groupes au sein de l’Autorité palestinienne peut être utilisé pour d’autres choses, et c’est ce que nous constatons ».

« Nous espérons que l’Autorité palestinienne choisira de dépenser son argent pour sa population à l’hôpital. Les États-Unis ne doivent plus payer cette facture », a ajouté Mme Nauert.

Taylor Force, 29 ans, étudiant en thèse à l’université Vanderbilt, a été tué le 8 mars 2016 dans une attaque terroriste à Jaffa. (Crédit : Facebook)

Le Taylor Force Act, du nom d’un Américain tué par un terroriste palestinien à Tel-Aviv en 2016, interdit au gouvernement américain de fournir une aide à l’Autorité palestinienne tant que cette dernière ne cessera pas de verser des indemnités aux terroristes et à leurs familles.

Plus tôt ce mois-ci, l’administration Trump a annoncé qu’elle mettrait un terme au versement de 25 millions de dollars d’aide aux hôpitaux de Jérusalem-Est, et que cet argent serait consacré à d’autres « priorités » régionales.

Ces restrictions interviennent alors que les États-Unis réduisent leur soutien financier aux Palestiniens, y compris à l’Autorité palestinienne elle-même et à l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.

A titre d’illustration : Le Dr Jill Biden, épouse du vice-président Joseph Biden, alors vice-président des États-Unis, en compagnie de patients palestiniens lors d’une visite à l’hôpital Augusta Victoria à Jérusalem-Est, le 10 mars 2010. (AFP/Menahem Kahana, Pool)

La Maison Blanche a indiqué que ces fonds resteront bloqués jusqu’à ce que les Palestiniens reprennent contact avec l’administration pour négocier un accord de paix israélo-palestinien.

Selon le ministère israélien de la Défense, en 2017 l’Autorité palestinienne a versé 687 millions de shekels (172 millions d’euros) au « Fonds des familles des martyrs » et 550 millions de shekels (137 millions d’euros) au Club des prisonniers palestiniens – soit environ 7 % de son budget global.

Les prisonniers palestiniens purgeant des peines de 20 à 30 ans de prison pour avoir perpétré des attentats terroristes ont droit à une allocation mensuelle à vie de 10 000 shekels (2 500 euros), selon le ministère de la Défense, qui cite des chiffres communiqués par l’AP. Les détenus condamnés à une peine de trois à cinq ans reçoivent un salaire mensuel de 2 000 shekels inuit (500 euros). Les prisonniers palestiniens qui sont mariés, ont des enfants, vivent à Jérusalem ou ont la citoyenneté israélienne reçoivent des sommes supplémentaires.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.