Rechercher

USA : L’ONG nationale Sunrise s’exprime sur le boycott des groupes sionistes

L'organisation nationale sur le changement climatique prend ses distances face à sa branche de Washington tout en affirmant le droit de cette dernière à prendre ses décisions

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Un porte-parole du mouvement Sunrise parle à un manifestant lors d'un événement à San Francisco, le 19 août 2021. (Crédit ; Thos Robinson/Getty Images for Green New Deal Network)
Un porte-parole du mouvement Sunrise parle à un manifestant lors d'un événement à San Francisco, le 19 août 2021. (Crédit ; Thos Robinson/Getty Images for Green New Deal Network)

L’organisation nationale sur le climat Sunrise a fait savoir, jeudi, qu’elle n’avait pas été impliquée dans la décision prise par l’une de ses branches locales de boycotter un rassemblement sur le droit de vote à Washington en raison de la participation de plusieurs groupes sionistes.

Toutefois, le Sunrise Movement a défendu la capacité de Sunrise DC « à agir de manière indépendante », et s’est abstenu de condamner la décision prise par cette branche de Washington.

Le mouvement national a indiqué « rejeter toute les formes de discrimination, notamment l’antisémitisme et le racisme anti-palestinien ».

Il a noté qu’il comptait des centaines de branches locales comme Sunrise DC, et que chacune « a la capacité d’agir de manière indépendante, que ce soit au niveau de l’organisation des mouvements de protestation, du soutien des candidats ou de l’émission de déclarations publiques ».

« Sunrise DC a pris la décision de faire cette déclaration et nous n’avons pas eu l’opportunité de l’examiner avant qu’elle ne soit rendue publique », a noté le Sunrise Movement.

« En tant que mouvement national soutenant la liberté et la dignité de tous, nous accueillerons toujours avec plaisir les personnes qui agissent conformément à nos principes et qui choisissent de rejoindre la lutte pour la libération collective », a continué l’organisation-cadre qui a indiqué qu’elle estimait que le boycott des groupes sionistes par Sunrise, à Washington, était ancré dans les principes de la branche.

« Nous pensons que les droits des Palestiniens font partie de ce combat et nous sommes engagés à épouser cette lutte », a noté le groupe national.

Mais la décision prise par Sunrise DC n’a pas été bien accueillie par toutes les branches locales du mouvement.

Ainsi, Sunrise GW, branche universitaire locale, a dénoncé une décision antisémite.

« Se dresser en solidarité avec les Palestiniens est moralement juste et ce n’est pas antisémite. Désigner spécifiquement des organisations juives malgré la présence dans la coalition d’organisations non-juives qui expriment des points de vue similaires sur Israël est, sans aucun doute, antisémite et n’a pas sa place dans notre mouvement », a écrit la branche de Sunrise à l’université George Washington sur Twitter, jeudi.

La décision prise par Sunrise DC de ne pas participer à ce rassemblement en faveur du droit de vote en raison de la présence « d’un certain nombre d’organisations sionistes » – parmi elles le NCJW (National Council of Jewish Women), le RAC (Reform Religious Action Center du mouvement réformé) et le Jewish Council for Public Affairs a été rapidement dénoncée par les groupes juifs et par plusieurs députés démocrates.

« Compte-tenu de notre engagement en faveur de la justice raciale, de l’autonomie et de la souveraineté indigène, nous nous opposons au sionisme et à tout État qui applique cette idéologie », avait fait savoir Sunrise DC dans un communiqué publié mardi sur Twitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...