USA : un groupe de défense des animaux fait appel d’un jugement autorisant le rite du poulet de Kippour
Rechercher

USA : un groupe de défense des animaux fait appel d’un jugement autorisant le rite du poulet de Kippour

Les militants cherchent à renverser une décision du Tribunal en faveur de la synagogue de Californie du sud sur la légalité de la cérémonie de 'kapparot'

Rituel de la kapparot à Bnei Brak, le 11 septembre 2013. Illustration. (Crédit : Gady Munz Pikiwiki Israel/CC BY/Wikimedia commons)
Rituel de la kapparot à Bnei Brak, le 11 septembre 2013. Illustration. (Crédit : Gady Munz Pikiwiki Israel/CC BY/Wikimedia commons)

Un groupe de défense des droits des animaux a fait appel du rejet d’une plainte fédérale émise contre une synagogue de Californie du sud, à laquelle il était reproché d’avoir accompli le rituel précédant Yom Kippour au cours duquel un poulet est tenu par les pattes puis tué.

Le juge de la Cour de district de Los Angeles Andre Birotte Jr. s’était prononcé au début du mois en faveur d’une requête déposée par le mouvement Habad d’Irvine pour rejeter la plainte à son encontre émise au mois de septembre par des militants des droits des animaux.

Cette plainte au nom de l’association United Poultry Concerns, basée en Virginie, affirmait que cette pratique violait la loi sur la concurrence déloyale. Mais Birotte a noté dans sa décision que la cérémonie de Kapparot était un rituel religieux soutenu par des dons et non un « acte commercial » couvert par la loi.

Bryan Pease, avocat de l’association United Poultry Concerns, a expliqué qu’alors que le juge a déterminé que la pratique ne parvenait pas à rencontrer les critères définis par la loi sur la concurrence déloyale, il n’avait pas géré la question de la légalité de l’abattage de poulets sans intention de les manger ou de les donner, a fait savoir le Los Angeles Jewish Journal.

L’affaire sera maintenant présenté à la cour d’appel américaine du 9e circuit.

Le mouvement Habad accepte les dons de 18 dollars de la part de ceux qui participent au rituel de Kapparot, selon le Jewish Journal. Le groupe n’aurait pas offert les poulets aux pauvres, comme c’est la tradition, demandant à quelqu’un de disposer des carcasses.

Une plainte déposée en 2015 à la Cour supérieure du comté d’Orange, qui appelait à mettre un terme à une pratique s’appuyant sur des actes de cruauté envers les animaux, est encore en cours. La plainte, qui a été émise au nom de l’association de protection et ligue de sauvetage animal de San Diego, prétend que les poulets sont entassés dans des cages et maltraités, et ne sont pas utilisés ni destinés à la consommation.

La Kapparot est une pratique ancienne accomplie annuellement par certains Juifs entre Rosh Hashanah et Yom Kippour. En accomplissant le rituel de kapparot, les péchés d’une personne sont symboliquement transférés au poulet dans le cadre d’un processus de pardon avant Yom Kippour, Journée du grand pardon. La viande du poulet est donnée à des organismes caritatifs. Certaines personnes accomplissent le rituel en utilisant de l’argent à la place d’un poulet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...