Varsovie appelle la diaspora polonaise à combattre « l’anti-polonisme »
Rechercher

Varsovie appelle la diaspora polonaise à combattre « l’anti-polonisme »

Cet appel intervient dans le contexte des tensions liées au vote d'une loi sur la Shoah qui vise à empêcher que l'on attribue aux Polonais les crimes des nazis allemands

Les sénateurs assistent à une séance de nuit au Sénat polonais à Varsovie, le 1er février 2018 (Crédit : PAP / Radek Pietruszka / AFP)
Les sénateurs assistent à une séance de nuit au Sénat polonais à Varsovie, le 1er février 2018 (Crédit : PAP / Radek Pietruszka / AFP)

Le président du Sénat polonais a appelé ses compatriotes de l’étranger à dénoncer « toute manifestation d’anti-polonisme » auprès des diplomates de leur pays, dans une lettre que les ambassades de Pologne ont commencé à diffuser dans le monde entier.

L’AFP a constaté mercredi que ce texte était traduit et affiché par exemple sur les sites web des missions polonaises à Paris et à Buenos Aires, mais pas encore à Washington, Madrid ou Tel Aviv.

L’appel du président du Sénat Stanislaw Karczewski, membre du parti conservateur Droit et Justice (PiS) au pouvoir en Pologne, intervient dans le contexte des tensions entre Varsovie, Israël et les Etats-Unis, nées d’une loi controversée sur la Shoah votée en Pologne.

Pour Varsovie, cette loi doit empêcher qu’on attribue aux Polonais les crimes des nazis allemands, et notamment qu’on parle à l’étranger de « camps de la mort polonais » en référence aux installations nazies sur le sol de la Pologne occupée.

Mais pour Israël et pour des organisations juives internationales, certains passages de ce texte cachent une tentative de nier la participation de certains Polonais au génocide des Juifs, voire d’empêcher les survivants de la Shoah de raconter leur expérience.

« En tant que Président du Sénat de la République de Pologne, chargé de veiller sur les intérêts de la diaspora polonaise et des Polonais de l’étranger, écrit M. Karczewski, je me tourne vers l’ensemble de mes compatriotes du monde entier et les prie de documenter et de réunir tous les témoignages relatifs aux atrocités et aux crimes commis contre l’humanité durant la Seconde Guerre mondiale. »

Il convient de sauver de l’oubli les souvenirs des derniers témoins concernant « les préjudices causés tant aux Juifs qu’aux Polonais, aux Roms et à toutes les autres victimes ».

« Je vous prie de documenter et de dénoncer toute manifestation d’antipolonisme, ainsi que les écrits ou opinions qui constituent un outrage à notre égard. Je vous prie d’informer nos ambassades, nos consulats ou les consuls honoraires de toute déclaration mettant en cause le bon renom de la Pologne. » poursuit-il.

Enfin, il invite la diaspora polonaise à organiser séminaires, expositions et rencontres, voire des campagnes de lettres pour « rappeler efficacement la vérité historique ».

Son appel a été d’ores et déjà relevé par les médias allemands.

Interrogé par la chaîne ARD, l’ambassadeur de Pologne à Berlin, Andrzej Przylebski, a déclaré que cette action faisait partie « des attributions courantes d’une représentation diplomatique ou consulaire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...