Walter Benjamin lance un appel aux pouvoirs publics belges
Rechercher

Walter Benjamin lance un appel aux pouvoirs publics belges

"Nous sommes victimes mais très prochainement nous allons être coupables au regard d'une autre justice celle des créanciers", indique-la victime juive des attentats de Bruxelles

Walter Benjamin pendant son entretien avec la Deuxième chaîne israélienne depuis son lit d'hôpital à Bruxelles, le 28 mars 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne )
Walter Benjamin pendant son entretien avec la Deuxième chaîne israélienne depuis son lit d'hôpital à Bruxelles, le 28 mars 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne )

Walter Benjamin a perdu son pied droit dans l’attentat du 22 mars à l’aéroport belge de Zaventem, l’une des trois attaques suicides qui ont secoué la capitale belge ce jour-là, tuant 32 personnes et en blessant plus de 300. Ses posts Facebook ont depuis été partagés des milliers de fois.

Des dignitaires belges comme le roi Philippe, le grand rabbin Albert Guigui et le président de l’Exécutif des Musulmans Salah Echallaoui lui ont rendu visite à l’hôpital.

Dans une série de posts Facebook publiée depuis son lit d’hôpital, ce Juif belge a documenté son rétablissement des attentats terroristes de Bruxelles, et est devenu un symbole national de résilience et de réconciliation.

Cependant dans un post datant du 12 avril dernier, Walter Benjamin s’inquiète de la situation des blessés concernant leur indemnisation pour leurs frais d’hôpitaux.

« Nous sommes victimes mais très prochainement nous allons être coupables au regard d’une autre justice celle des créanciers », indique-t-il sur un ton d’inquiétude.

Il subira la semaine prochaine une lourde intervention qui devrait durer une journée.

« Je dois utiliser ce qui me reste de forces pour savoir comment être indemnisé », explique-t-il dans son post en dénonçant également la mauvaise organisation de l’aéroport.

« On a été informés par les médias que Brussels Airport avait une assurance pour couvrir les attentats. Pour votre gouverne lorsqu’on téléphone à Brussels Airport on vous dit qu’on n’est pas au courant, qu’on ne sait rien, qu’il faut envoyer un mail », déclare Walter Benjamin.

« J’en appelle à la responsabilité morale des pouvoirs publics et du monde politique NE NOUS LAISSEZ PAS TOMBER ! Nous avons des loyers à payer, des factures, des crédits, des charges familiales, etc… Donnez-nous un ballon d’oxygène que l’on ne se retrouve pas avec des huissiers à nos portes », continue la victime de l’attentat de Bruxelles.

Dans son post, il souligne également que la seule erreur des victimes est d’avoir été « au mauvais endroit au mauvais moment. Ce jour-là, on nous a pris nos vies, nos rêves, nos idéaux. »

Dans son post, il lance un appel aux institutions compétentes pour que ces inquiétudes et celles des autres blessés soient entendues et prises en compte.

« J’espère que mon appel sera entendu, que malgré notre douleur à nous les victimes nous puissions nous dire qu’un jour on pourra retrouver une vie, notre vie, » conclut-il.

JE M'ADRESSE A L'ENSEMBLE DES POUVOIRS PUBLICS ET DU MONDE POLITIQUE BELGE.Sans trop y croire j'espère que l'un ou l'…

Posted by Walter Benjamin on Tuesday, 12 April 2016

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...