Rechercher

Yair Golan qualifie les habitants de Homesh de « sous-hommes », suscitant la colère

Le député Meretz accuse les résidents de Homesh de "pogrom" contre les Palestiniens ; Bennett qualifie ces remarques de "choquantes" et "à la limite de la diffamation"

Le député du parti du Meretz Yair Golan pendant une réunion de faction à Jérusalem, à la Knesset, le 31 mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député du parti du Meretz Yair Golan pendant une réunion de faction à Jérusalem, à la Knesset, le 31 mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le vice-ministre de l’Économie Yair Golan, du parti libéral Meretz, a déclaré jeudi matin que les habitants juifs d’un avant-poste illégal dans le nord de la Cisjordanie étaient des « sous-hommes », déclenchant une sévère réaction, y compris des appels à son licenciement.

« Les gens qui s’installent dans une zone qui a été légalement évacuée – personne ne devrait être là. Lorsque j’étais commandant de la division de Judée et Samarie, je n’ai laissé personne revenir s’y installer », a déclaré M. Golan à la chaîne parlementaire, en faisant référence à l’avant-poste de Homesh, qui a été évacué en 2005, puis partiellement réinstallé, et qui est devenu ces dernières semaines un lieu sensible et théâtre de la violence israélo-palestinienne.

« Ces gens qui viennent s’installer là, se révoltent dans le village [palestinien adjacent] de Burqa, brisent des pierres tombales – ils mènent un pogrom. Nous, le peuple juif, qui avons subi des pogroms tout au long de l’histoire, sommes maintenant en train de mener des pogroms sur d’autres personnes ? » s’est-il exclamé.

« Ce ne sont pas des gens ; ce sont des sous-hommes méprisables… ils ne devraient recevoir aucun soutien et ils devraient être chassés de là par la force », a déclaré le Golan.

Des personnes marchent près du château d’eau sur les ruines de Homesh, le 27 août 2019. (Crédit : Hillel Meir/Flash90)

Le Premier ministre Bennett a aussitôt réagi sur Twitter en écrivant que les remarques du Golan étaient « choquantes, généralisantes et à la limite de la diffamation ».

Mais Golan a persisté. « Dans mes remarques, j’ai fait référence aux destructeurs de tombes, aux agresseurs d’innocents, aux destructeurs de biens… Comment doit-on traiter de telles personnes ? Comment doit-on appeler de telles personnes ? Il est temps de dire la vérité – ce n’est pas notre judaïsme », a-t-il tweeté.

Trois Palestiniens auraient été blessés lundi au cours de la dernière altercation entre des habitants de Burqa et des résidents d’implantations, après que les troupes ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser les habitants palestiniens.

Les remarques de Golan ont été critiquées par de nombreux autres législateurs, tant dans les camps de droite et de gauche de la coalition inédite ainsi que par les partis d’opposition de droite.

« Les résidents des implantations de Judée et de Samarie ne sont pas des ‘sous-hommes’, comme le vice-ministre Yair Golan, membre du gouvernement Bennett, les a qualifiés aujourd’hui. Ils sont des sionistes pionniers qui s’implantent sur la terre de nos ancêtres », a écrit le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu sur les réseaux sociaux.

« Après cette déclaration honteuse, tirée directement de la terminologie nazie contre le peuple juif, Bennett doit limoger Yair Golan aujourd’hui », a déclaré Netanyahu. (Techniquement, en vertu de l’accord de coalition, seul le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid peut renvoyer Golan, Bennett n’est pas habilité à le faire.)

Lapid a déclaré dans un tweet qu’il « condamne tout discours abusif qui entraîne la société israélienne dans un extrémisme polarisant et destructeur » et qu’il « attend des membres de la coalition qu’ils donnent l’exemple personnel d’un discours respectueux et équitable, même envers ceux qui pensent différemment de nous ».

« Notre capacité à vivre ici ensemble dépend de la façon dont nous parlons des choses sur lesquelles nous sommes en désaccord », a-t-il ajouté.

Le président de Yad Vashem, Dani Dayan, a également tweeté en réponse à la déclaration de Golan : « ‘Sous-homme’ est une expression issue du lexique du racisme nazi, dont nous ne reconnaîtrons pas la place dans le discours israélien en général, et de la part d’un membre du gouvernement en particulier. »

Yehuda Dimentman. (Autorisation)

La recrudescence de la violence dans la région a commencé par une attaque terroriste le mois dernier qui a tué Yehudah Dimentman, un étudiant d’une yeshiva, que l’armée israélienne a autorisé à fonctionner illégalement pendant plus de 15 ans à Homesh.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a déclaré qu’il « condamnait fermement » les remarques de M. Golan, ajoutant qu’en « tant que personne ayant rendu visite à la famille Dimentman et rencontré certaines personnes à Homesh, je déclare que, même si l’on doit respecter la loi, ce sont des personnes de valeur qui aiment le pays et l’État, pas moins que n’importe qui d’autre ».

Il y a deux semaines, dans le cadre d’un effort pour réduire les tensions dans la région, les forces de sécurité ont été envoyées à l’avant-poste, qui a été érigé sur des terres palestiniennes privées, et ont démoli au moins six bâtiments de fortune, dont un utilisé par les étudiants de la yeshiva pour se loger et deux autres par des familles qui ont récemment déménagé au sommet de la colline dans un mouvement de solidarité visant à étendre la présence juive dans la région. La yeshiva elle-même n’a pas été démolie.

Les dirigeants des implantations ont critiqué les démolitions, les qualifiant de « récompense au terrorisme » et affirmant que la réponse à la fusillade devrait être de légaliser l’avant-poste de Homesh, qui était une implantation à part entière avant d’être évacuée en 2005 dans le cadre du plan de désengagement de Gaza.

Des habitants juifs d’implantations jettent des pierres en direction de maisons palestiniennes, juste après les funérailles de Yehuda Dimentman, 25 ans, tué lors d’une attaque par un tireur palestinien, dans le village de Burqa en Cisjordanie, vendredi 17 décembre 2021. (AP Photo/Majdi Mohammed)

Le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Bar-Lev, a également fait l’objet de vives critiques récemment pour avoir discuté avec la sous-secrétaire d’État américaine, Victoria Nuland, de l’augmentation de la violence des habitants juifs de Cisjordanie à l’encontre des Palestiniens, à la suite d’une hausse notoire des attaques violentes des extrémistes israéliens contre les Palestiniens par rapport aux années précédentes.

En novembre, M. Gantz avait organisé une réunion de haut niveau avec les principaux représentants des forces de sécurité pour discuter de cette augmentation, appelant l’armée à intervenir avant que quelqu’un ne soit tué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...