Yair Netanyahu se dispute avec un mouvement de gauche ayant publié un article sur lui
Rechercher

Yair Netanyahu se dispute avec un mouvement de gauche ayant publié un article sur lui

Le fils du Premier ministre a été critiqué pour vivre aux dépens des contribuables ; le mouvement menace de le poursuivre en diffamation après avoir lu sa réponse

Benjamin et Yair Netanyahu, au mur Occidental, le 18 mars 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Benjamin et Yair Netanyahu, au mur Occidental, le 18 mars 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Yair Netanyahu, le fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, s’en est pris à une ONG de gauche après que le groupe a publié un article très critique à son égard.

Sous le titre « 5 faits sur Yair Netanyahu, notre fils national, » l’organisation SixtyOne a sévèrement critiqué le fils du Premier ministre pour vivre aux dépens des contribuables, prendre de somptueuses vacances, chercher à influencer son père, et encourager le boycott des entreprises arabes.

Yair Netanyahu, qui a dans le passé fait les unes des nouvelles israéliennes après avoir refusé de nettoyer les excréments de son chien, s’en est pris au mouvement sur Facebook mardi, en l’accusant d’avoir un programme radical de gauche et menace de les poursuivre en justice pour diffamation.

L’article publié par SixtyOne affirme que le jeune Netanyahu exerce beaucoup d’influence sur son père, surtout par rapport aux médias.

Selon SixtyOne, Yair Netanyahu est responsable de la manière dont son père avait traité à la légère le cas d’Elor Azaria l’année dernière, le soldat israélien condamné pour avoir tiré sur un assaillant palestinien désarmé.

Le mouvement a également cité plusieurs messages que Yair Netanyahu a publiés sur les réseaux sociaux dans lesquels il appelle tous les propriétaires d’entreprises arabes des « bâtards » et critique les « autorités de gauche » pour avoir fermé les yeux sur les crimes que les arabes commettent sur les juifs.

SixtyOne a aussi écrit que ses vacances au ski à l’étranger étaient les voyages les plus chers jamais payés par le ministère de la Défense.

L’article parle aussi des multiples séjours de Yair Netanyahu dans les propriétés de James Packer, homme d’affaires australien, qui est un suspect dans une enquête de corruption. Cette enquête, surnommée Affaire 1 000, suggérait que le Premier ministre avait accepté des cadeaux très onéreux de la part d’amis et partenaires d’affaires.

L’article, accompagné d’une image du jeune Netanyahu habillé comme un clown, a reçu plus de 12 000 likes sur Facebook et a été partagé plus de 5 000 fois depuis dimanche.

Mardi, Yair Netanyahu, a répondu au mouvement en écrivant une publication sur Facebook comme quoi il était injustement incriminé par rapport aux autres enfants de dirigeants israéliens, qui eux ne sont pas sous les feux des projecteurs.

« Je ne vais pas faire allusion à ces mensonges, » a t-il écrit.

Il a accusé SixtyOne, qui est dirigé par l’ONG Dovish Molad, d’être une organisation « radicale et anti-sioniste financée par la Fondation pour la Destruction d’Israël [un jeu de mot faisant référence au New Israël Fund] et l’Union européenne. »

« Comme vous êtes gentils de parler toujours d’incitation, de diabolisation, de diffamation, et de franchir toutes les lignes jaunes, » a-t-il écrit accompagné d’un emoji d’un personnage faisant ses besoins ainsi qu’un doigt d’honneur.

L’emoji est une référence à un incident récent qui s’est déroulé dans un parc à Jérusalem lorsqu’une femme a dit que le jeune Netanyahu lui a fait un doigt d’honneur quand elle lui a demandé de ramasser les excréments de son chien.

SixtyOne a rapidement répondu à la publication de Yair Netanyahu en disant qu’il devait s’excuser et supprimer la publication, sinon il encourrait un procès en diffamation.

« Tu es en colère, tu as menti à propos de nous sans la moindre preuve que nous recevons des fonds de la part d’ennemis d’Israël », a déclaré le mouvement. « Tu veux vraiment l’accabler [le Premier ministre] avec davantage de poursuites en diffamation à cause de ton comportement ? »

« Yair, excuse-toi et supprime le message, et ce sera terminé », a déclaré Sixty One. « Ensuite, nous pouvons revenir sur les problèmes plus importants, comme la corruption parmi les dirigeants du pays. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...