Yamina défie Kakhol lavan et votera le projet de loi pour dissoudre la Knesset
Rechercher

Yamina défie Kakhol lavan et votera le projet de loi pour dissoudre la Knesset

Le parti de Bennett accuse celui de Gantz de ne pas avoir tenu compte de son ultimatum pour que de nouvelles élections soient organisées en cas de non adoption du budget de l'Etat

Naftali Bennett, dirigeant du parti Yamina, s'exprime lors d'une session plénière de la Knesset à Jérusalem, le 24 août 2020. (Oren Ben Hakoon/POOL)
Naftali Bennett, dirigeant du parti Yamina, s'exprime lors d'une session plénière de la Knesset à Jérusalem, le 24 août 2020. (Oren Ben Hakoon/POOL)

Le parti de droite Yamina a déclaré lundi qu’il soutiendrait le projet de loi du chef de l’opposition Yair Lapid visant à dissoudre la Knesset et à organiser de nouvelles élections générales, critiquant le parti Kakhol lavan pour être resté dans la coalition malgré la crise budgétaire.

« Les responsables de Kakhol lavan justifient leur échec à voter la loi de dissolution de la Knesset, en affirmant que Yamina ne soutiendra pas la loi de toute façon, dans une tentative d’obscurcir leur capitulation sur leur propre ultimatum », a déclaré Yamina dans un communiqué faisant référence au vote prévu pour mercredi.

« Donc, pour être clair, Yamina votera en faveur de toute loi visant à dissoudre la Knesset. Ce mauvais gouvernement n’en a plus pour longtemps », a déclaré le parti.

Le parti Yamina de Naftali Bennett a fait un bond dans les sondages suite aux nombreuses critiques sur la façon dont Netanyahu a géré la crise COVID-19, même si un nouveau sondage publié dimanche a permis au Likud de regagner une partie du terrain perdu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors du plénum de la Knesset le 19 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Bureau du porte-parole de la Knesset)

Bennett a longtemps eu une relation conflictuelle avec Netanyahu mais faisait partie du bloc religieux de droite du Premier ministre jusqu’à ce que Yamina soit exclu du nouveau gouvernement lors de sa formation en mai.

Lapid de Yesh Atid a annoncé la semaine dernière qu’il soumettrait à nouveau un projet de loi pour dissoudre la Knesset, s’en prenant à ses anciens alliés du parti Kakhol lavan de la coalition, qui ont menacé de dissoudre le gouvernement si un budget n’était pas approuvé prochainement.

« Je ne doute pas, bien sûr, que cette fois, les membres de Kakhol lavan respecteront leur parole », a-t-il déclaré avec sarcasme.

Le chef de l’opposition Yair Lapid s’adresse à la Knesset avant le vote sur la ratification de l’accord de normalisation d’Israël avec les Emirats arabes unis. (Gideon Sharon/ Porte-parole de la Knesset)

Dans le cadre de l’accord de coalition entre les partis, le Likud et Kakhol lavan ont convenu d’adopter un budget allant jusqu’en 2021. Cependant, Netanyahu insiste maintenant sur des budgets séparés pour 2020 et 2021, l’échec de l’adoption d’un budget lui permettant d’éviter de céder le poste de Premier ministre au chef de Kakhol lavan, Benny Gantz, comme il est tenu de le faire en vertu de leur accord de partage du pouvoir.

Alors que le Likud a insisté sur le fait que l’échec de l’adoption du budget est dû à des difficultés professionnelles et au manque de coopération de Kakhol lavan, un des principaux alliés de Netanyahu au sein du parti a reconnu le mois dernier que des considérations politiques étaient à l’origine de ce retard.

Malgré les menaces de Kakhol lavan, il semble peu probable que le parti soutienne la proposition de Lapid, car en faisant cela, Gantz perdrait sa chance de devenir Premier ministre dans l’accord de rotation avec Netanyahu.

Le Premier ministre d’alternance et ministre de la Défense Benny Gantz fait une déclaration à la Knesset, le 24 août 2020. (Oren Ben Hakoon/Flash90)

Selon la Douzième chaîne, la principale faction fondatrice de Kakhol lavan, à l’origine le parti Hossen LeYisrael, s’est réunie dimanche soir chez Gantz où elle a décidé de ne pas emmener immédiatement le pays aux urnes.

Cependant, selon le rapport non sourcé, le sentiment qui prévaut à Kakhol lavan est que Netanyahu n’est pas intéressé par la poursuite du fonctionnement de l’actuel gouvernement et que la Knesset sera de toute façon dissoute le 23 décembre, date limite pour un nouveau budget.

Le mois dernier, la Knesset a rejeté une motion de censure qui aurait vu Netanyahu remplacé comme Premier ministre par Lapid. Les membres de Yamina sont restés à l’écart du vote après avoir été critiqués par le Likud pour avoir soutenu une mesure similaire quelques semaines auparavant.

Les députés de Yamina n’ont pas non plus voté en faveur d’une proposition visant à remplacer Netanyahu comme Premier ministre par Bennett, qui a également été rejetée. Après les votes, Yamina a rejeté les critiques du Likud, affirmant que Bennett et le député Matan Kahana votaient pour renverser le gouvernement, et non pour soutenir Lapid.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...