Sydney, Australie – Les incidents antisémites ont augmenté de plus d’un tiers l’année dernière.

Le rapport annuel sur les incidents antisémites en Australie, présenté dimanche au Conseil exécutif de l’assemblée générale annuelle de la communauté juive australienne, a recensé 312 incidents entre octobre 2013 et septembre 2014, une augmentation d’environ 35 % par rapport aux 231 incidents de l’année précédente.

Une grande partie de ces agressions ont été suscitées par l’opération israélienne menée contre le Hamas dans la bande de Gaza cet été, que les médias hostiles ont encore diabolisée, selon le rapport.

Le nombre d’agressions physiques a triplé, selon l’auteure du rapport, Julie Nathan.

Parmi les incidents les plus graves, une attaque commise contre un groupe de cinq Juifs orthodoxes à Bondi alors qu’ils se rendaient à un dîner de Shabbat.

A Melbourne, un homme de 28 ans, vêtu d’un T-shirt avec un imprimé en hébreu a été agressé et traité de « chien juif » en arabe. A Perth, un rabbin en visite a été confronté à un gang qui l’a menacé et a encerclé sa voiture.

Et à Sydney, de jeunes écoliers ont été menacés dans un bus par une bande d’hommes ivres.

Le rapport cite également des commentaires houleux sur le site de l’Australian Broadcasting Corp. après la projection de « Stone Cold Justice », un documentaire qui prétend que certains enfants palestiniens ont été agressés physiquement par des soldats israéliens, forcés à faire de faux aveux et pris pour cible pour recueillir renseignements sur les activistes palestiniens. Les commentaires n’ont pas été supprimés pendant des semaines jusqu’à ce que le conseil émette de nombreuses plaintes, selon le rapport.

Le rapport fait également état d’une caricature antisémite publiée par le Sydney Morning Herald qui a provoqué l’indignation des dirigeants juifs et une menace de procès, avant que Fairfax Media n’imprime des excuses.

« Quand les grands médias, y compris la télévision nationale, sont prêts à publier ou à relayer des allégations non fondées et des préjugés irrationnels, alliés à une diabolisation pure et simple des Juifs, un signal est envoyé disant que l’antisémitisme est acceptable et même respectable», écrit Nathan.

Le Conseil exécutif de la communauté juive australienne diffuse un rapport annuel depuis 1989. En 2009, il a enregistré un record de 962 incidents antisémites.