Les autorités de Bologne, en Italie, ont annoncé la découverte du site du cimetière médiéval juif de la ville, qui avait été détruit en 1569.

Elles ont fait savoir que des fouilles archéologiques réalisées de 2012 à 2014 ont permis de découvrir 408 tombes, ce qui fait de ce lieu d’inhumation le plus important et le plus ancien cimetière juif connu à ce jour en Italie.

La découverte annoncée par l’organisme de supervision régional de l’archéologie, qui officie également à Bologne, a été présentée mardi lors d’une conférence de presse donnée par le maire de la municipalité, Virginio Merola, et d’autres responsables, notamment le grand rabbin de Bologne et le président de la communauté juive.

« C’est une découverte unique », a estimé Merola. « C’est un enrichissement de l’histoire culturelle de notre ville et de la présence de la communauté juive à Bologne ».

Dans un communiqué, l’organisme a indiqué que parmi les tombes découvertes, celles de femmes, d’hommes et d’enfants, et d’autres « comportant des ornements personnels en or, en argent, en bronze, en pierre et en ambre ». Il a ajouté que le cimetière a été découvert lors de fouilles réalisées en liaison avec la construction d’un complexe résidentiel.

Le secteur, qui se trouve via Orfeo et dans ses alentours, avait été utilisé comme cimetière juif à partir de 1390 mais avait été détruit après que le Pape Pie V a interdit la présence des Juifs dans les territoires papaux, à l’exception de Rome et d’Ancône, en 1569.

Au mois de novembre, cette année-là, Pie avait fait don du cimetière aux religieuses du cloître voisin de Saint Pierre le martyr, leur donnant l’autorisation « de creuser et d’envoyer, où elles le voulaient, les corps, les os et les restes des morts ; de démolir ou de transformer les tombes construites par les Juifs, notamment celles faites pour les vivants ; et de faire complètement disparaître ou effacer les inscriptions ou les épitaphes gravées dans le marbre ».

Quatre tombes juives arborant des ornements qui sont actuellement exposées au musée médiéval civique de Bologne viendraient de ce cimetière.

Le communiqué de l’organisme de supervision a indiqué que les 408 tombes découvertes lors des fouilles étaient « parfaitement alignées, en rangs parallèles, avec des tranchées creusées dans la direction est-ouest, les têtes des morts tournées vers l’ouest ».

Il a précisé qu’aucune stèle n’avait été trouvée mais que 150 présentaient des signes visibles de profanation délibérée.

Lors de la présentation de mardi, le rabbin Alberto Sermoneta a souligné que les restes trouvés devraient être enterrés dignement.