Gilbert Collard interpelle Matigon sur le logement de la mère de Mohammed Merah
Rechercher

Gilbert Collard interpelle Matigon sur le logement de la mère de Mohammed Merah

Le député apparenté FN déclare que Zoulikha Merah a été favorisée en dépit des accusations selon lesquelles son fils a aidé son frère à tuer 7 personnes en 2012

Zoulikha Aziri, la mère de Mohamed, Abdelkader et Souad Merah, au tribunal de Paris, avant l'ouverture du procès d'Abdelkader Merah, complice présumé de son frère, le 2 octobre 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)
Zoulikha Aziri, la mère de Mohamed, Abdelkader et Souad Merah, au tribunal de Paris, avant l'ouverture du procès d'Abdelkader Merah, complice présumé de son frère, le 2 octobre 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)

Des officiels de la ville de Tremblay en France auraient accordé un traitement préférentiel à la mère du terroriste islamiste qui a tué des Juifs à Toulouse, avec l’aide possible de son frère, a déclaré un député français.

Gilbert Collard, député du Gard, apparenté FN, a écrit au Premier ministre Edouard Philippe la semaine dernière pour se plaindre que Zoulikha Merah a été favorisée par rapport à d’autres demandeurs de logement public sur la base d’une demande dans laquelle est mentionné le besoin d’être plus proche de son fils aîné emprisonné à Villepinte. Il est aujourd’hui accusé d’avoir aidé son plus jeune frère, Mohammed, à tuer quatre Juifs et trois soldats en 2012.

« Cette femme a effectivement reçu une priorité absolue pour un logement public à Tremblay », a écrit Collard. Il n’a fourni aucune preuve du traitement préférentiel dont Zoulikha Merah aurait bénéficié.

La municipalité que Collard a citée est située à 310 kilomètres de Paris, où s’est ouvert le mois dernier le procès d’Abdelkader Merah, âgé de 35 ans, cinq ans après son arrestation pour avoir aidé son frère à commettre les fusillades mortelles à Toulouse. Mais le logement est beaucoup plus proche de Paris que la maison de Zoulikha Merah à Toulouse, qui se situe à 650 kilomètres de la capitale.

Avant que son procès ne commence, Abdelkader Merah était détenu à Vivonne, qui est située à 374 kilomètres de Toulouse. Mais la demande de sa mère à être près de lui a été déposée quand il était encore détenu à Villepinte près de Paris, a également écrit Collard.

En plus d’Abdelkader Merah, un autre suspect islamiste, Fettah Malki, âgé de 34 ans, est aussi accusé d’avoir aidé Mohammed Merah à mener les attaques terroristes en mars 2012. Momammed Merah a abattu trois enfants et un rabbin à l’école. Il a été tué dans une fusillade dans un appartement trois jours après la tuerie de l’école.

Aussi bien le frère aîné que Malki ont nié avoir eu connaissance de la préparation des attaques par Mohammed Merah, mais la police a déclaré qu’ils ont des preuves suggérant que les deux étaient impliqués dans les préparations des attentats.

Abdelkader Merah a également soutenu son frère spirituellement et psychologiquement à devenir un terroriste, affirme l’accusation.

Né dans une famille de quatre enfants, Mohammed Merah a été « élevé comme un antisémite parce que l’antisémitisme faisait partie de l’ambiance familiale », a déclaré Abdelghani, son plus jeune frère en 2013.

Abdelghani Merah a dénoncé sa famille publiquement, qualifiant leurs dénis et leurs déclarations d’innocence comme faisant partie de leur croyance dans le taqqiyah – un terme islamique signifiant « subterfuge » au service du jihad.

La sœur des Merah, Souad, a fui la France après que les autorités l’ont interrogée pour avoir déclaré qu’elle était fière de son frère. Elle et ses quatre enfants ont été vus dans la ville turque de Gazyantep il y a trois ans, d’où l’on pense qu’ils ont franchi la frontière vers la Syrie pour rejoindre le groupe terroriste de l’état islamique, selon TF1.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...