La ministre de la Culture a utilisé le tapis rouge – un lieu habituellement réservé aux déclarations de mode – pour livrer une déclaration politique kitsch en arborant une robe au tissu imprimé d’un panorama de Jérusalem lors du début du festival de Cannes, mercredi.

Regev portait la robe, avec une image voyante de la ville sur un fond blanc encerclant tout le bas de la jupe, lors de la soirée d’ouverture du festival annuel de la célèbre ville de la Côte d’Azur française qui a débuté par une projection du film « Ismail’s Ghosts ».

Les spectateurs se sont arrêtés pour prendre des photos de la robe, de tissu blanc et or représentant la cité d’or et ornée de représentations du mur Occidental, de la Tour de David et du Dôme du Rocher, ainsi que du centre-ville moderne sur environ un tiers du bas de la jupe.

Ce message a une signification particulière alors qu’Israël est sur le point de fêter le 50e anniversaire de la réunification des parties orientale et occidentale de la ville après la guerre des Six Jours. Avec le refus américain de déclarer que le mur Occidental fait partie d’Israël, c’est également un rappel signifiant que la reconnaissance internationale de la souveraineté israélienne sur tous les secteurs de Jérusalem est encore loin.

Miri Regev porte une robe représentant Jérusalem sur le tapis rouge lors de l'ouverture du festival de Cannes, le mercredi 17 mai 2017 (Crédit : Eli Sabati)

Miri Regev porte une robe représentant Jérusalem sur le tapis rouge lors de l’ouverture du festival de Cannes, le mercredi 17 mai 2017 (Crédit : Eli Sabati)

« Cette année, nous fêtons les 50 ans de la libération et de la réunification de Jérusalem », a déclaré Regev qui a fait réaliser cette robe au style particulier. « Je suis fière de célébrer cette date historique par le biais de l’art et de la mode, et je suis heureuse que cet ouvrage réalisé par le styliste israélien Aviad Herman soit si émouvant et qu’il honore le beau statut de notre capitale éternelle, Jérusalem. »

Herman a remercié la ministre pour cette opportunité « d’exprimer les célébrations de la ville. Au cours des derniers mois, j’ai travaillé avec un dévouement sans pareil pour créer cette robe avec ma mère Sari, a-t-il ajouté, et nous sommes très fiers du résultat. »

La ministre de la Culture a partagé une vidéo sur la page Facebook créée pour le pavillon israélien au festival du film, ayant pour objectif de montrer la beauté, les décors, la diversité et la culture d’Israël et de Jérusalem.

Tandis que les images montrent des Juifs et des Chrétiens priant et faisant la fête, elles ne semblent pas montrer d’Arabes israéliens ou de Palestiniens, même si une mosquée est brièvement visible.