L’Allemagne accueille des réfugiés dans le camp de Buchenwald
Rechercher

L’Allemagne accueille des réfugiés dans le camp de Buchenwald

L'article du Daily Mail montre des demandeurs d'asile dans une chambre remplie de lits superposés, un coin cuisine et une télé

Le camp de Buchenwald où sur l'inscription sur le fronton est écrit : "À chacun ce qu'il mérite" (Crédit : Paul Paul Pugliese)
Le camp de Buchenwald où sur l'inscription sur le fronton est écrit : "À chacun ce qu'il mérite" (Crédit : Paul Paul Pugliese)

Le projet d’accueillir les réfugiés dans un ancien camp de concentration en Allemagne vient de se concrétiser, avec quelque 21 demandeurs d’asile de sexe masculin vivant maintenant dans la caserne du camp qui abritait autrefois des milliers de prisonniers des nazis.

Buchenwald était l’un des plus grands et des plus célèbres camps de concentration nazis sur le sol allemand pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mais face à un afflux massif de réfugiés fuyant les lieux ravagés par la guerre comme la Syrie, l’Allemagne a dû trouver des solutions d’urgence pour accueillir les nouveaux arrivants, et a pris la décision de recourir à la caserne.

Selon le site du Daily Mail, qui titrait son article « logé dans un camp de concentration tristement célèbre », certains des demandeurs d’asile vivent dans le camp depuis plusieurs mois, et ont reçu du gouvernement allemand la somme de 135 euros pour s’acheter les produits de base.

Le réfugié érythréen, Abdurahman Massa, a déclaré au Mail que l’ancien objectif de son logement temporaire ne le dérange pas. « C’est bon pour moi », a-t-il dit.

The Oscar-nominated documentary "Liberators" falsely claimed a battalion of African-American soldiers had helped to free the Buchenwald concentration camp. (US Army, US Defense Visual Information Center, Image #HD-SN-99-02764, Wikimedia Commons)
Des prisonniers du camp de concentration de Buchenwald quelques jours après la libération (Crédit : US Army, la défense de Visual Information Center des États-Unis, Image # HD-SN-99-02764, Wikimedia Commons)

Le site vendredi a montré des images de réfugiés se tenant debout dans une salle avec un tapis près des lits superposés, des équipements de cuisine et même une télévision.

Un réfugié algérien identifié comme Diaoyre a déclaré au Mail qu’il vivait dans l’ancien camp depuis une semaine. « C’est bien ici », a-t-il déclaré au journal. « Beaucoup d’autres n’ont même pas ça ».

On estime que 56 000 personnes de toute l’Europe sont mortes à Buchenwald entre 1937 et 1945 ; ils ont été privés de nourriture et ont travaillé jusqu’à la mort dans des conditions horribles, tués dans le cadre d’expériences médicales ou exécutés de façon sommaire.

Environ 250 000 personnes ont été emprisonnées entre 1937 et 1945 à Buchenwald et ses 136 sous-camps situés à proximité où les prisonniers subissaient le travail forcé dans les usines pour l’effort de guerre nazi.

Le conseil local a commencé à examiner l’utilisation du site pour les demandeurs d’asile en janvier.

À l’époque, le journal Spiegel avait cité Birgit Naujoks à la tête du conseil des réfugiés dans l’État de Rhénanie du Nord-Westphalie, qui avait qualifié le plan d’ « alarmant et de déconcertant – et tout du moins insensible ».

Les anciennes casernes avaient déjà été utilisées précédemment à d’autres fins, y compris le stockage, comme un atelier d’artiste et un jardin d’enfants, ont indiqué les médias allemands.

Buchenwald a ouvert en juillet 1937, à l’origine pour les prisonniers politiques.

Cela a changé en 1938, après le pogrom de la Nuit de cristal, alors que près de 10 000 Juifs ont été envoyés au camp de concentration. Les SS ont également envoyé des Témoins de Jéhovah, les militaires allemands déserteurs, les Roms et des prisonniers de guerre d’autres pays.

Depuis 1941, des expériences médicales ont été menées sur les prisonniers du camp, y compris des essais de vaccins contre le typhus, la typhoïde et le choléra. Des centaines de prisonniers sont morts suite à ces expériences.

AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...