Les responsables israéliens de la défense pensent que le Hamas a réussi à creuser plusieurs tunnels qu’ils utiliseront à des fins terroristes près de la frontière israélienne dans les sept mois qui ont suivi la fin de l’opération Bordure protectrice, indique des sources de la sécurité mercredi.

Ces sources anonymes ont déclaré que le Hamas a investi des efforts considérables dans le forage d’un nouveau réseau de tunnels dans l’enclave côtière, ainsi que plusieurs tunnels destinés à d’éventuelles attaques transfrontalières.

Mais selon les sources de sécurité, l’organisation terroriste reste attentive à ne pas dépasser sur le sol israélien, afin d’éviter une éruption des hostilités.

Les preuves de ces forages peuvent être vu du côté israélien de la frontière, et les résidents de la périphérie de Gaza ont documenté une construction à plusieurs centaines de mètres de la frontière.

Les groupes terroristes Jihad islamique et le Hamas ont publié des vidéos ces derniers mois dans lesquelles on peut voir de nombreux membres travailler dans les tunnels et circuler librement à l’intérieur.

Mais les sources de sécurité maintiennent que seuls quelques tunnels d’attaque sont creusés comparés aux dizaines qui étaient opérationnels avant et pendant le conflit de cet été.

Selon les rapports israéliens, plus de 30 tunnels étaient opérationnels à l’intérieur de la bande de Gaza, et la plupart d’entre s’étendaient en Israël avant le conflit sanglant de l’été dernier.

À l’heure actuelle, il n’y a pas tunnels connus qui s’étendent sous la frontière et sur le territoire d’Israël, et l’évaluation est que le Hamas s’arrête de creuser un peu avant la frontière israélienne pour éviter les frappes de Tsahal.

Il est possible que certains des tunnels détruits pendant la guerre de Gaza soient en train d’être reconstruits, selon les mêmes sources.

Les tunnels d’attaque qui s’étendaient sur le territoire israélien ont provoqué une invasion terrestre israélienne dans la bande de Gaza qui a pris le nom d’opération Bordure protectrice qui a débuté en juillet et a duré 50 jours.

Détruire la menace représentée par les tunnels était l’un des objectifs d’Israël pendant la campagne militaire de cet été, au cours duquel plus de 2 100 personnes ont été tuées à Gaza et des dizaines de milliers d’autres ont perdu leur domicile, selon le décompte des Palestiniens et des Nations unies, et 72 personnes ont été tuées en Israël.

Israël affirme que la moitié des morts étaient des combattants et blâme le Hamas, qui a installé une grande partie de son appareil de guerre dans des zones résidentielles, pour tous les morts de civils. Pendant l’opération, les combattants de Gaza ont mené plusieurs raids via des tunnels en Israël, et ont tué 11 soldats israéliens.

Les efforts de reconstruction dans la bande de Gaza ont été ralentis en raison d’un manque de fonds internationaux et les restrictions israéliennes sur certains matériaux de construction, imposées par crainte qu’ils puissent être utilisés pour reconstruire l’infrastructure militaire de Gaza.

Les sources de sécurité expliquent qu’en raison de la surveillance stricte des Israéliens des matériaux de construction entrant dans l’enclave côtière, le Hamas investit de moins en dans les tunnels en béton et avec des revêtements de ciment, et accélère la construction utilisant d’autres matériaux, comme ils le font pour les tunnels dans le sud de bande de Gaza entre le côté palestinien de Rafah et le côté égyptien de Rafah.

Les sources ont ajouté que la construction de tunnels près de la frontière égyptienne a presque entièrement cessé en raison de la répression agressive de l’Egypte dirigée contre le Hamas.