De 7h jusqu’à 22h, 5,88 millions d’électeurs israéliens ont été appelés à choisir leurs 120 députés dans plus de 10 000 bureaux de vote ouverts dans les écoles, les hôpitaux et même les prisons à travers le pays.

Netanyahu et son épouse Sara ont voté quelques minutes seulement après 7h dans une école de Jérusalem. « Il n’y aura pas de gouvernement d’union avec le Parti travailliste », a-t-il dit, « je formerai un gouvernement national », c’est-à-dire de droite.

Avec le système israélien, ce n’est pas nécessairement le chef de la liste arrivée en tête qui sera appelé le premier par le président Reuven Rivlin à tenter de former un gouvernement mais celui, parmi les 120 députés élus, qui sera le plus à même de constituer une coalition.

Pour revoir les événements, d’hier, cliquez ici.

Fin du direct

624 000 électeurs sont hors du pays le jour du scrutin

Quelque 624 000 Israéliens sont hors du pays le jour du scrutin, rapporte Radio Israël.

Alors que les premiers résultats seront connus vers minuit ou plus tôt, le décompte des voix officiel ne sera pas terminé avant le jeudi.

Dans seulement six jours, soit mercredi prochain, Reuven Rivlin recevra les résultats officiels et définitifs de l’élection.

Le président a été voté ce matin à 8h dans une école de Jérusalem.

Lapid espère éviter un gouvernement d’union avec les partis haredi

Le président de Yesh Atid, Yair Lapid, a voté à Tel Aviv et a dit que l’élection est « d’abord et avant tout une célébration de la démocratie, et j’appelle tout le monde à aller exprimer leur vote, peu importe le parti pour lequel vous votez. »

« Nous sommes ici parce que nous nous battons pour l’Etat d’Israël. Nous luttons contre la possibilité que, à la fin de cette journée, à la place d’un gouvernement qui apporte le changement et d’espoir pour l’Etat d’Israël va se retrouver avec un gouvernement d’union de Bibi [Netanyahu], Buji [Herzog] et les Haredim, » a déclaré Lapid, cité par Ynet.

71,2 %, c’est le taux de participation dans les ambassades et consulats

La Commission électorale centrale affirme que le taux de participation dans les ambassades et consulats israéliens se élève à 71,2 %.

Les diplomates israéliens et leurs familles, des émissaires de l’Agence juive et les travailleurs locaux israéliens sont tous autorisés à voter à l’extérieur du pays.

Kahlon espère des résultats après une campagne « épuisante »

Le chef de Koulanou, Moshe Kahlon a voté à l’école « Reali » à Haïfa.

« Nous sommes à l’apogée d’une campagne longue et épuisante, mais mon sentiment est grand et j’espère que ce soir, nous allons montrer de bons résultats, » dit-il.

« Plus nous aurons de sièges à la Knesset, plus nous aurons de nouveaux outils pour mener à bien des réformes au profit des citoyens d’Israël, » a déclaré Kahlon, cité par Ynet.

Deri : le Shas surprendra les sondeurs

Le président du Shas Aryeh Deri a voté à Jérusalem.

« C’est le jour que nous attendions et nous avons travaillé si dur, » a déclaré Deri, cité par Ynet.

« J’espère que ce soir, nous allons surprendre tous les sondeurs et le résultat – du moins c’est ce que je ressens – sera plus élevé que les derniers sondages. »

Capture d'écran de la vidéo de campagne du dirigeant du parti Shas, Aryeh Deri (Crédit : Capture d'écran YouTube/Shas Official)

Capture d’écran de la vidéo de campagne du dirigeant du parti Shas, Aryeh Deri (Crédit : Capture d’écran YouTube/Shas Official)

Livni : si vous voulez du changement, votez Herzog

Moins de 12h avant les élections, la numéro 2 de l’Union sioniste a renoncé au système de rotation mis en place avec Isaac Herzog.

Livni explique que cette élection est un vote entre « le sionisme et le radicalisme. »

« Herzog et moi sommes des partenaires, et notre objectif est de remplacer Netanyahu, pas le président. »

Buji a voté à Tel Aviv

Le président de l’Union sioniste Isaac Herzog a voté à l’École Zahala à Tel-Aviv.

Après avoir voté, il a dit : « ces élections concernent le changement et l’espoir ou le désespoir et la déception. »

Liberman appelle les Israéliens à « voter pour des partis sionistes »

Le chef d’Yisrael Beitenu, Avigdor Liberman, a voté à Nokdim.

« J’en appelle à tous les citoyens israéliens de sortir et de voter pour l’un des partis sionistes. ce n’est pas grave si c’est Meretz, Yisrael Beitenu, ou HaBayit HaYehudi, l’important, c’est de voter pour un parti sioniste parce que c’est important de préserver le caractère juif et sioniste de l’Etat juif », a déclaré Liberman, selon Ynet.

Elections 2015 : Guide de l’utilisateur

Des instructions simples pour celui qui vote pour la première fois, et un cours de recyclage pour le reste d’entre nous. Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Liens utiles : l’Ambassade de France en Israël a bien fait ses devoirs, cliquez ici.

Pour connaître votre bureau de vote, envoyez votre numéro de téudat zehut au 052-9999-555 ou rendez-vous sur le site officiel.

Galant : « les gens quittent le pays à cause de l’économie, pas de l’Iran »

Selon le site NRG, un responsable de Koulanou a déclaré : « Les deux côtés, le Premier ministre Netanyahu et le président de l’Union sioniste Isaac Herzog ont dit [au chef du parti Moshe Kahlon] ‘venez, signez avec nous et vous serez ministre des Finances ». Mais Kahlon ne veut pas venir comme « figurant » – il veut arriver à ce poste par son prore mérite ».

Le chef de Koulanou « veut arriver au ministère des Finances avec 15 sièges à la Knesset – pas avec 6 », poursuit son porte-parole.

« Nous sommes le parti le plus pauvre, avec le plus petit budget, mais nous avons une bonne dynamique. Un nombre de sièges à deux chiffres sera une grande réussite. »

Le n° 2 du parti, Yoav Galant, a voté à Amikam, où il réside.

« C’est le temps du changement. Personne n’a quitté le pays à cause de l’Iran – les gens quittent le pays parce qu’ils sont désespérés par la situation économique et sociale. Le temps est venu de mettre cela au sommet de l’ordre du jour », a déclaré Galant.

Moshe Kahlon et Yoav Galant - 12 mars 2015 à Ramat Gan (Crédit : Gili Yaari /FLASH90)

Moshe Kahlon et Yoav Galant – 12 mars 2015 à Ramat Gan (Crédit : Gili Yaari /FLASH90)

Kahlon ne soutiendra pas un « gouvernement Herzog-Liste arabe »

Le chef de Koulanou Kahlon dit qu’il ne compte pas soutenir un gouvernement dirigé par Herzog si Isaac Herzog choisit d’établir une coalition étroite soutenue par la Liste arabe unie.

Le site du ministère de l’Intérieur indiquant où aller voter est en panne

Le site Web du ministère de l’Intérieur aidant les Israéliens à trouver le bureau de vote auquel ils appartiennent est tombé en panne peu après 9 heures, selon la Commission électorale centrale.

En recherchant le bureau de vote en fonction de votre numéro d’identité le site ne montre aucun résultat, mais affiche une page d’erreur. Le ministère de l’Intérieur affirme qu’il s’occupe du problème.

Selon la loi israélienne, les électeurs ne peuvent voter que dans le bureau de vote à proximité de leur lieu de résidence enregistré au ministère de l’Intérieur.

Typiquement, le jour du scrutin, les étudiants et autres personnes louant des appartements qui n’ont jamais pris la peine de mettre à jour leur domicile doivent se rendre au bureau de vote le plus proche de l’endroit où ils sont inscrits.

Pour connaître votre bureau de vote, envoyez votre numéro de téudat zehut au 052-9999-555.

Odeh : un fort taux de participation éloignera les extrémes

Ayman Odeh, chef de la Liste arabe unie a tweeté sur la campagne électorale, en disant que « Nous allons répondre à la violence, à l’incitation, à l’intimidation et aux menaces en nous rendant aux urnes. Nous allons tous aller voter, augmenter le taux de participation et réduire les racistes au-dessous du seuil électoral. »

« Nous nous battons pas seulement pour nous, mais pour la société dans son ensemble. Aujourd’hui c’est nous, les Arabes qui sont ostracisés, mais demain il peut s’agir de toute personne ayant une opinion différente, toute personne qui est l’autre », a ajouté Odeh.

Ayman Odeh, le leader de la Liste arabe (unie) à la Knesset pour présenter sa liste pour les élections de 2015 le 28 janvier 2015 (Crédit/Yonatan Sindel/Flash90)

Ayman Odeh, le leader de la Liste arabe (unie) à la Knesset pour présenter sa liste pour les élections de 2015 le 28 janvier 2015 (Crédit/Yonatan Sindel/Flash90)

Le Likud va payer une amende pour le ‘faux’ enregistrement de Kahlon

Le président de la commission électorale centrale, Salim Joubran a ordonné le paiement d’une amende au Likud pour avoir induit en erreur les électeurs en distribuant un enregistrement du chef de Koulanou, Moshe Kahlon, louant les candidats du Likud.

L’enregistrement est authentique, mais remonte à quand Kahlon était encore un député du Likud.

Le parti a affirmé que l’enregistrement n’était pas trompeur, car tous les électeurs ont compris. Cependant, Joubran a décidé d’interdire l’utilisation de l’enregistrement et a ordonné le paiement d’une amende de 20 000 shekels par le Likud.

Moshe Kahlon s’est dit déçu par le comportement de gens qui étaient ses « amis ».

La « branche haredie de Jerusalem » pourrait coûter un siège au bloc de droite

Le rabbin Shmuel Auerbach, chef de la branche lituanienne dans la communauté ultra-orthodoxe, a décidé de boycotter complètement l’élection.

En début de semaine, il a été rendu public qu’Auerbach, qui dirige une minorité petite mais bruyante d’électeurs traditionnels de YaHadout HaTorah, ne votera pas pour ce parti. Des sources dans le parti ont craint qu’Auerbach disent à ses disciples, évalués à 30 000 personnes, à voter pour Yahad d’Eli Yishai.

Lundi une source proche du rabbin a dit qu’il ne donnait de consigne pour aucun parti. Cela a été interprété comme autorisant la communauté à faire leur propre choix. Si les disciples du rabbin décident de faire comme lui et de ne pas aller voter, YaHadout HaTorah et l’ensemble du bloc de droite risquent de perdre un siège à la Knesset.

La chef du Meretz inquiète, mais « fait confiance aux électeurs »

La présidente du Meretz Zehava Gal-On a voté à Petah Tikva près de sa maison.

« Je suis très excitée, je n’ai pas vraiment beaucoup dormi la nuit dernière, mais je compte sur les électeurs du Meretz. »

« Les sentiments sont mélangés aujourd’hui », confie Gal-On, citée par Ynet.

« C’est l’optimisme mélangé avec dela préoccupation, mais à cette heure éprouvante j’ai confiance en nos électeurs. »

La dirigeante du parti Meretz, la députée Zahava Gal-On, 2011. (Crédit : Abir Sultan/Flash 90)

La dirigeante du parti Meretz, la députée Zahava Gal-On, 2011. (Crédit : Abir Sultan/Flash 90)

Seulement 7,4 % des électeurs ont voté depuis ce matin 10h

A 10 heures, ce matin, 7,4 % des électeurs ont voté, reflétant un net ralentissement depuis ces dernières années.

Le nombre représente le nombre le plus faible de participation depuis 1973 au moins.

En 2013, qui a vu le taux de participation plus élevé que la moyenne, 11,4 % ont voté à ce moment de la journée, et en 2009, 10,3 % avaient voté à cette heure-ci.

Le taux le plus bas enregistré pour la matinée a été de 9,9 %, enregistré en 2006.

Peres vote en guise de « célébration de la démocratie »

L’ancien président Shimon Peres vote dans un bureau à Jérusalem.

« Aujourd’hui, nous allons tous influencé l’avenir d’Israël ainsi que son image, par un vote. Je suis très heureux de remplir mon devoir civique, et, ensemble, nous pouvons tous montrer au monde qu’Israël est une démocratie vivante avec des droits égaux pour tous ».

« J’appelle tous les citoyens d’Israël – juif, arabe, chrétien, druze, circassien, jeune et vieux – à venir voter – aujourd’hui, c’est une célébration de la démocratie », a déclaré Peres cité par Ynet.

Ayman Odeh est ‘heureux de faire partie de l’histoire’

Le président de la Liste arabe unie Ayman Odeh a voté dans un bureau à Nazareth et a dit qu’il était excité.

« Comme tout autre citoyen arabe de l’État, je suis très heureux de voter, de faire partie de l’histoire et de participer à un tournant qui va changer de façon significative la réalité de la vie des citoyens arabes et d’autres du pays, » a-t-il déclaré.

Ayman Odeh, le jour du vote à Nazareeth avec ses enfants (Crédit : Flash 90)

Ayman Odeh, le jour du vote à Nazareeth avec ses enfants (Crédit : Flash 90)

Voter sur l’économie, la sécurité, le conflit israélo-palestinien, l’identité juive…

Devant les bureaux, les électeurs exposaient à l’AFP la diversité de leurs préoccupations.

Heitner Chaim, juif d’une cinquantaine d’années portant la kippah, vote pour les ultra-orthodoxes parce qu’on « a mal traité les harédis (les juifs orthodoxes) ces dernières années » et qu’en « tant que médecin appelé à les traiter, (il est) bien placé pour voir que la pauvreté augmente ».

Yaacobi Gideon, 60 ans, choisit la liste de Moshe Kahlon, ancien du Likud de Netanyahu qui ratisse au centre et à qui tout le monde ou presque prédit le rôle de faiseur de roi au moment de former une coalition.

« La gauche, la droite, rien ne change. Alors je vote Kahlon, c’est le seul en qui j’ai confiance pour changer les choses dans le domaine économique ».

Le chef de Koulanou n’a pas encore dit explicitement qui il recommanderait à Rivlin pour le poste de Premier ministre, précisant qu’il était difficile de recommander un parti qui « manque de compassion, la sensibilité et qui pendant des années n’ont pas écouté la population, tandis que le coût du logement n’a fait qu’augmenter de plus en plus. » Et il n’a pas l’intention de voter pour l’Union sioniste car il sait qu’il s’appuiera sur la Liste arabe unie.

Shulami Laron, une cinquantaine d’années, s’inquiète de la survie de son parti de toujours, Meretz, qui met l’accent sur la question palestinienne. Elle voudrait « voir Netanyahu disparaître pour de nombreuses, nombreuses années ».

– Avec AFP

Même Google vote

Capture d’écran de la page d'accueil Google.co.il

Capture d’écran de la page d’accueil Google.co.il

Bibi bat Herzog – sur Wikipedia

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu bat clairement son challenger Isaac Herzog – au moins dans le nombre de fois que les utilisateurs d’Internet tapent leurs noms sur Wikipedia.

Dans les 90 jours précédant le jour du scrutin, 53 630 personnes ont surfé sur l’entrée en hébreu pour Netanyahu – environ dix mille de plus qui se sont intéressés à Herzog (43 553).

Naftali Bennett (HaBayit HaYehudi) arrive loin derrière en troisième place avec 25 427 de pages vues, suivi de près par la colistière de Herzog, Tzipi Livni (25 011), selon les chiffres fournis par le président de Wikimedia Israël, Itzik Edri.

Le chef de YaHadout HaTorah, Yaakov Litzman, était l’entrée la moins-recherchée pour les chefs de partis, avec 3 015 de pages vues; mais cela pourrait aussi avoir à faire avec le fait que beaucoup de juifs ultra-orthodoxes n’utilisent pas Internet.

Quand il s’agit des deux principaux partis, cependant, l’Union sioniste de Herzog a suscité plus de curiosité parmi les surfeurs, avec 32 541 de pages comptabilisées à la recherche pour le nom de la nouvelle liste sur Wikipedia, alors que seulement 23 105 ont cherché à en savoir plus sur le Likud. Ceci s’explique sans doute par le fait que la liste soit nouvelle contrairement à celle du Likud.

Sur le site anglais de Wikipedia, Netanyahu a été recherché 450 340 fois (quelques 150 000 pages vues ont eu lieu à l’époque de son discours controversé au Congrès américain).

En revanche, la page Wikipedia sur Herzog arrive en deuxième avec seulement 59 902 de pages vues, selon Edri.

Livni est arrivé troisième avec 41 801 de pages vues, suivie par Bennett avec 26 824 de pages vues.

– Raphaël Ahren

5 éléments à connaitre sur les élections israéliennes

Ce ne sera pas fini une fois que tous les bulletins seront comptabilisés – et même après, tout peut arriver.

A l’heure où les Israéliens se rendent aux urnes mardi pour voter pour élire les députés de la 20e Knesset, vous trouverez ci-dessous quelques points-clés méritant d’être soulignés.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Gideon Saar croit en la vision du Likud

L’ancien ministre très populaire du Likud Gideon Saar, qui a quitté le parti pour se concentrer sur sa vie personnelle, s’est présenté dans un bureau de vote à Tel Aviv.

« Un jour d’élections est toujours un jour important et passionnant. Le chemin du Likud est celui auquel je crois de tout mon cœur. C’est la bonne voie pour l’avenir d’Israël », a déclaré Saar.

Saar est largement considéré comme un possible héritier du trône Likud dans une futur course aux primaires du parti contre Netanyahu. Des politologues pensent qu’il a quitté le parti pour mieux revenir en tant que candidat pour le diriger.

Quand on vote, on partage sur Facebook

Facebook permet aux Israéliens d’annoncer sur leur page qu’ils ont voté.

Depuis ce matin, les politiciens mais aussi les nouveaux immigrants ne cessent de commenter et de poster des photos d’eux-même munis de leur bulletin de vote dans l’isoloir sur leur page personnelle.

Ce module permet aussi de recevoir des informations de la commission électorale centrale à propos du bureau où ils ont déposé leur bulletin.

Les utilisateurs israéliens verront le bouton « j’ai voté » apparaître en haut de leur fil d’actualité.

Capture d’écran de la page FB

Capture d’écran de la page FB

Le taux de participation est de 26 % à 12h

Le taux de participation a atteint 26 % à midi.

C’est un taux similaire à celui de la participation à cette heure de la journée en 2013.

Si le taux de participation élevé est un facteur pour prévoir une participation finale élevée aujourd’hui ou seulement une conséquence du beau temps qui incite beaucoup à aller voter tôt avant de sortir pour profiter de leur journée de congé, cela reste difficile à évaluer.

Tsahal à ses soldats : allez voter !

Le porte-parole de Tsahal appelle tous les soldats et tous les Israéliens à aller voter aujourd’hui.

Le Likud est ‘préoccupé’ alors que les citoyens arabes remplissent leur devoir civique

Le Likud émet une déclaration officielle exprimant sa « préoccupation » sur le taux élevé de participation dans le secteur arabe.

Le Premier ministre Netanyahu a rajouté sur Facebook que « la règle du droit est en danger. Les électeurs arabes viennent en masse aux urnes. Les ONG de gauche les amènent en autobus. »

Netanyahu poursuit : « Nous n’avons aucun mouvement de V15, nous avons juste un appel aux armes, et nous vous avez seulement. Allez dans les bureaux de vote ; amenez vos amis et les membres de votre famille. Votez Likud pour combler l’écart entre nous et le parti travailliste ».

Sderot demeure un bastion du Likud

Les rues de Sderot sont bordées de bannières pour le Likud, HaBayit HaYehudi, Shas et Yahad.

Lors des dernières élections, la ville a voté principalement pour Likud, Shas et HaBayit HaYehudi.

Yahad, dirigé par Eli Yishai, s’est séparé de Shas avant l’élection d’aujourd’hui et a rejoint l’ultra-belliciste Otzma LeIsrael.

Les gens qui ont accepté de révéler pour qui ils ont voté ont tous dit qu’ils avaient voté pour le Likud, citant la question de la sécurité en tête de leurs préoccupations.

– Ilan Ben Zion

Hadash se moque de la préoccupation du Likud du taux de participation arabe

Le parti Hadash – qui fait partie de la Liste arabe unie – répond avec humour sur Twitter à « l’inquiétude » du Likud par rapport au taux de participation élevé dans les communautés arabes.

L’image est affichée sur le compte officiel Twitter de Hadash.

Netanyahu exclut un journaliste, encore une fois

Netanyahu pour la deuxième fois en moins d’une semaine choisit ses journalistes : le Premier ministre a été interrogé par téléphone par la Dixième chaîne tôt ce matin, mais il a exigé que le journaliste Ben Caspit de Maariv quitte le studio comme condition pour donner l’entrevue.

La gestion de la Dixième chaîne a décidé de ne pas céder à cette condition, mais Caspit, qui était un invité spécial à la matinale, a volontairement quitté le studio avant le début de l’entretien.

Caspit a plus tard tweeté : Après de nombreuses demandes j’ai accepté de me réveiller tôt et de venir au studio de la Dixième chaîne ce matin. Et puis il a été constaté que Bibi n’est pas prêt à faire l’entrevue tant que jeme trouvais dans le studio. Il avait été précisé à [Netanyahu] que je ne poserais pas de questions. Il a insisté, alors je suis parti. »

Caspit : « Après que nous ayons réalisé que Bibi ne ferait pas l’interview tant que j’étais en studio, j’ai décidé de partir de mon propre gré, afin que l’homme fort contre le Hamas « se sente en sécurité. »

Guy Meroz et Orly Vilnai, les animateurs de l’émission du matin, ont alors demandé à Netanyahu pourquoi il a refusé de faire l’entrevue alors que Caspit était présent. Netanyahu a répondu « qu’il n’est pas un journaliste. Les gens qui me dénigrent personnellement, qui dénigrent ma famille – je ne leur dois pas d’avantages parce qu’ils sont des journalistes ».

La semaine dernière, Netanyahu a refusé d’être interviewé par le journaliste de la Dixième chaîne, Raviv Drucker, un autre ennemi de Netanyahu, du studio. Netanyahu a été interviewé par la Deuxième et Première chaîne.

Lors de son entrevue avec la Deuxième chaîne, la présentatrice Yonit Levi lui avait demandé si son comportement avec les journalistes n’était pas « un peu Poutinesque. »

Enquête après une plainte d’irrégularités à Umm al-Fahem

La police à Umm al-Fahem, une ville dans la région du Triangle d’Israël, va ouvrir une enquête suite à des plaintes d’irrégularités dans un bureau de vote.

Comment le taux de participation va influencer les élections

Une participation record de 80 % espérée par l’Union sioniste pourrait lui apporter la victoire.

Les politiciens israéliens ont passé les trois derniers mois à tenter de convaincre les électeurs qu’ils sont le meilleur choix pour servir Israël. Mais leur succès dépendra non seulement de qui ils auront reussi à convaincre, mais du nombre de leurs partisans qui se rendra aux urnes.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Netanyahu soutenu par Walker Texas Ranger

L’acteur Chuck Norris a diffusé une vidéo sur YouTube dans laquelle il appelle les Israéliens à voter pour le Premier ministre, Benjamin Netanyahu.

« J’ai vu Netanyahu prononcer son discours au Congrès, et j’ai vu un homme qui aime son pays avec tout son coeur et son âme. J’ai aussi vu un leader fort, ce qui est absolument crucial pour le bien-être de l’Etat d’Israël. »

Il revient sur les films qu’il a tournés sur le sol israélien, en rappelant aux téléspectateurs, que leur pays est un « pays incroyable et qu’il faut qu’il reste incroyable. »

« Il est important de garder un leader qui a le courage et la vision de s’opposer aux forces du mal qui menacent nous seulement Israël, mais aussi les Etats-Unis, » souligne l’acteur américain.

La vidéo postée le 16 mars a été visionnée jusqu’ici à plus de 110 000 reprises.

Le chef de la police a vu quelques irrégularités jusqu’à présent

Le chef de la police Yohanan Danino dit que très peu d’événements inhabituels ont été signalés pendant le vote et ajoute que des milliers de policiers étaient stationnés à proximité des bureaux de vote à travers le pays.

Danino a dit à Radio Israël que lorsque les bureaux de vote sont situés à proximité, les voitures de police assureront le transfert de toutes les urnes à la Commission électorale centrale située à Jérusalem.

Tibi contre-attaque Netanyahu

« Netanyahu est pris de panique, en montant les électeurs contre les Arabes qui s’acquittent de leurs droit naturel et démocratique comme tout autre citoyen, » a déclaré Ahmad Tibi.

« Netanyahu et le Likud, » dit Tibi, sont « la peur, et c’est pourquoi j’invite la population arabe à aller voter en plus grand nombre, afin que Bibi continue de paniquer. Le changement est en cours de réalisation. »

Netanyahu a plus tard déclaré que le problème n’est pas le vote arabe mais le fait que les fonds massifs de venus de gouvernements étrangers et d’autres sources à l’étranger aient été utilisés pour entraîner les Arabes israéliens dans les bureaux de vote et « déformer ainsi la véritable volonté de la plupart des électeurs israéliens en faveur de la gauche ».

Le député Ahmad Tibi participant à un débat à la Conférence sur la démocratie le 17 février 2015 (Crédit : Amir Levy/Flash90)

Le député Ahmad Tibi participant à un débat à la Conférence sur la démocratie le 17 février 2015 (Crédit : Amir Levy/Flash90)

Le grand-père de Zeev Elkin meurt en quittant le bureau de vote

Le grand-père du député du Likud, Zeev Elkin, est décédé mardi alors qu’il quittait le bureau de vote de Jérusalem, a appris le Times of Israel.

Le vieil homme s’est effondré et a frappé sa tête contre le sol après avoir voté dans le quartier de Neve Yaakov dans la capitale.

Les ambulanciers arrivés sur les lieux ont tenté en vain de le ranimer.

L’homme n’a pas été nommé immédiatement, mais son identité a été confirmée au Times of Israel.

Elkin, numéro huit sur la liste du Likud, est un ancien ministre-adjoint des Affaires étrangères et président de l’importante Commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset.

Elkin a servi dans le parti Kadima 2006-2009, et plus tard au Likud.

Il a immigré en Israël en provenance de l’Union soviétique en 1990.

Likud MK Zeev Elkin (photo credit: Uri Lenz/Flash90)

Zeev Elkin (photo credit: Uri Lenz/Flash90)

Le taux de participation à 14 heures est de 36,7 %

36,7% des Israéliens ont voté jusqu’à 14 heures. C’est un taux légèrement inférieur à celui de 2013 (38,3 %) mais légèrement plus élevé qu’en 2009 (34,0 %).

La Commission électorale centrale publie le taux de participation toutes les deux heures le jour du scrutin, à partir de 10 heures.

Le taux de participation final le plus élevé depuis 1973 a été de 79,7 %, en 1988.

Le taux de participation final le plus bas était en 2001, 62,3 %.

Avant de se marier, on passe par la case ‘bureau de vote’

Le chef de Yesh Atid, Yair Lapid a accompagné Victoria et Gary au bureau de vote, alors qu’ils se marient aujourd’hui.

Le couple a décidé de faire une petite virée au bureau de vote pour déclarer leur soutien au parti centriste.

Victoria et Gary, tous deux âgés de 35 ans, vivent à Ramat Pinkas et se marient plus tard aujourd’hui à Ness Ziona.

« Il est important pour nous de voter pour l’avenir de nos enfants avant de nous marier. Nous croyons que Yair Lapid et Yesh Atid sont la voie à suivre pour notre pays », disent-ils, selon un communiqué du parti.

Lapid les félicite pour leur choix ainsi que posur leurs noces. « C’est tellement excitant que vous ayez choisi de commencer votre journée de mariage comme ça. Juste avant le mariage, je serai avec vous sur votre chemin à l’isoloir, heureux de vous rencontrer et heureux que vous votiez pour Yesh Atid. Un vote pour nous est un vote pour un avenir meilleur pour nous et pour vos enfants ».

Yair Lapid félicite le jeune couple qui a décidé d'aller voter avant d'aller se marier (Crédit : autorisation Yair Lapid)

Yair Lapid félicite le jeune couple qui a décidé d’aller voter avant d’aller se marier (Crédit : autorisation Yair Lapid)

À 12h, 29 % des soldats de Tsahal avaient voté

C’est 2.8 % de plus que lors des élections de 2013.

Netanyahu ou Herzog ? Un scrutin serré et complexe

80 % des 5,9 millions des électeurs israéliens devraient glisser mardi dans l’urne un bulletin de vote pour la 20e Knesset, alors que la campagne surchauffée qui est devenue un référendum sur le bilan des six années du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu atteignait son paroxysme.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Un député Hadash visite le siège de la Liste arabe à Umm al-Fahm

Afu Aghbariyah (Hadash) visite le siège de la liste arabe unie à Umm al-Fahm.

« Il est temps de laisser la jeune génération avancer », dit Aghbariyah.

Afu Aghbariyah (Hadash) visite le siège de la liste arabe unie à Umm al-Fahm. (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

Afu Aghbariyah (Hadash) visite le siège de la liste arabe unie à Umm al-Fahm. (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

– Elhanan Miller

Les Arabes israéliens votent en nombre pour en finir avec Netanyahu

Ehab Hamam, ingénieur en informatique arabe israélien de 37 ans, a tenu à transformer la parole en acte.

Dans une file d’attente, derrière une cinquantaine d’électeurs et devant beaucoup d’autres encore, il dit vouloir déposer son bulletin « pour dire à la droite et à Netanyahu qu’on est là ».

A Haïfa, après six années de gouvernement Netanyahu, à l’instar de Gideon Leber, un retraité ashkénaze, beaucoup votent « pour le changement ». Et cet Israélien de 73 ans l’assure, il n’a « jamais vu une queue aussi longue devant un bureau de vote ».

Dans la ville mixte de Chafa Amar, sur les monts de Galilée, Ahmed Hamdi, un militant de la liste arabe assure que la participation a déjà atteint 27 %. « Et traditionnellement, c’est plus tard dans la journée que les électeurs affluent », dit-il.

Selon les sondeurs, l’union historique des partis arabes israéliens pourraient faire grimper de 10 points la participation des Arabes, traditionnels grands abstentionnistes. « Aujourd’hui, on va changer les règles du jeu », s’enthousiasme-t-il.

Yoram Barak, psychiatre à Tel-Aviv, hésite encore entre le Meretz, « le seul parti vraiment socialiste », et la liste arabe commune. « Parce qu’il n’y a qu’en s’unissant avec l’autre –nos voisins et nos partenaires arabes– que nous pourrons amorcer un véritable changement social en Israël ».

Pour Jihad Ghanim, un Arabe israélien de 65 ans qui vote à Jérusalem, « il n’y a pas d’autre choix: en tant qu’Arabe ayant la nationalité israélienne, je vais voter pour la liste arabe commune » de M. Odeh.

« Mon choix repose sur la question qui me tient le plus à coeur : la question palestinienne », dit-il. « J’espère que les Arabes pourront faire partie d’un bloc anti-Netanyahu ».

Le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh assure que rien n’est joué de ce point de vue pour le moment.

Interrogé par l’AFP, M. Odeh a répondu, sibyllin : « Après les élections, nous écouterons ce qu’Herzog a à proposer et alors seulement nous déciderons ».

Avec AFP

Les élections israéliennes intéressent les Palestiniens et le monde arabe

Le Hamas préfère que Netanyahu reste au pouvoir ; certains, à l’AP, souhaitent une victoire de Herzog ; les médias arabes raffolent de cette course serrée.

Pour lire l’analyse d’Avi Issacharoff, cliquez ici.

La radio bédouine appelle à la libération de Gaza

Les stations de radio émettant depuis Tel Sheva et Rahat, deux communautés bédouines situées dans le Néguev, appellent les habitants de la région à voter pour la Liste arabe unie.

Il y a 93 000 électeurs à Rahat et à Tel Sheva.

Plus déconcertant, les stations émettent aussi des chansons appelant à la libération de la « Palestine », et des slogans tels que « Nous avons battu le sioniste ; nous allons lever nos bras pour libérer la terre de Gaza », rapporte Radio Israël.

Yahad et Shas se chamaillent encore

Le parti Yahad d’Eli Yishai a déposé une plainte auprès de la Commission centrale électorale contre la station de radio ultra-orthodoxe de Kol Chai, tandis que Shas a déposé sa propre plainte contre la station de radio Kol Berama.

L’appel d’Eli Yishai à une trêve lancé hier est tombé dans l’oreille d’un sourd.

Quelques rapports d’irrégularités impliquent principalement des militants de ces deux partis.

Le président de la Commission centrale électorale, Salim Joubran, a émis des ordonnances de retenue aux deux stations de radio ordonnant qu’ils s’abstiennent de radiodiffuser du matériel électoral, même s’il n’y a pas eu violation du code de propagande électorale le jour du scrutin.

« J’ai écouté à la programmation de la radio Kol Chai et n’ai pas entendu de matériau qui constitue une fraude à la campagne électorale », a écrit Joubran.

En ce qui concerne la demande de Shas, Joubran n’a pas dit que le matériel de propagande électorale a été diffusé, mais a rendu l’ordonnance de retenue « pour éviter la possibilité qu’il le soit. »

Kol Berama a été initialement créée grâce à un parrainage du Shas, quand Ariel Atias a servi de ministre de la Communication.

Mais Shas revendique que la station a un parti pris contre le parti depuis que Yahad s’est séparé du Shas.

Zvi Amar, le propriétaire de Kol Berama, est un associé d’Yishai ainsi que du Rabbi Meir Mazuz, le chef spirituel de Yahad, rapporte NRG.

Aucune preuve que la participation arabe soit élevée

Selon Ynet et la Deuxième chaîne, il n’y a aucune indication que la participation dans les communautés arabes soit nettement plus élevée que lors des élections précédentes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié une déclaration mardi tôt avertissant les électeurs de droite que la participation arabe était très élevée.

« Nous sommes préoccupés par le taux de participation élevé dans le secteur arabe, » a indiqué un communiqué de la campagne du Likud.

« Les électeurs arabes se dirigent en masse vers l’isoloir, » pouvait-on lire dans la déclaration du parti.

L’AFP a également écrit un article intitulé : ‘Les Arabes israéliens votent en nombre pour en finir avec Netanyahu,’ dont le Times of Israël a publié certains extraits dans ce liveblog.

Dans sa ville natale, le faiseur de rois Kahlon est célébré comme un roi

Givat Olga était jadis réputé pour deux choses : Shipudei Olga, un restaurant-grill qui apparaît souvent dans la liste des dix meilleurs dans sa categorie, et la lutte constante de la ville pour combattre la pauvreté, la criminalité et l’infrastructure déficiente.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Moshe Kahlon, chef du parti Koulanou, est retourné mardi 17 mars 2015 dans sa ville natale de Givat Olga pour accompagner sa mère à l'isoloir. (Crédit photo: Juda Ari brut / Times of Israel)

Moshe Kahlon, chef du parti Koulanou, est retourné mardi 17 mars 2015 dans sa ville natale de Givat Olga pour accompagner sa mère à l’isoloir. (Crédit photo: Juda Ari brut / Times of Israel)

Taux de participation à 16h évalué à 45,4 %

45,4% des électeurs ont voté à 16 heures.

C’est légèrement inférieur au 46,6 % des 16h lors de l’élection en 2013.

Le taux de participation parmi les soldats de Tsahal est évalué à près de 3 % de plus pour cette horaire de la journée.

Bennett craint une baisse de son chiffre

Lee leader de HaBayit HaYehudi, Naftali Bennett s’inquiète que son parti se retrouve avec moins de sièges à la Knesset.

S’adressant à Israël National News, Bennett dit, « je suis rentré de Holon, Bat Yam, Beer Sheva, Kiryat Gat, Kiryat Malachi et maintenant je me dirige vers Jérusalem – les branches régionales nous donnent des rapports et la situation n’est pas très bonne. »

« Il y a un siphonnage massif de votes de HaBayit HaYehudi par le Likud, y compris dans le cœur des cœurs du sionisme religieux – un sentiment que le Likud essaie de nous écraser », affirme Bennett.

« Je pense que ce sera une grande erreur car un grand Likud avec un faible HaBayit HaYehudi est une chose très dangereuse, et a conduit au désengagement, à l’accord d’Hébron et au discours de Bar-Ilan [dans lequel Netanyahu avait pour la première fois dit qu’il était en faveur d’un État palestinien] », rappelle Bennett.

Le chef de HaBayit HaYehudi appelle la population à ne pas voter stratégiquement : « J’appelle la population à voter à partir de son cœur, pas à faire ces calculs, car à la fin ils nous causeront de grands dommages. »

« Je sens qu’il y a beaucoup de votes d’HaBayit HaYehudi vers le Likud. Le Likud est de toutes façons en très bonne forme et ce qui importe, c’est le nombre de personnes qui recommande au président « qui devrait former la prochaine coalition, a-t-il ajouté.

« Nous ne devons pas devenir un simple chiffre [de sièges à la Knesset]. Je suis optimiste car il reste encore de plusieurs heures », conclut Bennett.

« Le taux de participation dans le secteur arabe pas très bon »

Notre journaliste des Affaires arabes, Elhanan Miller, est en visite dans les communautés arabes dans le nord d’Israël le jour du scrutin.

« Le taux de participation dans le secteur arabe n’est pas si bon que ça », a déclaré le conseiller Rawan Abu Leil, 21, du village de Ein Mahel.

« Nous encourageons les gens à voter, peu importe pour quel parti. »

Des électeurs arabes israéliens à Nazareth - 17 mars 2015 (crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

Des électeurs arabes israéliens à Nazareth – 17 mars 2015 (crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

En ce jour d’élections, les dés sont jetés

Les journaux en hébreu oublient la notion d’impartialité et vont même jusqu’à donner des consignes de vote.

Tzipi Livni de l'Union sioniste le 17 mars 2015 à Tel Aviv (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Tzipi Livni de l’Union sioniste le 17 mars 2015 à Tel Aviv (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Pour lire la revue de presse des médias israéliens, cliquez ici.

Une conférence de presse de Netanyahu interdite

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu appelle à une conférence de presse pour 17h45 mardi, à seulement quatre heures avant la clôture du scrutin le jour du scrutin.

Mais les parties Yesh Atid et de l’Union sioniste appellent le chef de la Commission électorale, Salim Joubran, à interdire la conférence de presse.

La campagne est interdite le jour du scrutin lui-même, et Joubran a statué qu’une conférence de presse en direct constituerait une annonce de campagne par défaut.

Le Likud a jusqu’à 18h30 pour faire appel de la décision de Joubran.

Les sites de paris en ligne donnent Netanyahu gagnant

Les sites de paris en ligne donnent Benjamin Netanyahu gagnant, bien que les marges varient considérablement, selon une liste établie par la la Deuxième chaîne.

Les parieurs sur le site PredictIt favorisent Netanyahu à 56 % contre 44 % contre.

Le site Hypermind le placent en gagnant à 67 %, et sur le site de prédictions Predictwise, il remporte 80 %.

Yishai promet que chaque voix pour lui aidera le Premier ministre

Dans les dernières heures en ce jour d’élection, Eli Yishai, le président du parti Yahad, a exhorté les électeurs à l’aider à sauver son parti et à éviter qu’il ne se retrouve en-dessous du seuil électoral.

« L’ensemble de la droite porte le parti Yahad sur ses épaules. Aidez-nous à assurer la victoire de [Benjamin] Netanyahu », a déclaré Yishai dans un communiqué.

Alors que Netanyahu a passé la journée à appeler frénétiquement les électeurs de droite à voter pour son parti, le Likud, qui avait pris du retard par rapport à l’Union sioniste du centre-gauche dans les derniers sondages publiés vendredi, Yishai a insisté en affirmant que seul un vote pour Yahad assurerait la victoire du Likud.

« Vous devez comprendre », a déclaré Yishai à ses électeurs potentiels, « que sans un Yahad fort, Netanyahu n’aura pas la majorité [des recommandations] pour le président », qui, après les élections, qui choisit le chef de parti qui aura la tâche de former une coalition.

Eli Yishai (Capture d'écran : Knesset Channel)

Eli Yishai (Capture d’écran : Knesset Channel)

Le taux de participation est de 54,6 % à 18h

Le taux de participation à 18 heures était à 54,6 %.

Il est à 0,9 points en dessous du taux de participation aux élections de 2013 à la même heure.

Les bureaux de vote fermeront dans tout le pays à 22 heures ce soir.

Dans le sud d’Israël, les roquettes divisent les électeurs

Les habitants à la frontière de la bande de Gaza votent à gauche alors qu’à Sderot, les partis de droite dominent.

Pour lire l’article d’Ilan Ben Zion, cliquez ici.

Un arrêt de bus dans la ville frontalière d'Ein Hashlosha avec des bannières exhortant les résidant à voter pour l'Union sioniste et sa candidate Tzipi Livni  (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israel)

Un arrêt de bus dans la ville frontalière d’Ein Hashlosha avec des bannières exhortant les résidant à voter pour l’Union sioniste et sa candidate Tzipi Livni (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israel)

Série de photos de cette journée électorale

Dans une vidéo, Netanyahu fustige la décision de Joubran

« Tout au long de la journée, les hommes politiques ont parlé dans les médias », s’insurge Netanyahu.

Netanyahu avait convoqué une conférence de presse à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, mais les médias israéliens avaient reçu l’interdiction de diffuser cet événement. Selon la loi électorale israélienne, la campagne électorale ne doit pas se poursuivre le jour du scrutin.

Netanyahu conteste cette interdiction en soulignant que les politiciens de gauche sont apparus dans les médias une grande partie de la journée.

« Tzipi [Livni], Buji [Herzog], Yair [Lapid], des représentants de la gauche, ont parlé dans tous les studios possibles et ont mené une campagne électorale flagrante », accuse-t-il lors de la conférence de presse, qui n’a pas été diffusé dans les médias israéliens, mais dont la vidéo a été postée sur la page Facebook de Netanyahu.

Salim Joubran (Crédit : Flash 90)

Salim Joubran (Crédit : Flash 90)

« Le parti ‘Juste pas Bibi’ n’arrête pas de parler dans les médias sans que personne ne les dérange. Le seul qu’ils ont décidé d’empêcher de parler aux médias, c’est moi, le Premier ministre du Likud », s’insurge-t-il. C’est l’accusation la plus directe formulée par le Premier ministre contre le président de la Commission électorale centrale, le juge de la Cour suprême, Salim Joubran, qui a pris la décision d’interdire la diffusion.

« Personne ne nous fera taire », jure-t-il. « Dans un Etat démocratique, même un Premier ministre du Likud a le droit de dire ce qu’il a dire ».

Joubran a lui-même appelé à changer la loi électorale israélienne pour lever ou tout du moins assouplir significativement les restrictions qui pèsent contre la propagande électorale, et n’a appliqué la loi que relativement légèrement au cours de la campagne.

Il n’a pas imposé d’annulations des apparitions dans les médias, mais les a appliquées lorsque les partis concurrents déposaient des requêtes contre elles. Dans le cas de la conférence de presse de mardi de Netanyahu, Joubran a répondu favorablement à la requête de Yesh Atid et de l’Union sioniste contre la conférence.

Joubran a également interdit la diffusion d’une conférence de presse cet après-midi de l’Union sioniste.

Le Likud perd, avertit Netanyahu

Le parti du Likud perd l’élection, a mis en garde Netanyahu.

Dans un communiqué de presse posté sur sa page Facebook – la Commission électorale a interdit les chefs de file des partis d’apparaître dans les médias officiels le jour du scrutin – Netanyahu donne une image désastreuse de la situation destinée à mobiliser les électeurs de droite aux urnes, avant la fin du scrutin prévue à 22H.

« Nous sommes dans une campagne fatidique. Il y a encore un écart significatif entre le parti travailliste et le Likud. La seule façon de réduire l’écart est d’aller à l’urne et de voter ‘Mahal, » précise Netanyahu, en faisant référence aux symboles des lettres du bulletin de vote du Likud.

Netanyahu accuse les ONG, des gouvernements étrangers et la gauche d’avoir financé une campagne à l’encontre de sa personne.

« Le fossé entre le parti travailliste et le Likud est fondé principalement sur les fonds étrangers qui circulent en grandes quantités parmi des ONG de gauche. Leur but est de remplacer un gouvernement du Likud dirigé par moi avec un gouvernement de gauche soutenu par la Liste arabe unie », dit-il

« Ayman Odeh, qui soutient [l’Union sioniste de Isaac] Herzog, a déjà dit non seulement que je devais être remplacé, mais que je devais être mis en prison pour avoir défendu les citoyens d’Israël et la vie des soldats de Tsahal [lors de l’opération à Gaza l’été dernier]… Un gouvernement de gauche qui dépend d’une telle liste remettra à chaque étape, en question Jérusalem, les frontières de 1967, sur tout, » répète Netanyahu, « et donc il ya un immense effort des ONG de gauche pour mobiliser les électeurs du bloc de gauche, principalement dans le secteur arabe, et dans les zones où les gauchistes votent « .

Les mises en garde de Netanyahu quant au fait que la participation arabe était étonnamment élevée a été unanimement condamnée par la gauche et le centre plus tôt dans la journée. Il répond à la critique dans sa déclaration.

« Je tiens à préciser : il y a rien d’illégitime à ce que les citoyens votent, juif ou arabe, comme ils l’entendent. Ce qui n’est pas légitime, c’est le financement, le fait que l’argent vienne de l’étranger, des ONG et des gouvernements étrangers, qui les emmènent en masse au scrutin d’une manière organisée, en faveur de la gauche, et donne un pouvoir excessif à la Liste arabe extrémiste et affaiblit le bloc de droite de façon à ce que nous soyons incapables de bâtir un gouvernement – malgré le fait que la plupart des citoyens d’Israël soutiennent le camp national et me soutiennent moi en tant que Premier ministre du Likud ».

Benjamin Netanyahu (Crédit : Nati Shohat/FLASH90)

Benjamin Netanyahu (Crédit : Nati Shohat/FLASH90)

Le changement arrive, exulte la députée travailliste Stav Shaffir

La députée de l’Union sioniste, Stav Shaffir s’exprime avec un ton résolument optimiste.

« Nous estimons que le changement dans tous les bureaux de vote que nous visitons, et principalement dans les réponses effrayées du Likud, » déclare Shaffir.

Netanyahu a averti à plusieurs reprises ces derniers jours que son parti, le Likud a été à la traîne derrière l’Union sioniste et qu’il pourrait perdre l’élection.

« Netanyahu a été dans une panique terrible menace sur le moment où il devra quitter son siège, et ne est pas au-dessus de toute mesure ou de tout mensonge ou alarmisme » pour empêcher cela, elle charge.

Elle fustige la déclaration de Netanyahou plus tôt aujourd’hui dans laquelle il a mis en garde ses partisans que la participation arabe était étonnamment élevée.

« Un Premier ministre qui s’attaque au vote dans des élections démocratiques – qui a entendu parler d’une telle chose, » s’interroge la plus jeune députée.

La députée Stav Shaffir lors d'une réunion de la commission des finances le 24 décembre 2013 (Crédit : Flash90)

La députée Stav Shaffir lors d’une réunion de la commission des finances le 24 décembre 2013 (Crédit : Flash90)

La participation électorale des Arabes est à 12 points derrière celle des Juifs

La participation arabe avait atteint 45 % à 18 heures, selon la Deuxième chaîne, ce qui représente plus de neuf points de retard sur le taux de participation global – et près de 12 points de retard sur la participation juive.

Le taux de participation des Arabes ou les avertissements contre leur participation, était le message principal de la droite en ce jour de scrutin.

Le financement étranger et les « ONG de gauche » sont à l’origine de la forte participation arabe afin de renverser le Likud, a mis en garde Netanyahu à plusieurs reprises aujourd’hui.

Les élections battent son plein au zoo de Jérusalem

Les visiteurs du zoo doivent voter pour élire l’animal qui devrait couronner comme le roi du royaume animal.

Pour exposer de manière spectaculaire le devoir civique échu aux citoyens d’une démocratie, un pachyderme a démontré la dextérité qui caractérise son espèce en insérant un grand bulletin de vote dans une urne dans le but de convaincre la population qui flânait dans les allées du zoo d’aller voter.

Un éléphant en train de voter au zoo biblique de Jérusalem le 17 mars 2015 (Crédit : Shai Ben Ami/Jerusalem Biblical Zoo)

Un éléphant en train de voter au zoo biblique de Jérusalem le 17 mars 2015 (Crédit : Shai Ben Ami/Jerusalem Biblical Zoo)

Pour lire l’article en entier et se détendre un peu avant les résultats, cliquez ici.

Des rapports de fraude électorale commencent à surgir

Au moins 51 enquêtes policières ont été ouvertes aujourd’hui sur des soupçons de fraude électorale.

Dans certains cas, des électeurs se font passer pour d’autres électeurs. Des cas de falsifications de bulletins de vote et des vols de bulletins ont été signalés.

Sur les 800 accusations de fraude électorale rapportées à la police aujourd’hui, un suspect est déjà écroué et 23 sont en garde à vue dans le cadre de l’enquête.

A Safed, un résident de 24 ans est arrivé au bureau de vote et a découvert qu’il était déjà inscrit comme ayant voté.

A Umm al-Fahm, un coordonnateur principal d’un bureau de vote a été arrêté parce que des témoins l’auraient vu en train de placer plusieurs enveloppes dans l’urne.

Le taux de participation est à 65,7 % à 20h

Le taux de participation atteint les 65,7 % à 20 heures, deux heures avant la clôture du scrutin dans les grandes villes.

Les bureaux de vote fermaient à 19h dans les petites villes et les villages.

Le taux de participation de ce scrutin est en légère hausse – 2 % – par rapport au taux de participation à la même heure lors des élections en 2013.

Les travaillistes, alliés naturels des partis arabes ?

L’allié naturel des Arabes israéliens, pour les commentateurs, c’est la coalition de centre gauche Union sioniste, emmenée par le travailliste Isaac Herzog et donnée en tête par les sondages. Mais la liste arabe — qui rassemble communistes, islamistes et nationalistes arabes aux vues souvent diamétralement opposées — préfère laisser planer le suspense sur ses intentions, au-delà de sa non-participation annoncée au gouvernement.

« Les Israéliens ne veulent pas d’Arabes au sein du gouvernement », affirme le chercheur Ass al-Atrach. M. Herzog s’est bien gardé de faire publiquement des appels du pied aux partis arabes israéliens, car ce serait, estiment les observateurs, prêter le flanc à plus d’accusations de la droite qui dénonce déjà l’Union sioniste comme le « parti de l’étranger ».

Mais, poursuit M. Atrach, « les Arabes non plus ne veulent pas aller au gouvernement pour éviter les cas de conscience ». « Que feraient-ils si le gouvernement prenait une décision sensible concernant les Palestiniens ou déclarait la guerre à Gaza ou au Liban ? »

Tous ont été échaudés par le précédent Ehud Barak. Un travailliste pour lequel 95% des Arabes israéliens avaient voté en 1999, rappelle Oussama al-Saadi, 12e sur la liste commune. Sous son mandat, Israël a réprimé la deuxième Intifada jusque parmi les Arabes israéliens, les descendants des Palestiniens qui sont restés sur leur terre à la création d’Israël en 1948 et qui représentent aujourd’hui un Israélien sur cinq.

La construction dans les implantations a atteint sous Barak en 2000 un pic jamais égalé ensuite.

« Cette fois-ci, promet-il, personne ne pourra nous avoir. On veut des résultats, on ne s’engagera sur rien sans des actes concrets ». L’idée, expliquent les candidats, c’est d’être « une force pour faire barrage », un « levier d’influence ».

Saadi, il faudra choisir: soutenir une coalition — lui assurer les 61 sièges nécessaires pour former un gouvernement et lui apporter ses voix en cas de motion de censure sans toutefois y envoyer de ministre — ou se contenter d’être une force d’opposition. Au moment de décider, l’union sacrée formée pour la campagne tiendra ou explosera.

Rassemblement de la droite le 15 mars à Tel Aviv - (Crédit : Flash 90)

Rassemblement de la droite le 15 mars à Tel Aviv – (Crédit : Flash 90)

Une fois les résultats connus, reconnaît Au sein de la liste commune la consigne est claire: pas d’alliance avec ceux qui voudraient lancer une guerre contre les Palestiniens ou soutenir l’occupation de leurs Territoires. Des autres partis, aucun ne prévoit de rendre Jérusalem-Est aux Palestiniens ni même de démanteler les colonies. Quant à ceux qui envisagent un hypothétique accord de paix, ils plaident, à l’image de l’Union sioniste, pour un Etat palestinien démilitarisé.

La tête de liste des Arabes israéliens, Ayman Odeh, table, lui, sur un gouvernement d’union nationale rassemblant l’Union sioniste, et à droite, le Likud de Netanyahu. Une fois ces deux poids lourds au gouvernement, les leaders de la liste arabe l’assurent : ils seront la première force d’opposition.

Dans ce cas, prédit Atrach, « leur poids et leur influence vont largement augmenter », notamment parce qu’ils accèderont à la présidence de commissions parlementaires et qu’à « chaque décision cruciale, la loi veut que le chef de la majorité expose son projet au chef de l’opposition ».

– AFP

Les résultats ne peuvent pas être connus avant vendredi – président de la Knesset

Le président de la Knesset et député du Likud, Yuli Edelstein, a indiqué que nous ne connaîtrons pas l’importance des résultats des élections d’aujourd’hui avant vendredi, parce que « c’est trop serré. »

Ce ne sera pas clair jusqu’à ce que le décompte officiel final soit publié jeudi si certains partis ont même dépassé le seuil électoral de 3,25 %, ajoute-il.

« Il n’y avait pas de véritable débat dans la campagne, » se lamente Edelstein à propos de la campagne.

Minister for Public Advocacy and Diaspora Affairs Yuli Edelstein attends a plenum session in the Israeli parliament in July 2011. Edlestein's personal website was hacked on 31 July 2012 and anti-Israel abuse posted by hackers claiming to be from Gaza. (photo credit: Miriam Alster/Flash90)

Yuli Edelstein (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

– Raphaël Ahren

Yesh Atid s’est délecté d’avoir élever le niveau du débat du ‘eux ou nous’

C’est toujours vide au Hangar 11 du port de Tel Aviv, où Yesh Atid se réunira à 22 heures.

Pourtant Yair Zivan, qui s’occupe des médias internationaux pour le parti centriste, dit qu’il est sûr que l’ambiance de fête prévaudra ce soir.

« Nous avons eu 15 000 militants qui ont prospecté à travers le pays aujourd’hui, du nord au sud, » dit Zivan.

« Il n’y avait presque pas d’isoloir sans qu’il n’y ait quelqu’un là-bas, nous avons parlé à des centaines de milliers de personnes. »

Maintenant, dans les derniers moments avant la clôture du scrutin, les militants grignotent des frites de McDonalds tout en fumant nerveusement des cigarettes.

« Nous avons mené la campagne la plus positive de tous les partis, avec un vrai accent sur la politique », dit Zivan.

« Nous essayons d’élever le niveau du débat du ‘eux ou nous’, et quoi qu’il arrive ce soir, Yesh Atid est parti pour durer sur le long terme. »

– Jessica Steinberg

Le faiseur de roi pose avec ses partisans

Moshe Kahlon, chef du parti Koulanou, s’occupe avant que les résultats des élections à la 20e Knesset soient annoncés.

« Nos gens gagnent de l’énergie, » déclare le candidat depuis le Campus Rogazin-Bialik situé dans le sud de Tel Aviv, « comme le temps passe, ils deviennent plus forts. »

Les bénévoles et les électeurs fourmillent autour du sourire, certes, fatigué.

« J’aime ça, » dit Kahlon alors que les prises de photos persistent, « Je ne sais pas pour les autres, mais moi j’aime ça. »

Kahlon prend même le temps d’avoir une conversation badine avec un bénévole du parti Meretz résolument de gauche.

« C’est pourquoi je suis dans la vie publique », dit-il.

Kahlon a jusqu’ici refusé de recommander soit Netanyahu ou son rival de l’Union sioniste Issac Herzog pour le poste de Premier ministre après le vote de mardi, un mouvement qui donnerait une chance à l’un ou à l’autre candidat de former une coalition.

Moshe Kahlon et ses partisans (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Moshe Kahlon et ses partisans (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

– Juda Ari Gross

Le taux de participation des prisonniers atteint les 82 %

Les bureaux de vote dans les prisons israéliennes ferment à 20 heures.

Le taux de participation définitif a été publié et s’élève à 81,74 % de la population carcérale d’Israël.

Une coalition de droite à portée de main

Selon les premières estimations, le Premier ministre Benjamin Netanyahu est proche d’une coalition de droite.

Likoud, HaBayit HaYehudi, Yisrael Beitenu, Shas – qui tous sont essentiellement engagés à sauvegarder Netanyahu au poste de Premier ministre – auraient 48 sièges en tout.

Si Netanyahu persuade Koulanou et YaHadout HaTorah, un accord probablement facile à conclure, place Netanyahu avec 63 sièges – selon les résultats de la Dixième chaîne.

La même coalition atteindrait 64 sièges selon les résultats de la Dixième chaîne.

Capture d’écran de la Deuxième chaîne

Capture d’écran de la Deuxième chaîne

Ralliement autour du Likud, Yahad s’effondre

Voici les estimations de la Dixième chaîne d’après un sondage mené à la sortie des urnes :

Union sioniste – 27
Likoud – 27
Koulanou – 10
Liste arabe unie – 13
HaBayit HaYehudi – 8
Yesh Atid – 11
Shas – 7
YaHadout HaTorah – 7
Meretz – 5
Yisrael Beitenu – 5

En conclusion : avec Koulanou et YaHadout HaTorah, Netanyahu pourra former une coalition de droite.

Les partis arabes, troisième force à la Knesset

Le Likud et l’Union sioniste auraient 27 sièges chacun selon les estimations de la Dixième chaîne

Les sondages de la Dixième et Deuxième révèlent un ralliement choquant pour Netanyahu du Likud.

La Dixième chaîne donne aux deux partis 27 sièges chacun, tandis que la Deuxième chaîne annonce un résultat différent avec 27 sièges pour l’Union sioniste et 28 en faveur du Likud.

Les partis arabes, troisième force au Parlement

La liste commune formée par les partis arabes israéliens est devenue mardi soir pour la première fois dans l’histoire du pays la troisième force au Parlement avec 13 députés élus, selon les sondages à la sortie des urnes.

Les chaînes privées 2 et 10 créditaient cette liste, qui rassemble quatre partis présentant des candidats juifs et arabes, de 13 sièges, tandis que la Première chaîne (publique) leur en donnait 12 à 22h, heure de fermeture des bureaux de vote en Israël.

Les partisans de Kahlon saluent les résultats

Michael Oren, numéro quatre de la liste, a regardé les écrans alors que les sondages des chaînes de télévision sont annoncés, les yeux voletant entre les chaînes pour voir comment son parti s’en est sorti.

Et puis un cri de ralliement des vagues dans la petite foule rassemblée à l’appui du chef Moshe Kahlon.

« Hoo hah ! Qui est-ce qui arrive ?! Le prochain ministre des Finances ! »

– Juda Ari Gross

La course pour crier à la victoire est lancée

Shelly Yachimovich de l’Union sioniste tente d’affirmer dans une interview accordée à la Deuxième chaîne qu’il est possible de former un gouvernement de gauche, en se fondant sur les résultats de la Liste arabe unie et du Koulanou de Moshe Kahlon.

Pour sceller dans les consciences sa victoire, Netanyahu a déjà appelé Naftali Bennett de HaBayit HaYehudi il y a quelques instants, et il devrait appeler Avigdor Liberman dans les minutes à venir.

L’appel destiné à Moshe Kahlon pourrait être parmi les derniers dans sa liste.

Il faudra du temps pour convaincre Kahlon. Ses 10 sièges font de lui un facteur décisif dans la nouvelle coalition, et sa demande était claire tout au long de la campagne : être le ministre des Finances.

Entretien entre Livni et Herzog : aucune réaction pour l’instant

Les deux dirigeants de l’Union sioniste, Tzipi Livni et Isaac Herzog se sont entretenus dans les minutes qui ont suivi la révélation des estimations.

Ils devraient faire une déclaration rapidement.

YaHadout HaTorah donnera sa réponse demain à Netanyahu

YaHadout HaTorah joue les timides avec Netanyahu alors que ce dernier tente rapidement de rassembler une coalition après la publication des estimations.

Le futur du parti dans la coalition sera décidé demain par le Conseil des Sages de la Torah du parti, aurait expliqué YaHadout HaTorah à Netanyahu.

Les partisans du Likud célèbrent la ‘victoire incroyable’

Au siège de campagne du Likud à Tel-Aviv, les militants célèbrent la victoire.

« C’est une victoire incroyable », exulte un militant du parti, ajoutant que malgré les résultats au coude à coude, le camp de la droite a gagné. « Il n’existe pas de gouvernement de gauche », poursuit-il.

Malgré ce sentiment de victoire, les acclamations appelant « Bibi, Bibi » ne durent que quelques secondes, pendant que les responsables du parti et les militants présents attendent l’entrée du Premier ministre.

Les partisans attendent à Jérusalem la venue de Netanyahu à Jérusalem - 17 mars 2015 (Crédit : Judith Zaffran/Times of Israel)

Les partisans attendent à Jérusalem la venue de Netanyahu à Jérusalem – 17 mars 2015 (Crédit : Judith Zaffran/Times of Israel)

– Raphaël Ahren

Les Palestiniens promettent d’intensifier leur offensive diplomatique

Les Palestiniens vont intensifier leurs efforts diplomatiques et saisir la Cour pénale internationale (CPI) pour y poursuivre les dirigeants israéliens, a affirmé mardi le responsable palestinien Saëb Erakat, peu après l’annonce des résultats à la sortie des urnes des législatives en Israël.

« Il est clair que le Premier ministre Benjamin Netanyahu formera le prochain gouvernement et pour cela, nous disons clairement que nous irons au Tribunal de La Haye, nous allons accélérer, poursuivre et intensifier » les efforts diplomatiques, a-t-il dit à l’AFP, alors que le Likud de M. Netanyahu était selon les sondages au coude à coude avec son rival de centre gauche.

Saeb Erekat (Crédit : Miriam Alster/Flash90/File)

Saeb Erekat (Crédit : Miriam Alster/Flash90/File)

Bennett semble optimiste malgré la chute à 8 sièges de son parti

Naftali Bennett De HaBayit HaYehudi avait un ton résolument optimiste, en dépit de l’effondrement de son parti dans les sondages. Alors qu’il y a quelques mois, les sondages prédisaient que son parti gagnerait 17 sièges au maximum, le parti n’a obtenu que huit sièges selon les sondages à la sortie des urnes aujourd’hui.

« C’est une grande nuit pour le peuple d’Israël, a insisté Bennett au micro de la Deuxième chaîne. Le camp de la droite a gagné ».

« Je suis très heureuse que le camp national ait gagné. Les gens ont choisi très clairement la droite », a affirmé la numéro deux du parti, Ayelet Shaked.

La députée Ayelet Shaked, avec Naftali Bennet, HaBayit HaYehudi (Crédit : Flash90)

La députée Ayelet Shaked, avec Naftali Bennet, HaBayit HaYehudi (Crédit : Flash90)

Répartition des sièges à la Knesset basée sur les estimations

Un diagramme représentant la répartition des sièges à la Knesset basée sur la moyenne des sondages de sortie des urnes publiés le mardi 17 mars 2015 au soir

Un diagramme représentant la répartition des sièges à la Knesset basée sur la moyenne des sondages de sortie des urnes publiés le mardi 17 mars 2015 au soir

12 sièges pour Yesh Atid : ‘un accomplissement’ selon Micky Lévy

Micky Levy est l’ancien chef de la police et le N°11 sur une liste qui a obtenu 12 sièges à la sortie des urnes.

« C’est un accomplissement, parce qu’ils parlaient seulement de sept sièges il y a quelques mois », dit Levy.

Lorsqu’on lui a demandé comment il se sentait d’être dans l’opposition, Levy dit qu’il n’est pas inquiet.

« Je n’ai aucun problème à être dans l’opposition. Je peux me battre avec un couteau niché dans mes dents ».

– Jessica Steinberg

Le taux de participation final a atteint 71,8 %

Le taux de participation final a atteint 71,8 %, selon les données définitives publiées par la Commission centrale électorale, l’un des plus élevés que dans les cinq dernières élections, depuis 1999.

Le taux marque une hausse de cinq points, par rapport au 66,6 % de 2013.

Comme YaHadout HaTorah, Kahlon dit à Netanyahu d’attendre

Moshe Kahlon de Koulanou, comme le parti ultra-orthodoxe YaHadout HaTorah, a déclaré au Premier ministre du Likud, Benjamin Netanyahu, qu’il ne pourrait pas décider qui il soutiendra pour le poste de Premier ministre jusqu’à ce que les résultats officiels définitifs sont publiés jeudi.

Il aurait dit la même chose à Isaac Herzog, qui tente frénétiquement de mettre sur pied une coalition capable de contenir Netanyahu et forcer peut-être un gouvernement d’union.

Netanyahu déjoue les pronostics et reste dans la course

Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu a déjoué tous les pronostics en faisant au moins jeu égal avec le centre gauche mardi aux élections et en semblant disposer d’une marge de manœuvre plus favorable que le travailliste Isaac Herzog pour former le prochain gouvernement.

Le Likud de Netanyahu était crédité de 28 sièges sur les 120 de la Knesset, soit un de plus que la liste Union sioniste de M. Herzog, dans le sondage à la sortie des urnes de la chaîne Channel 2. Les deux listes étaient à égalité avec 27 mandats dans deux autres projections de Channel 1 et Channel 10.

Aussi serrées que soient ces projections, M. Netanyahu, au pouvoir depuis mars 2009, semble mieux placé que M. Herzog pour être appelé par le président Reuven Rivlin à former un gouvernement. Il s’agirait de son troisième mandat consécutif de Premier ministre, le quatrième au total avec celui de 1996 à 1999.

La faculté de M. Herzog à former une coalition paraît soumise à de multiples aléas, et en particulier au bon vouloir de la liste des partis arabes israéliens.

La liste représentant les Arabes israéliens, descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d’Israël en 1948, paraît créer un autre évènement de ces élections législatives en terminant troisième, avec 12 ou 13 sièges, selon les sondages.

Elle est restée très élusive sur son attitude et sur un éventuel soutien à M. Herzog. Mais un tel soutien pourrait faire perdre au chef travailliste d’autres partenaires éventuels.

A Rivlin de jouer

Les sondages confirment le rôle de faiseur de roi prédit à Moshé Kahlon, ancien du Likoud, qui ratissait au centre et s’est lui aussi jalousement gardé d’énoncer ses intentions. Dans son offensive de dernière minute pour combler son retard et rallier les déçus et les indécis, M. Netanyahu lui a promis dimanche le portefeuille des Finances.

Une fois que les résultats officiels auront été proclamés, peut-être d’ici à jeudi après-midi, M. Rivlin aura sept jours pour accomplir la tâche capitale de choisir auquel des 120 députés élus confier la formation du gouvernement.

Celui-ci aura 28 jours pour constituer une coalition. Le président peut, si nécessaire, prolonger cette durée de 14 jours. Il avait fallu huit semaines en 2013 avant le vote de confiance au nouveau gouvernement.

Mais, si les sondages sont confirmés, M. Netanyahu a déjà réussi à faire mentir les enquêtes d’opinion qui annonçaient son parti quatre sièges derrière l’Union sioniste.

Ces élections passaient dans une large mesure pour un référendum pour ou contre M. Netanyahu.

C’est M. Netanyahu lui-même qui a provoqué ces élections plus de deux ans avant l’échéance en rompant fin 2014 une coalition gouvernementale trop indisciplinée à son goût.

Pour lire le pronostic de notre analyste, cliquez ici.

Yadlin : aucun sondage ne nous créditait de 27 sièges

« Je pense que c’est une réussite majeure pour l’Union sioniste. Aucun sondage nous avait donné 27 mandats », qui obtient un siège d’après les premières estimations.

« Je pense que vous devez vous rappeler où le parti était il y a trois mois, à 14 mandats, et où il est aujourd’hui.

« Rien n’est terminé », insiste Yadlin.

« Meretz a bien franchi le seuil électoral et Yahad n’a pas passé le seuil, » a-t-il noté, « Nous allons donc attendre les résultats définitifs. […] Cela reste entre les mains de Moshe Kahlon », conclut-il.

Amos Yadlin, former director of military intelligence, Jan 2012. (photo credit: Gideon Markowicz/FLASH90)

Amos Yadlin, (Crédit : Gideon Markowicz/Flash90)

Le Likud n’exclut pas encore l’unité avec Herzog

TEL AVIV – « Je ne crois pas à un gouvernement d’union, » confie le député Yoav Kish au Times of Israel. « J’espère que Moshe Kahlon reviendra à la maison, et que nous aurons une coalition. »

Ofir Akunis, cependant, n’est pas si prompt à rejeter la possibilité d’un gouvernement commun avec l’Union sioniste.

«Je ne peux ni exclure ni confirmer, » a-t-il dit aux journalistes lorsqu’on les a interrogé sur l’option de ce scénario.

« Nous devrons attendre le résultat final. Les votes des soldats doivent encore être comptés. J’espère qu’ils vont nous bénéficier, au camp national, et que Benjamin Netanyahu ait reçu le mandat [du président Reuven Rivlin] pour construire une coalition, alors nous commencerons les négociations pour former une coalition ».

– Raphaël Ahren

La Liste arabe unie vit un « moment historique »

Umm al-Fahm – « Nous sommes dans un moment historique », a dit le chef de file la Liste arabe unie Ayman Odeh partisans à l’événement post-électorale du parti.

« Nous avons les taux les plus élevés de vote arabes depuis 1999, » ajoute-t-il.

« Nous allons empêcher Netanyahu de former le gouvernement. »

Les chefs des partis arabes réunis à Umm al-Fahm (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

Les chefs des partis arabes réunis à Umm al-Fahm (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

– Elhanan Miller

Tout le monde attend le mot d’ordre de Kahlon

TEL AVIV – Près d’une heure et demi après que les projections ont été annoncées, le siège du parti Koulanou reste à moitié vide, et l’enthousiasme se sent forcé.

« La plupart des militants sont dans le reste du pays », dit un travailleur du parti de Kahlon.

Le chef du parti, Moshe Kahlon, n’est pas encore arrivé, et son absence ne fait que contribuer à l’engourdissement général.

« Mais nous sommes allés jusqu’à dix ! Cela va seulement augmenter ! » affirme un militant qui venait de voir que le nombre de sièges du parti de Lapid était tombé à 11.

Le siège du parti Koulanou à Tel Aviv, mardi soir, le 17 mars 2015 (Crédit: Judah Ari Gross / Times of Israël)

Le siège du parti Koulanou à Tel Aviv, mardi soir, le 17 mars 2015 (Crédit: Judah Ari Gross / Times of Israël)

– Judah Ari Gross

Netanyahu crie à la victoire sur Facebook

Liberman salue le score inespéré de son parti

« Aucun autre parti n’aurait survécu à cette campagne, » a dit Avigdor Liberman, chef d’Yisrael Beitenu aux partisans ce soir.

« Ce n’était pas seulement une campagne politique. Nous avons été accueillis avec une tentative d’assassinat de tout un parti politique par les forces de l’extérieur du système politique, des médias », accuse-t-il.

« De nombreuses forces ont essayé de détruire tout un parti, mais ça a raté. »

Liberman se réfère à une enquête sur la corruption de la police qui a impliqué plusieurs fonctionnaires Yisrael Beitenou en décembre.

Liberman a refusé de répondre à la question de savoir s’il allait recommander Netanyahu à Rivlin.

Avigdor Liberman - 17 mars 2015 (Crédit : Yossi Zamir/FLASH90

Avigdor Liberman – 17 mars 2015 (Crédit : Yossi Zamir/FLASH90

Le centriste Kahlon, faiseur de roi dans l’attente des résultats définitifs

La composition du futur gouvernement israélien dépendra de Moshé Kahlon, patron d’un nouveau parti de centre droit axé sur le social et crédité de 10 députés sur 120 par les sondages à la sortie des urnes mardi à l’issue des élections.

Les résultats officiels des missions à l’étranger, des soldats et des prisonniers détermineront le schéma définitif de cette nouvelle donne politique.

La Commission centrale électorale a commencé à publier le vrai décompte des voix sur son site Internet.

Les résultats montrent les votes réels et les pourcentages, mais à compter de minuit mardi seulement environ 80 000 votes ont été signalés sur environ 4,2 millions de bulletins exprimés.

Les partisans du parti politique "Koulanou" dirigé par Moshe Kahlon, le soir des élections générales israéliennes pour le 20e Parlement - 17 mars, 2015. (Crédit : ALONI MOR FLASH90)

Les partisans du parti politique « Koulanou » dirigé par Moshe Kahlon, le soir des élections générales israéliennes pour le 20e Parlement – 17 mars, 2015. (Crédit : ALONI MOR FLASH90)

36 nouveaux membres de la Knesset parmi les 120 législateurs élus

Le décompte de la Deuxième chaîne conclut que la nouvelle Knesset verra 36 nouveaux membres sur les bancs de la Knesset, dont beaucoup sont issus des listes du Likud et de Koulanou, sauf le chef du parti Moshe Kahlon lui-même.

Rapport – Rivlin serait encore en faveur d’un gouvernement d’unité

Le président Reuven Rivlin continuerait de favoriser un gouvernement d’union, selon Haaretz.

« Je suis convaincu que seul un gouvernement d’union peut empêcher la désintégration rapide de la démocratie d’Israël et de nouvelles élections dans un proche avenir, » aurait déclaré Rivlin.

Yahad serait à la Knesset d’après les estimations de la Première chaîne

Plus tôt ce soir, les trois grandes estimations plaçaient le parti d’extrême-droite Yahad fermement sous le seuil des 3,25 % pour entrer à la Knesset.

Mais la Première chaîne a mis à jour son estimation pour montrer que Yahad serait à peine entré à la Knesset.

Herzog : « les résultats ne sont pas définitifs »

« Les résultats ne sont pas définitifs, j’ai l’intention de me battre pour former le gouvernement », a dit Herzog.

Isaac Herzog insiste pour dire que le sort de l’Union sioniste n’est pas encore scellé par les sondages de sortie de ce soir.

« Nous avons réalisé quelque chose d’extraordinaire aujourd’hui,» dit-il sous les applaudissements de ses partisans.

« Depuis les élections de 1992, l’élection de Yitzhak Rabin, que sa mémoire soit bénie, nous n’avons pas atteint un tel résultat. Ce résultat nous permet de revenir au pouvoir, et puisque nous allons attendre d’avoir les vrais résultats – chaque résultat est en ce moment un sondage de sortie – tout reste encore ouvert ».

Herzog dit-il « a parlé aujourd’hui avec chaque chef de parti concerné. Nous ne connaissons pas les résultats définitifs car certaines parties sont sur le bord du seuil électoral. J’ai l’intention de faire tous les efforts pour former un gouvernement socialement responsable pour Israël, un bon gouvernement, un gouvernement qui renvoie Israël à être un Etat juif et démocratique, un pays qui s’efforce à une paix citoyenne avec nos voisins. J’appelle toutes les factions concernées à s’unir derrière moi au sein d’un gouvernement de réconciliation pour Israël ».

Il raconte partisans : « Il n’y aura pas de décisions prises ce soir. Tout le monde peut aller dormir. Vous avez donné votre cœur et vôtre âme. Merci. »

Livni : « Nous ferons tous les efforts pour former un gouvernement »

Tzipi Livni suit Herzog au siège de l’Union sioniste.

« Nous nous engageons devant l’opinion publique israélienne à faire tous les efforts pour établir un gouvernement fondé sur notre chemin, un gouvernement dirigé par Herzog, » promet-elle sous les applaudissements des partisans.

Maison Blanche : Obama peut travailler avec celui qui gagne l’élection

Le président américain Barack Obama « reste déterminé à travailler très étroitement avec le vainqueur des élections en cours et approfondira la relation forte entre les Etats-Unis et Israël, et le président est convaincu qu’il peut le faire avec celui que le peuple israélien choisira, » a déclaré l’attaché de presse de la Maison Blanche, Josh Earnest, cité par le New York Times.

Yesh Atid « ne peut plus être ignoré », dit Lapid

« Yesh Atid est une force qui ne peut plus être ignorée dans la politique israélienne, » dit le chef du parti Yair Lapid à ses partisans ce soir.

« Il y a une compréhension dans le système politique que nous sommes là pour rester pendant de nombreuses années. Nous sommes venus changer les choses. Demain matin, nous allons continuer à l’endroit où nous avons été arrêtés. Nous allons continuer à lutter contre la corruption et l’extorsion, et la politique de division et de tribalisme où tout le monde ne se soucie que d’eux-mêmes. Au lieu de cela, nous allons continuer à présenter une véritable vision pour le pays, une vision d’une société exemplaire dont le judaïsme embrasse et ne divise pas, dont l’économie fonctionne pour la classe moyenne et la classe moyenne travaille pour les secteurs les plus faibles de la société ».

Il ajoute dans une référence claire à son slogan de campagne : « Nous sommes ici pour lutter pour vous, pour combattre avec vous. Nous nous battons pour notre pays, et nous n’avons pas l’intention d’abandonner. »

Les partisans de "Yesh Atid", parti politique dirigé par Yair Lapid, le 17 mars, 2015. (Crédit : Amir Levy / FLASH90)

Les partisans de « Yesh Atid », parti politique dirigé par Yair Lapid, le 17 mars, 2015. (Crédit : Amir Levy / FLASH90)

Le discours de Netanyahu à ses partisans débute bientôt

Le bureau du Président nie que Rivlin favorise un gouvernement d’unité

Le bureau du président Reuven Rivlin a nié les rapports selon lesquels le président a dit qu’il favorisait un gouvernement d’unité après l’élection d’aujourd’hui.

« Tout ce que nous avons dit, c’est que nous privilégions la formation d’un gouvernement aussi rapidement que possible », a déclaré le bureau de Rivlin.

Le président Reuven Rivlin au mont Herlz le 26 février 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le président Reuven Rivlin au mont Herlz le 26 février 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Odeh : « Nous, on est prêt, mais je doute qu’Herzog soit aussi courageux que Rabin »

La liste arabe pourrait proposer Herzog et s’abstenir de bloquer son investiture, sans lui fournir de ministres.

C’est le « soutien extérieur » que les députés arabes avaient déjà offert au travailliste Yitzhak Rabin au début des années 1990. Jusqu’ici, M. Odeh laisse planer le doute. « On écoutera d’abord ce qu’il a à nous proposer », a-t-il dit à l’AFP.

« Nous, on est prêt, mais je doute qu’Herzog soit aussi courageux que Rabin », a-t-il dit à ses partisans après les résultats.

Car cet appui est à double tranchant pour M. Herzog que la droite accuse déjà d’être le « parti de l’étranger dépendant des Arabes ».

Ayman Odeh - 17 mars 2015 (Crédit : Basel Awidat/FLASH90a

Ayman Odeh – 17 mars 2015 (Crédit : Basel Awidat/FLASH90a

– AFP

Netanyahu fait allusion à son rejet de gouvernement d’union

Netanyahu exultait dans son apparente victoire électorale ce soir. [Les résultats ne sont pas définitifs]

« Contre toute attente, nous avons obtenu une grande victoire pour le Likud. Nous avons réalisé une grande victoire pour notre peuple », a-t-il dit à ses partisans en liesse.

« Je suis fier du peuple d’Israël, que, dans un moment de vérité ils savaient comment séparer l’important du futile, et soutenir ce qui est important, pour une véritable défense, une économie responsable, et une économie socialement consciente pour laquelle nous nous engageons… »

« Je peux vous dire avec confiance que nous faisons face à des défis diplomatiques et de défense, et des défis économiques et sociaux. Nous avons promis d’agir sur le coût du logement, et nous allons le faire ».

Il semble faire marche arrière délicatement sur une partie de la rhétorique des deux dernières jours dans lesquels il a mis en garde contre la participation arabe et « des gouvernements étrangers » conduisant à la chute du Likud.

Les priorités de son prochain gouvernement, dit-il, « sont importantes pour chaque famille, chaque jeune couple, chaque soldat, chaque citoyen d’Israël, juif et non-juif. Vous êtes tous importants, et vous êtes tous important pour moi. »

Et il fait allusion à son rejet de tout gouvernement d’union proposé avec l’Union sioniste.

« Et maintenant, nous devons mettre en place, un gouvernement fort et stable qui prendra soin de la sécurité et le bien-être de tous les citoyens d’Israël, » dit-il, suscitant la peur parmi les membres du Likoud présenter qu’il peut annoncer un gouvernement d’union.

« Nous ne voulons pas de l’unité ! » [gouvernement d’union avec Herzog] Les militants ont commencé à crier.

« J’ai téléphoné à tous les dirigeants des partis du camp national et leur ai demandé de se joindre à moi pour établir un gouvernement sans délai. La réalité ne prend pas de pause. Les citoyens d’Israël attendent de nous que nous formions un leadership responsable qui va travailler pour eux », annonce t-il.

Kahlon salue la campagne « historique » de son parti

Moshe Kahlon souligne dans son discours post-électorale le message économique de son parti.

« Cette campagne électorale est historique. C’était la première campagne électorale citoyenne depuis 1977, grâce à Koulanou, » a-t-il dit aux partisans Givat Olga.

« Cela valait la création d’un parti », affirme Kahlon.

Et il conclut avec une allusion directe à la campagne axée sur la sécurité du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Ils ont essayé de nous détourner vers la gauche ou vers la droite, vers l’EI ou l’Iran, mais notre vie ici n’est sont pas moins importante », dit Kahlon.

Les élections sont finies et le pays attend les résultats définitifs

Le décompte électoral se poursuit dans la nuit. Les résultats devraient être connus dans la matinée.

Nous fermons ce live. Merci de l’avoir suivi.

A demain matin pour un autre live !