Les vestiges d’un camp de légionnaires romain – le seul en son genre à être excavé en Israël ou dans la totalité de l’Empire d’Orient du deuxième et troisième siècle de notre ère – ont été découverts lors d’une fouille près de Megiddo, ont annoncé les archéologues concernés cette semaine.

Legio, un site romain situé à côté de Tel Megiddo, dans le Nord d’Israël, a servi de siège à la légion VI Ferrata – les cuirassés – dans les années qui ont suivi la révolte juive et aurait contribué à maintenir l’ordre dans la Galilée au cours de la révolte de Bar Kochba, en 132-135.

« C’est une trouvaille très très excitante », s’est extasié Yotam Tepper, co-directeur de l’excavation et archéologue de terrain de l’Autorité des antiquités d’Israël spécialisé dans les périodes hellénistique et romaine.

Les fouilles, qui en sont maintenant dans leur deuxième saison, ont été menées par la WF Albright Institute of Archaeological Research avec le soutien de l’Autorité des antiquités d’Israël dans le cadre du projet régional de la vallée de Jezréel.

Dans le siècle qui a suivi la révolte juive de 66 -70, Rome a placé une garnison de deux légions impériales en Palestine pour maintenir l’ordre, une à Jérusalem et une autre en Galilée. Jusqu’à récemment, l’emplacement du castrum – mot latin qui désigne un camp militaire permanent – abritant la Légion VI était incertain.

La présence d’un ancien legio romain a été conservé dans le nom d’un village arabe voisin – Lajjun.

Mais les enquêtes et les études aériennes du site par Tepper au cours de ces dernières années ont mis en lumière la présence d’une structure militaire romaine, et durant la première saison, en 2013, l’équipe a trouvé la première preuve de l’existence d’un camp militaire.

Les fouilles de cette saison ont mis au jour un grand nombre de tuiles de céramique portant le signe des cuirassés de la Légion VI, des tuyaux en terre, des canaux d’égout et de plusieurs bâtiments, qui témoignent du niveau élevé de la planification du site.

« Nous parlons d’un grand camp, un camp impérial avec environ 5 000 soldats, [qui mesurait] environ 300 mètres sur 500 », a décrit Tepper. « Ce sont des choses que nous n’aurions pas été en mesure de dire [à propos du site] il y a deux ans. »

Les fouilles de ce mois-ci à Legio ont également révélé les restes de certaines des principales rues du camp et un grand bâtiment – peut-être un prétoire, un immeuble appartenant au commandant de la forteresse.

Tepper a précisé que l’équipe avait mis au jour « un type de construction qui était apparemment au centre du camp et servait peut-être de maison du commandant ».

Le nombre de camps militaires romains de ce type trouvé dans la moitié orientale de l’Empire romain « est égal à zéro », a déclaré Matthew J. Adams, le directeur de l’Institut Albright et co-directeur de la fouille : « Toute notre compréhension de l’architecture militaire romaine et des bases de légionnaires romains en particulier pour cette période … vient de l’empire occidental – l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Gaule. »

Les vestiges d’autres installations militaires romaines, comme le camp de siège de Massada, étaient temporaires et d’une importance moindre que le castrum de Megiddo.

Des légionnaires romains sculptés trouvés à Glanum, sud de la France (Crédit : CC BY-SA Ursus, Wikimedia Commons)

Des légionnaires romains sculptés trouvés à Glanum, dans le Sud de la France (Crédit : CC BY-SA Ursus, Wikimedia Commons)

Ces nouvelles découvertes contribuent à une meilleure compréhension de l’architecture et de l’ingénierie militaire romaine, et sont « rares et uniques dans l’Orient romain », a déclaré Tepper, Adams et Jonathan David, le directeur adjoint du JVRP, dans un communiqué.

« Dans la foulée de la première révolte, a commencé une grande d’émigration de la population juive de Judée vers le Nord », a expliqué Adams. « La Galilée était de plus en plus le centre de l’activité juive. »

Megiddo se trouve à un carrefour historique reliant la route côtière et la route principale qui mène vers l’intérieur des terres de la mer de Galilée et de Damas.

« Le contrôle de la Galilée pouvait être obtenu à cet endroit particulier, comme pendant des siècles, voilà pourquoi Tel Megiddo est ici depuis l’âge du Bronze », a-t-il poursuivi.

La forteresse légionnaire aurait également servi de « point zéro » pour le développement des routes, des aqueducs romains et d’autres infrastructures de Galilée pendant les deuxième et troisième siècles, a ajouté Tepper.

L’emplacement peut avoir été choisi pour sa position stratégique, ainsi que pour la présence de grandes sources d’eau toute l’année dans les environs.

Legio a servi non seulement à protéger mais aussi à projeter la puissance romaine.

Adams note qu’alors que la première révolte juive contre Rome du premier siècle de notre ère a été menée dans la Galilée et au sud de la Judée, la révolte de Bar Kokhba de 132 de notre ère a surtout eu lieu dans les collines près de Jérusalem, et relativement moins dans le Nord.

« Compte tenu du fait que la première révolte est partie en grande partie de la moitié nord du pays, il est surprenant que lors de la révolte de Bar Kochba, la Galilée ne semble pas avoir été impliquée. Et c’est probablement parce que la légion romaine était ici. »