2 adolescentes en prison pour avoir refusé d’aller à l’armée
Rechercher

2 adolescentes en prison pour avoir refusé d’aller à l’armée

Tamar Alon et Tamar Zeevi, deux objectrices de conscience, disent ne pas vouloir contribuer à "l’oppression palestinienne"

Tamar Alon, (g) et Tamar Ze'evi (Crédit : Hila Aloni Ohayon/Mesarvot/Dor Heimberg)
Tamar Alon, (g) et Tamar Ze'evi (Crédit : Hila Aloni Ohayon/Mesarvot/Dor Heimberg)

Deux femmes israéliennes ont été arrêtées mercredi après avoir refusé d’aller dans l’armée, avançant des critiques des activités israéliennes en Cisjordanie.

Tamar Alon, 18 ans, et Tamar Zeevi, 19 ans, qui ont toutes les deux été convoquées pour aller dans l’armée, sont arrivées mercredi après-midi au bureau du recrutement à Tel Hashomer.

Là, après avoir déclaré qu’elles refusaient de servir, les deux jeunes femmes ont été arrêtées et emprisonnées pendant deux jours par les autorités de l’armée.

Israël ne reconnaît pas l’objection politique ou de conscience comme des raisons pour recevoir une exemption d’incorporation obligatoire.

Alon et Zeevi ont refusé la conscription en raison de leur « réticence à contribuer à l’oppression du peuple palestinien », selon une déclaration par Mesarvot, Réseau de Refus Politique, une organisation qui aide les objecteurs de conscience.

Tamar Alon est une objectrice de conscience de deuxième génération. Son père, Chen Alon, a été célèbre pour avoir réfusé de servir comme officier de réserve lors de la Deuxième Intifada et a fondé « Combattants pour le Paix », un mouvement de paix bi-national qui met en contact des activistes israéliens et palestiniens.

C’est par cette organisation que Alon a rencontré des Palestiniens et a été exposée à la « dure réalité de leurs vies d’un jeune âge », a-t-elle déclaré.

« Je crois que ces méthodes de guerre, de violence et d’oppression ne nous permettront pas de maintenir un état démocratique et d’être un ‘peuple libre sur notre terre’, a-t-elle dit, en référence à un passage d’Hatikva, l’hymne national israélien. Je refuse de m’engager car je suis préoccupée et j’aime ma société ; j’ai envie d’encourager le débat public sur le caractère et le futur de notre société ».

Zeevi a fait écho aux sentiments d’Alon, en insistant qu’elle refusait de servir du fait de son amour pour la terre et son peuple.

« Nous sortirons seulement de ce cycle de peur et de violence lorsque nous ouvrirons nos cœurs et nos esprits, regarderons ce qui se passe autour de nous, et nous ressentirons la douleur vécue par le peuple qui vit sur cette terre, a déclaré Zeevi. Une fois que nous aurons compris et accepté cette réalité, je veux croire que l’empathie, la tolérence et le compromis seront notre unique choix ».

Alon et Zeevi ont reçu un nouveau rendez-vous d’incorporation pour la semaine prochaine, elle vont certainement refuser et seront à nouveau jugées. Ce cycle pourrait conduire au final à leur incercération prolongée dans une prison militaire.

Plus tôt cette année, l’objectrice de conscience Tair Kaminer a passé 166 jours en prison avant d’être finalement libérée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...