Rechercher

2 hommes tués par balles dans des communautés arabes israéliennes

On compte 14 victimes d’homicides présumés dans des communautés arabes israéliennes depuis le début de l’année ; un résident de Taibe a été grièvement blessé lors de l'explosion de sa voiture

La police sur une scène de crime à Jaffa, le 18 février 2022. (Capture d'écran)
La police sur une scène de crime à Jaffa, le 18 février 2022. (Capture d'écran)

Un homme a été abattu vendredi à Jaffa – il s’agirait d’un meurtre présumé, selon la police – et quelques heures plus tard, un autre homme a été tué dans le nord d’Israël dans une fusillade.

Selon Magen David Adom, l’homme âgé d’une trentaine d’années tué à Jaffa, a été amené dans un état critique à l’hôpital Wolfson de Holon, où son décès a été prononcé.

La police a ouvert une enquête sur la fusillade, notamment pour savoir si elle était liée à la violence des gangs.

Le nom de la victime n’a pas été immédiatement révélé. Selon l’ONG Abraham Initiatives, il est le treizième Arabe victime d’un homicide depuis le début de l’année.

Dans le second incident survenu vendredi, un avocat a été abattu à proximité d’une mosquée dans la ville de Mazaraa, au nord d’Israël, près de Nahariya.

Les médias israéliens l’ont identifié comme Hussein Awad, âgée 45 ans.

Magen David Adom a prononcé son décès sur les lieux de la fusillade.

La police a considéré l’un des membres de la famille d’Awad comme un suspect et enquête pour savoir si le tireur avait l’intention de viser quelqu’un d’autre et aurait tiré sur Awad accidentellement, a déclaré Ynet.

La police a dit samedi que deux suspects ont été arrêtés dans le cadre de cette fusillade.

Dans un troisième incident survenu vendredi, sans lien connu avec les deux fusillades, dans la ville israélienne du centre arabe de Taibe, un homme a été grièvement blessé lors de l’explosion de sa voiture; âgé d’une cinquantaine d’années, il a été amené à l’hôpital Meir à Kfar Saba.

La police estime que l’explosion est liée à une querelle entre familles à Taibe, rapporte le quotidien Haaretz.

Les communautés arabes israéliennes ont connu ces dernières années, une recrudescence de la violence due principalement au crime organisé.

Les Israéliens arabes blâment la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre de puissantes organisations criminelles et ignore en grande partie la violence, qui comprend les querelles familiales, les guerres de territoire de la mafia et la violence contre les femmes.

Le groupe Abraham Initiatives, organisme qui fait campagne contre la violence dans la communauté arabe, a déclaré que 125 Arabes avaient été tués en Israël en 2021 à cause de la violence et de la criminalité, dont 62 avaient moins de 30 ans.

Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Sécurité intérieure Omer Barlev se sont engagés à réprimer la violence, ainsi que les armes illégales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...