2 manifestants anti-Bibi accusés d’avoir cassé la jambe d’un policier infiltré
Rechercher

2 manifestants anti-Bibi accusés d’avoir cassé la jambe d’un policier infiltré

2 militants auraient battu un policier en civil qui procédait à une arrestation lors d'une des manifestations hebdomadaires devant le domicile du Premier ministre en juillet

Heurts entre les forces de police et des manifestants lors d'une marche de protestation en direction de résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu rue Balfour à Jérusalem, le 5 septembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Heurts entre les forces de police et des manifestants lors d'une marche de protestation en direction de résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu rue Balfour à Jérusalem, le 5 septembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Les procureurs de l’État ont introduit mercredi un acte d’accusation contre deux manifestants anti-Netanyahu soupçonnés d’avoir cassé la jambe d’un policier en civil lors d’affrontements au cours d’une des manifestations hebdomadaires devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem cet été.

Uri Goldberg et Aryeh Bracha sont accusés d’agression aggravée contre Itamar Ohayon alors que ce dernier cherchait à arrêter des participants déchainés lors de la manifestation de juillet.

Selon l’acte d’accusation, Goldberg aurait lancé des chaises et d’autres objets sur des policiers, ce qui ajoute à son accusation la charge de participation à une émeute. Quand Ohayon a tenté d’arrêter un autre manifestant, Goldberg et Bracha se sont jetés sur le policier en civil, l’ont frappé à l’estomac et l’entrejambes, et ont exhorté d’autres manifestants à en faire autant. Leurs coups ont cassé la jambe d’Ohayon.

Le procès-verbal d’accusation s’appuie en partie sur les témoignages d’une équipe de presse de la Treizième chaîne qui était aussi la cible de la bagarre.

L’avocate de Golberg, Gabi Lasky, a déclaré dans un communiqué que le policier en civil ne s’était pas identifié, ce qui a semé la confusion parmi les manifestants.

« L’utilisation d’agents de police infiltrés lors des manifestations est inutile et crée des provocations inutiles. J’espère que le tribunal acquittera mon client et que la police agira conformément à la loi », a-t-elle déclaré.

La nouvelle de l’acte d’accusation intervient au lendemain d’affrontements de centaines de manifestants de droite avec la police à Jérusalem à la suite de la mort d’un jeune habitant d’une implantation dans un accident de voiture alors qu’il essayait d’échapper à la police après avoir été soupçonné de jeter des pierres sur des Palestiniens.

Des manifestations ont lieu tous les soirs à Jérusalem et ailleurs depuis la mort d’Ahuvia Sandak, 16 ans, la semaine dernière dans le centre de la Cisjordanie.

https://twitter.com/JoshBreiner/status/1344007009734193152

https://twitter.com/ynetalerts/status/1344013408962830337

Certains manifestants ont été filmés mardi dans la capitale en train de tabasser des officiers de police qui tentaient de procéder à l’arrestation de l’un d’entre eux.

Des clips vidéo montrent les jeunes manifestants donnant des coups de pied aux policiers au sol et criant « brûlez-les » et « tuez-les ».

« Lors de l’arrestation d’un suspect par des policiers, plusieurs manifestants ont essayé d’empêcher l’arrestation de leur ami en frappant légèrement l’un des officiers, puis se sont enfuis », a déclaré un porte-parole de la police à Walla News.

La police a annoncé que le suspect initial avait été arrêté, ainsi que l’un des assaillants.

Trois détectives ont été attaqués par une trentaine de manifestants, a rapporté le journal Haaretz.

La police a déclaré que 39 manifestants au total ont été arrêtés ou détenus et deux policiers ont été blessés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...