2 morts, 7 blessés dans une fusillade à Tel Aviv ; le tireur est en fuite
Rechercher

2 morts, 7 blessés dans une fusillade à Tel Aviv ; le tireur est en fuite

2 blessés sérieux ; l'homme armé en fuite alors que la police lance une chasse à l'homme massive après une fusillade à l'arme automatique dans un café de la rue Dizengoff

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les premiers secours sur les lieux d'une fusillade dans le centre de Tel Aviv, le 1er janvier 2016. (Crédit : Magen David Adom)
Les premiers secours sur les lieux d'une fusillade dans le centre de Tel Aviv, le 1er janvier 2016. (Crédit : Magen David Adom)

Deux personnes sont mortes et deux sont sérieusement blessées dans une fusillade à Tel Aviv, juste avant 15h00 vendredi. Cinq autres ont été blessées – trois modérément et deux légèrement.

Les témoins disent qu’au moins 15 coups ont été tirés pendant l’attaque, apparemment de manière automatique depuis une Kalashnikov ou un fusil du même type.

Les tirs ont éclaté à l’intérieur d’un bar au 122 Dizengoff, près du centre commercial Dizengoff, une zone qui est bondée le vendredi après-midi.

Les témoins ont déclaré que l’homme armé a tiré dans au moins trois établissements de la zone : un bar, un restaurant et un café, puis a fui. Un employé du café a déclaré que plusieurs personnes l’ont pourchassé « mais il a disparu » dans une rue adjacente.

https://youtu.be/tG9nbM76Ybw

Une vidéo de la scène montre des gens assis dans un café et courant pour s’abriter quand les coups de feu commencent. Le tireur peut être vu, alors qu’il arrose les rues avec son arme automatique.

Une autre vidéo montre le tireur émergeant d’un magasin bio alors qu’il ouvre le feu.

Le vidéo du magasin montre le tireur achetant calmement des noix quelques minutes avant l’attaque, sortant l’arme du crime de son sac à dos, sortant du magasin, tournant à gauche, et ouvrant le feu. Les fonctionnaires soulignent le calme extraordinaire qu’il montre, quelques secondes avant de commencer à tuer.

La police a déclaré qu’une copie du Coran a été retrouvée dans son sac à dos, selon la Deuxième chaîne. le reportage note que des sources sécuritaires disent qu’on ne sait pas si cela est son motif, ou une tentative d’induire en erreur les enquêteurs.

Les deux décès ont été prononcés à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv. Quatre autres personnes y sont soignées, y compris deux victimes qui ont été immédiatement emmenées en chirurgie, selon l’hôpital.

Les trois personnes souffrant de blessures modérées ont été emmenées à l’hôpital Tel Hashomer de Ramat Gan, l’hôpital Beilinson de Petah Tikva et le cente médical Wolfson de Holon, selon le Magen David Adom.

Une chasse à l’homme policière massive était à la recherche de l’attaquant, les routes étaient bloquées par la police autour des lieux. Les officiers des unités des forces spéciales de la police Yasam ont été vus ratissant la zone après l’attaque. les résidents de Tel Aviv ont également rapporté la fermeture de la station centrale de bus, de l’autre côté de la ville.

L’enquête préliminaire montrait qu’il était impossible de déterminer si l’attaque était de nature nationaliste ou criminelle, et les deux pistes sont poursuivies. Les enquêteurs se sont rendus dans les différents hôpitaux pour interroger les victimes afin de déterminer si des mobiles criminels sont derrière l’attaque.

Selon la radio militaire, le Shin Bet a déclaré n’avoir eu aucune information sur une attaque imminente.

Le maire de Tel Aviv Ron Huldai a appelé les habitants « à rester alertes », déclarant que « cela ressemble à un [attentat] nationaliste, mais [le motif] n’est toujours pas clair. »

Le terrorisme « tente de nous pétrifier et de perturber nos vies. J’appelle chacun à prendre une grande respiration, se relaxer, et nous prendrons soin de cela. »

Nati Shaked, l’un des copropriétaires du bar Rafinta où a eu lieu la fusillade, a déclaré à la radio militaire qu’il a vu « quelqu’un armé d’un fusil automatique marchait dans la rue, a vu beaucoup de gens sur qui ils pouvaient tirer, et à commencer à tirer. »

L’assaillant « tirait partout. C’était l’hystérie et le chaos. »

La patronne d’un salon de coiffure voisin, Osnat David, jointe au téléphone par l’AFP, a raconté avoir entendu une série de coups de feu, des cris et des pleurs.

« Mes clients et moi nous sommes cachés dans la réserve sans faire de bruit. Nous n’avons même pas eu le temps de fermer le magasin. Nous nous sommes couchés au sol pour que le terroriste ne nous voit pas. Tout cela a duré une vingtaine de minutes. Nous tremblions, nous nous serrions les uns contre les autres », a-t-elle dit.

« Deux minutes plus tôt, j’étais dehors en train de fumer une cigarette. C’est un miracle. Si j’étais restée dehors, je serais morte à l’heure qu’il est », a-t-elle ajouté.

« Après j’ai refusé de sortir de mon salon. Je ne voulais pas voir les corps et le sang », a-t-elle dit, sous le choc bien qu’elle ait déjà vécu, dit-elle, plusieurs attaques par le passé.

Shani Mizrachi, du Magen David Adom : « Quand je suis arrivé sur les lieux j’ai vu un énorme désordre. Certains des blessés étaient dans le pub et certains étaient étendus sur la route. J’ai rapidement couru vers un homme d’environ 35 ans qui était pleinement conscient. Je lui ai donné un traitement sur place et l’ai envoyé à l’hôpital Ichilov, où il est toujours traité. Il était dans un état sérieux. En plus, nous avons emmené deux autres personnes sérieusement blessées à Ichilov et une autre modérément blessée à Tel Hashomer. »

L’AFP et l’équipe du Times of Israel ont participé à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...