3 000 personnes ont défilé à Tel-Aviv contre « l’incitation à la haine » de la droite
Rechercher

3 000 personnes ont défilé à Tel-Aviv contre « l’incitation à la haine » de la droite

Les participants ont marché du siège du Likud jusqu'à la place Rabin, accusant le gouvernement d'être coupable dans des discours enflammés contre la gauche

Des manifestants de gauche défilent à Tel Aviv pour protester contre "l'incitation de la droite", le 19 décembre 2015 (Crédit photo: Tomer Neuberg / Flash90)
Des manifestants de gauche défilent à Tel Aviv pour protester contre "l'incitation de la droite", le 19 décembre 2015 (Crédit photo: Tomer Neuberg / Flash90)

Environ 3 000 manifestants de gauche se sont rassemblés à Tel Aviv samedi soir pour protester contre ce qu’ils ont appelé l’incitation à la haine de la droite contre les organisations de gauche, le président Reuven Rivlin et d’autres.
 
Le mot d’ordre de la manifestation donné par les organisateurs était : « Debout ensemble contre un gouvernement qui incite à la haine au lieu d’offrir des solutions, contre les tentatives de l’extrême droite pour faire taire et intimider, de l’intérieur du gouvernement et de l’extérieur. »

Le défilé a debuté devant le siège du Likud dans le quartier Metzudat Zeev – « parce que les mains sont peut-être celles de Im Tirzu, mais la voix est celle de Benjamin Netanyahu et de ses ministres, » a accusé un organisateur cité par le site Walla News.

De là, la manifestation s’est dirigée vers le mémorial du Premier ministre assassiné Yitzhak Rabin situé sur la place Rabin.

Im Tirtzu, une organisation militante de droite, a fait face à un torrent de critiques, y compris de la droite, au sujet d’une vidéo qu’elle a mise en ligne la semaine dernière ciblant d’éminents militants de gauche.

Le clip montre un terroriste palestinien poignardant le spectateur, et accuse quatre dirigeants d’organisations de gauche d’aider les terroristes par leur activisme, les qualifiant de « taupes » de l’étranger sous pretexte que leurs groupes reçoivent des fonds provenant de différents gouvernements européens et l’UE.

Le leader de l’opposition Isaac Herzog avait déclaré la semaine dernière que la vidéo « versait le sang d’activistes israéliens. » Il a appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de l’Éducation Naftali Bennett à condamner la vidéo, les accusant de fermer les yeux sur l’incitation à la haine en restant silencieux.

« Prenez vos responsabilités, dites à Im Tirtzu que leur vidéo dépasse les bornes de ce qui est acceptable dans notre société démocratique », a-t-il dit. « Arrêtez ceux qui souillent tout votre camp par la haine. »

La vidéo a été produite par Moshe Klughaft, qui travaille aussi comme conseiller de Bennett et a mené la campagne électorale de son parti HaBayit HaYehudi au début de l’année.

« L’incitation à la haine est le dernier bastion d’un échec », a accusé le député juif Dov Khenin de la Liste arabe unie. « Ce gouvernement d’extrême droite, qui nous conduit à une impasse dans toutes les directions, essaie de blâmer la gauche pour cela. »

Une contre-manifestation plus petite de quelque 40 militants d’extrême-droite s’est tenue en face de la manifestation de gauche.

Ses participants ont accusé la gauche de se livrer à sa propre incitation, avec deux militants brandissant une photo de Netanyahu dans un uniforme SS – postée sur les médias sociaux par un journaliste de gauche il y a quelques mois – avec la légende, « Assez avec l’incitation ! »

Un participant à la manifestation de droite a lancé des bouteilles sur la plus grande manifestation. On ne signale ni blessé ni dommage lors de l’incident.

L’affiche de Netanyahu en SS a semé la confusion samedi soir après que le chef du mouvement La Paix maintenant Yariv Oppenheimer ait tweeté que c’est la preuve que « de la droite, même Bibi [Netanyahu] n’est pas à l’abri. Le monstre s’est retourné contre son maître ».

Mais une enquête approfondie a révélé que les manifestants d’extrême-droite qui brandissaient l’affiche le faisaient pour démontrer que cette incitation a été produite par des journalistes prétendument de gauche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...