Rechercher

340 immigrants éthiopiens arriveront la semaine prochaine en Israël

La ministre Pnina Tamano-Shata a déclaré qu'elle "ne laissera personne derrière" alors que 3 000 Juifs éthiopiens sont toujours en attente d'un vol

Des immigrants éthiopiens arrivent en Israël dans le cadre de l'opération Tzur Israël, le 11 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des immigrants éthiopiens arrivent en Israël dans le cadre de l'opération Tzur Israël, le 11 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Deux vols transportant 340 immigrants juifs éthiopiens atterriront en Israël la semaine prochaine dans le cadre d’un effort renouvelé pour faire venir les membres restants de la communauté en Israël, a annoncé jeudi le ministère de l’Aliyah et de l’Intégration.

L’opération, qui vise à faire venir en Israël 3 000 Éthiopiens qui attendent depuis des années dans les camps de transit de Gondar et d’Addis-Abeba, reprendra après une pause d’un an et une lutte prolongée par la ministre de l’Aliyah et de l’Intégration, Pnina Tamano-Shata.

Une délégation dirigée par Yaakov Hagoel, président de la WZO et président de l’Agence juive de facto, partira mardi pour l’Éthiopie.

Le premier vol, transportant 180 immigrants, arrivera mercredi, suivi d’un autre vol transportant 160 immigrants qui devrait atterrir jeudi.

L’opération actuelle a commencé en septembre 2020 et s’est arrêtée en mars 2021. En 2021, 1 636 immigrants d’Éthiopie sont venus en Israël dans le cadre de l’opération « Zur Israël », qui a relancé l’immigration de Juifs de ce pays après une interruption de plusieurs années. En novembre dernier, le gouvernement a promis de renouveler les ponts aériens.

Tamano-Shata, première femme d’origine éthiopienne à siéger à la Knesset, a salué la reprise des vols comme une victoire, après avoir lutté avec le gouvernement pour obtenir un nouveau budget pour l’opération.

En mars, un dernier obstacle a été surmonté, après que la Haute Cour de justice a rejeté un appel qui empêchait le gouvernement de faire venir en Israël des Éthiopiens éligibles à la citoyenneté.

La ministre de l’Aliyah et de l’Intégration, Pnina Tamano-Shata, assiste à une conférence de presse au bureau du ministère à l’aéroport Ben Gourion, le 4 avril 2022. (Crédit: Tomer Neuberg/Flash90)

« Il s’agit de la poursuite de la campagne visant à corriger l’injustice faite à de nombreuses familles juives éthiopiennes, et comme je l’ai promis, je ne laisserai personne derrière », a déclaré Tamano-Shata jeudi.

Hagoel a déclaré que des milliers d’immigrants auront le « privilège de réaliser leurs rêves » et de retrouver leurs proches en Israël, grâce à la reprise de l’opération.

Cinq merkaz klita – centres d’intégration- ont été créés en prévision des arrivées, afin d’aider les nouveaux immigrants dans le processus d’intégration, notamment en les aidant à apprendre l’hébreu.

Au fil des décennies, le gouvernement a lancé plusieurs opérations pour faire venir des Juifs éthiopiens dans le pays. En 1991, l’opération Solomon a fait venir plus de 14 300 immigrants d’Éthiopie sur 35 vols en 36 heures, représentant la plus grande opération de ce type à ce jour. Environ 95 000 Éthiopiens ont été aidés par l’Agence juive à immigrer en Israël.

Cependant, ces efforts ont été assaillis par une controverse sur les personnes éligibles.

Alors que les immigrants juifs éthiopiens de la communauté Beta Israel sont reconnus comme pleinement juifs, les immigrants éthiopiens appartenant à la petite communauté Falash Mura doivent se convertir à l’orthodoxie après avoir immigré. Les Falash Mura sont des Juifs éthiopiens dont les ancêtres se sont convertis au christianisme, souvent sous la contrainte, il y a plusieurs générations. Quelque 30 000 d’entre eux ont immigré en Israël depuis 1997, selon le bureau du Premier ministre.

Le ministère de l’intérieur ne considérant pas les Falash Mura comme des Juifs, ils ne peuvent immigrer en vertu de la Loi du retour et doivent donc obtenir une autorisation spéciale du gouvernement pour se rendre en Israël.

Une guerre civile en cours en Éthiopie entre le gouvernement et les rebelles de la région du Tigré a intensifié la pression pour faire venir les Juifs vivant encore en Éthiopie. En novembre dernier, le président Isaac Herzog avait appelé à « agir pour les faire passer rapidement en Israël. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...