Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Jake Sullivan rencontre les ambassadeurs de 17 pays dont les citoyens sont otages du Hamas

Ligue arabe: Abbas accuse le Hamas d'avoir "donné des prétextes" à Israël pour attaquer Gaza ; Gallant : Des troupes supplémentaires seront envoyées à Rafah ; 5 soldats tués par erreur et 7 autres blessés dans le nord de Gaza ; L'Eglise annonce que le patriarche latin de Jérusalem est en visite à Gaza-ville ; La jetée américaine provisoire est prête à recevoir de l'aide

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s'exprimant lors d'une conférence de presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 24 avril 2024. (Crédit : Evan Vucci/AP)
Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s'exprimant lors d'une conférence de presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 24 avril 2024. (Crédit : Evan Vucci/AP)

Israël accuse l’Afrique du Sud de fausses déclarations sur l’affaire du génocide devant la CIJ

Les agents sud-africains Vusimuzi Madonsela, assis à droite, et Cornelius Scholtz, assis deuxième à gauche, discutent avant le début des audiences à la Cour internationale de justice, à La Haye, Pays-Bas, le 16 mai 2024. (Crédit : Peter Dejong/AP)
Les agents sud-africains Vusimuzi Madonsela, assis à droite, et Cornelius Scholtz, assis deuxième à gauche, discutent avant le début des audiences à la Cour internationale de justice, à La Haye, Pays-Bas, le 16 mai 2024. (Crédit : Peter Dejong/AP)

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré jeudi que l’Afrique du Sud « faisait des affirmations biaisées et fausses » qui étaient « basées sur des sources non fiables du [groupe terroriste palestinien du] Hamas », en réponse à une affaire portée devant la plus haute juridiction de l’ONU où Israël est accusé de génocide.

« Israël agit conformément au droit international et à ses obligations humanitaires et prend des mesures pour réduire au minimum les dommages causés aux civils et aux installations civiles », précisait un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Le ministère a appelé la Cour internationale de justice (CIJ), également connue sous le nom de Cour internationale, « à rejeter l’appel de l’Afrique du Sud et à mettre fin aux abus de la Cour ».

Aide à Gaza : 365 camions d’aide entrés jeudi ; 76 000 litres de carburant mercredi – COGAT

Des camions égyptiens transportant de l'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza, en attente à proximité du poste-frontière de Rafah, côté égyptien, le 23 mars 2024. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Des camions égyptiens transportant de l'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza, en attente à proximité du poste-frontière de Rafah, côté égyptien, le 23 mars 2024. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Après plus d’une semaine où la quantité d’aide humanitaire acheminée vers Gaza a considérablement diminué en raison des opérations de Tsahal à Rafah, le nombre de camions repart à la hausse, selon le COGAT en Israël qui a publié les dernières données sur X.

Aucun dommage au radar de l’armée de l’air après l’attaque d’un drone du Hezbollah

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré lors d’une conférence de presse que la capacité de l’armée de l’air israélienne à détecter les menaces entrantes n’avait pas été endommagée, après qu’un drone du Hezbollah chargé d’explosifs a frappé un ballon au sol qui détectait les missiles la nuit mercredi a jeudi.

Il a expliqué que le drone avait touché « un ballon qui se trouvait au sol » sur une base militaire située près de l’échangeur Golani, à environ 35 kilomètres de la frontière libanaise. Le ballon, connu sous le nom de Sky Dew, n’est pas encore opérationnel.

« Il n’y a pas eu de blessés et la capacité de Tsahal à développer une image aérienne de la zone n’a pas été endommagée. Tsahal mène des opérations contre les drones du Hezbollah et contre la menace aérienne qui pèse sur toutes les frontières », a-t-il ajouté.

Jake Sullivan rencontre les ambassadeurs de 17 pays dont les citoyens sont otages du Hamas

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s'exprimant lors d'une conférence de presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 24 avril 2024. (Crédit : Evan Vucci/AP)
Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s'exprimant lors d'une conférence de presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 24 avril 2024. (Crédit : Evan Vucci/AP)

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a rencontré mercredi les ambassadeurs de 17 pays dont des ressortissants ont été pris en otage par le Hamas, selon la Maison Blanche.

Les pays représentés étaient l’Allemagne, l’Argentine, l’Autriche, le Brésil, la Bulgarie, le Canada, la Colombie, le Danemark, l’Espagne, la France, la Hongrie, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Serbie et la Thaïlande.

« Le groupe a discuté de son appel collectif au Hamas pour qu’il libère immédiatement les otages et des moyens de mettre fin à la crise », indique un communiqué de la Maison Blanche.

Washington : La fermeture de Rafah aggrave la situation humanitaire dans la bande de Gaza

Des Palestiniens emballent leurs affaires alors qu'ils se préparent à fuir Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 mai 2024. (Crédit : AFP)
Des Palestiniens emballent leurs affaires alors qu'ils se préparent à fuir Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 mai 2024. (Crédit : AFP)

Le porte-parole du département d’État américain, Vedant Patel, déclare que « les conditions humanitaires sur le terrain continuent de se détériorer et que des passages frontaliers vitaux ont été fermés alors même que l’acheminement de davantage d’aide est crucial », tandis qu’Israël étend ses opérations à Rafah.

Israël a fermé le poste frontière alors qu’il commençait à peine à fonctionner la semaine dernière. Depuis, l’Égypte et Israël s’accusent mutuellement d’empêcher la réouverture du point de passage. Toutefois, même s’il était rouvert, aucune agence ne semble actuellement prête à opérer du côté gazaoui. Israël a retiré le contrôle du point de passage au groupe terroriste du Hamas et a proposé de le remettre à l’Autorité palestinienne (AP).

Ramallah a rejeté cet appel, car elle était conditionnée à ce que les agents ne soient pas identifiés comme appartenant à l’AP, en raison de l’opposition des partenaires de la coalition d’extrême droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, selon un responsable américain.

« Israël doit faire davantage pour fournir d’urgence un accès durable et sans entrave à l’aide humanitaire dans le nord et le sud de Gaza, notamment en contribuant aux efforts visant à apporter le bon type d’aide aux personnes les plus vulnérables », a souligné Patel.

Le département d’État a précisé que les États-Unis n’avaient pas constaté qu’Israël avait intentionnellement restreint ou interrompu l’acheminement de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Les convois d’aide ont fait l’objet d’attaques répétées de la part d’extrémistes israéliens qui recevraient des renseignements de certains membres des forces de sécurité israéliennes pour intercepter et piller les camions.

Les États-Unis réagissent froidement à l’appel arabe en faveur de soldats de maintien de la paix de l’ONU à Gaza

Les États-Unis ont indiqué qu’ils ne soutenaient pas l’appel lancé plus tôt dans la journée par la Ligue arabe en faveur du déploiement d’une force de maintien de la paix de l’ONU à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est pour protéger les Palestiniens jusqu’à ce qu’une solution à deux États soit concrétisée.

Le porte-parole adjoint du Département d’État, Vedant Patel, a déclaré que les États-Unis n’avaient pas de position formelle sur l’idée avant de formuler une mise en garde.

« Franchement, l’ajout de forces de sécurité pourrait potentiellement compromettre la mission [actuelle d’Israël] [contre le Hamas] », a-t-il dit.

Le sommet arabe appelle à une force de l’ONU dans les Territoires palestiniens

Le roi de Bahreïn Hamad bin Isa al-Khalifa (au centre) avec les dirigeants arabes à Manama le 16 mai 2024 avant le 33e sommet de la Ligue arabe. (Crédit : Bahrain News Agency/ AFP)
Le roi de Bahreïn Hamad bin Isa al-Khalifa (au centre) avec les dirigeants arabes à Manama le 16 mai 2024 avant le 33e sommet de la Ligue arabe. (Crédit : Bahrain News Agency/ AFP)

Le sommet arabe, réuni jeudi à Bahreïn, a appelé au déploiement d’une force de maintien de la paix des Nations unies en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem-Est, jusqu’à la mise en place d’un État palestinien.

Réuni à Manama, il a demandé le déploiement de « forces internationales de protection et de maintien de la paix de l’ONU dans les territoires palestiniens occupés » jusqu’à la mise en œuvre de la solution de deux États, israélien et palestinien, au conflit israélo-palestinien vieux de plusieurs décennies.

Les dirigeants arabes ont également exhorté les factions palestiniennes à s’unir « sous la bannière de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) », qualifiée de « seul représentant légitime du peuple palestinien », qui est dominée par les rivaux politiques du Hamas, le Fatah.

Sur un autre plan, les participants au sommet ont condamné les attaques contre les navires marchands en mer Rouge et dans le Golfe d’Aden menées par les rebelles yéménites houthis, se disant attachés au « droit de navigation » dans les mers de la région.

Tsahal déclare avoir localisé un lance-roquettes avec des projectiles à longue portée à Rafah

Un lance-roquettes après sa destruction par les troupes dans le sud de Gaza à Rafah, dans une image publiée le 16 mai 2024. (Crédit : armée israélienne)
Un lance-roquettes après sa destruction par les troupes dans le sud de Gaza à Rafah, dans une image publiée le 16 mai 2024. (Crédit : armée israélienne)

Les troupes israéliennes opérant dans le sud de Gaza, à Rafah, ont localisé un site avec des lanceurs de roquettes ainsi que des projectiles à longue portée, a déclaré l’armée.

Selon Tsahal, certains de ces lance-roquettes ont été utilisés lors d’attaques contre des villes israéliennes au cours des derniers mois.

Les troupes de la 414e unité de collecte de renseignements de combat ont localisé, à l’aide de drones, les lanceurs amorcés et les ont démolis, selon l’armée.

Selon l’armée, le site a également été utilisé lors d’attaques récentes contre des villes israéliennes, y compris le barrage de la semaine dernière sur Beer Sheva.

Tsahal déclare avoir frappé 10 cibles du Hezbollah dans le sud du Liban

L’armée déclare avoir mené des frappes contre une dizaine de cibles du Hezbollah dans le sud du Liban il y a peu de temps, y compris des bâtiments où se trouvaient des membres de l’organisation terroriste.

L’armée israélienne a confirmé également qu’elle avait effectué une frappe de drone sur un véhicule transportant deux membres du Hezbollah, près des villes de Cana et de Seddiqine, dans le sud du Liban.

Selon Tsahal, les deux hommes étaient « en route pour mener une attaque terroriste immédiate » contre Israël.

Des avions de combat ont frappé plusieurs sites du Hezbollah, dont un bâtiment et un poste d’observation à Mays al-Jabal, un autre bâtiment à Kafr Qila, et deux autres bâtiments à Naqoura et Houla, où des agents étaient rassemblés, selon Tsahal.

Les ambassadeurs américain, britannique et allemand prendront la parole lors du rassemblement de samedi en faveur des otages

Des Israéliens participent à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sur la place des Otages à Tel Aviv, à la veille du 76e anniversaire de l'indépendance d'Israël, le 13 mai 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des Israéliens participent à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sur la place des Otages à Tel Aviv, à la veille du 76e anniversaire de l'indépendance d'Israël, le 13 mai 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le rassemblement de samedi soir en faveur des otages aura une dimension internationale, a annoncé le Forum des familles d’otages et de disparus.

Le groupe appelle la communauté internationale à se joindre à l’effort pour demander la libération des 132 captifs de Gaza, en rappelant que le Hamas détient des otages originaires de 24 pays différents.

L’ambassadeur américain Jack Lew, l’ambassadeur britannique Simon Walters, l’ambassadeur allemand Steffen Seibert et l’ambassadeur autrichien Nikolaus Lutterotti prendront la parole. Des messages vidéo seront également diffusés par l’ancienne secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et par l’animateur de talk-show Dr. Phil, qui était récemment en Israël pour s’entretenir avec des familles d’otages et le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Des membres de familles d’otages de nationalité étrangère prendront également la parole, notamment le citoyen américain Jonathan Dekel-Chen, dont le fils Sagui Dekel-Chen est otage ; l’Argentin-Israélien Itzik Horn, dont les fils Eitan et Yair Horn sont retenus en captivité ; Ayala Yahalomi, sœur de l’otage franco-israélien Ohad Yahalomi, et le Russe-Israélien Evgeny Kozlov, dont le fils Andrey Kozlov est otage.

Les artistes musicaux du samedi soir seront Lola Marsh, la gagnante de l’Eurovision 2018 Netta Barzilai, la chanteuse-compositrice-interprète Noga Erez, la chanteuse américaine Montana Tucker et la candidate israélienne à l’Eurovision 2024 Eden Golan, qui chantera « October Rain », la version originale de la chanson officielle de l’Eurovision « Hurricane », dont plusieurs couplets ont été supprimés par les organisateurs parce qu’ils faisaient référence aux attentats du 7 octobre perpétrés par le Hamas.

Deux membres du Hezbollah tués dans des frappes israéliennes, ce qui porte le bilan à 300

Le groupe terroriste du Hezbollah a annoncé la mort de deux de ses membres, tués « sur la route de Jérusalem », expression qui désigne les terroristes tués dans des frappes israéliennes.

Il s’agit de Muhammad Fares, de la région de Beyrouth, et d’Ali Ayoub, d’Ain Qana.

Cette annonce intervient après que les médias libanais ont fait état d’une frappe de Tsahal sur un véhicule entre les villes de Seddiqine et de Rmadiyeh, dans le sud du Liban, plus tôt dans la journée, faisant deux morts.

Ces morts portent à 300 le nombre de victimes du groupe terroriste depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza.

L’Afrique du Sud termine sa plaidoirie devant la CIJ contre Israël, qui publiera sa défense demain

Dans les dernières présentations de l’Afrique du Sud devant la CIJ, ses représentants ont affirmé qu’Israël avait des « intentions génocidaires » contre les Palestiniens et que le seul moyen d’empêcher le « génocide » était une décision de justice ordonnant à Israël de mettre fin à l’ensemble de sa campagne militaire à Gaza et pas seulement à Rafah comme il l’avait demandé à l’origine.

L’avocat Tembeka Ngcukaitobi a cité les commentaires du ministre des Finances Bezalel Smotrich, relayés par Haaretz à la fin du mois d’avril, qui a déclaré qu’il « n’y a pas de demi-mesures. Rafah, Deir al-Balah, Nusseirat – l’anéantissement total », comme preuve de « l’intention génocidaire » israélienne et a diffusé également une vidéo de soldats de Tsahal sur le point d’entrer dans la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, priant puis chantant « Nous allons démanteler Rafah ».

L’avocate Blinne Ní Ghrálaigh a demandé à la Cour d’intervenir en raison de « la gravité de la situation impliquant d’horribles souffrances humaines » qui, selon elle, « impose à la Cour d’ordonner à Israël de cesser ses opérations militaires » et a affirmé qu’Israël avait ignoré les précédentes ordonnances de la CIJ. « L’Afrique du Sud ne peut que réitérer ce que la Cour a le pouvoir de faire, ce que les rédacteurs de la Convention sur le génocide lui ont demandé de faire, à savoir écouter cet appel à l’aide désespéré de Gaza et ordonner à Israël de cesser le feu », a-t-elle déclaré.

Israël répondra à l’Afrique du Sud lors de l’audition de demain.

Un barrage de roquettes tiré sur la Galilée occidentale ; pas de blessés rapportés

Des sirènes aux roquettes ont retenti dans plusieurs communautés de Galilée occidentale.

Des images publiées sur les réseaux sociaux prétendent montrer au moins un lourd impact de roquette dans la zone.

Il n’y a pas eu de rapport immédiat faisant état de blessés lors de cette dernière attaque en provenance du Liban.

L’Afrique du Sud accuse Israël d’« étouffer » Gaza en fermant les points de passage

Les représentants de l’Afrique du Sud auprès de la Cour internationale de justice accusent Israël d’« étrangler » les points de passage de marchandises vers Gaza – respectivement Rafah et Kerem Shalom –, ce qui, selon eux, « plonge Gaza dans un abysse de besoins humanitaires ».

« La fermeture des points de passage a pour conséquence que les Palestiniens, déjà affamés, disposent d’encore moins de nourriture », explique le professeur Max du Plessis.

Le Coordinateur du ministère de la Défense pour les activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) ajoute que Kerem Shalom a rouvert ses portes, suite à sa fermeture le 5 mai dernier après une attaque du Hamas, et que 248 camions d’aide humanitaire ont été inspectés et ont pu entrer dans la bande de Gaza mercredi, plus deux camions-citernes.

« Israël a littéralement le droit de vie et de mort sur les Palestiniens de Gaza. L’histoire nous a appris ce qui se passait ensuite. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et attendre que cela se reproduise », a déclaré l’avocate sud-africaine Dr. Adila Hassim.

En parlant de ce qu’elle qualifie d’actions « génocidaires » d’Israël, Hassim affirme qu’Israël a tué 14 000 enfants palestiniens à Gaza, alors que l’ONU a lui-même revu ce chiffre à la baisse, le 8 mai dernier, en le ramenant à 7 797.

Elle assure par ailleurs que des fosses communes ont été découvertes à l’hôpital Nasser de Khan Younès, là où, dit-elle, Israël a exécuté des hommes, des femmes et des enfants palestiniens.

Des informations disponibles en sources ouvertes indiquent que ces fosses ont été creusées et remplies par des Palestiniens avant que les forces israéliennes n’entrent dans l’hôpital.

Les Houthis du Yémen se disent prêts à attaquer tout navire faisant route vers Israël, pas seulement en mer Rouge

Les forces yéménites montent la garde lors d'un rassemblement pro-palestinien et anti-israélien dans la capitale Sanaa tenue par les Houthis, le 26 avril 2024, dans le cadre du conflit dans la bande de Gaza entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)
Les forces yéménites montent la garde lors d'un rassemblement pro-palestinien et anti-israélien dans la capitale Sanaa tenue par les Houthis, le 26 avril 2024, dans le cadre du conflit dans la bande de Gaza entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)

Tout navire – quelle qu’en soit la compagnie – ayant mis le cap sur l’un des ports israéliens sera pris en chasse par les Houthis du Yémen soutenus par l’Iran, indépendamment de la zone, et donc plus seulement en mer Rouge, a promis Abdulmalik al-Houthi, à la tête dudit groupe, dans un discours télévisé.

Trois soldats blessés, dont un grièvement, dans une attaque de drone du Hezbollah près de Metula

L’armée israélienne a déclaré qu’un drone chargé d’explosifs lancé depuis le Liban s’était écrasé et avait explosé plus tôt dans la journée dans une zone proche de la communauté nord de Metula, blessant trois soldats.

L’un des soldats est dans un état grave et les deux autres ont été légèrement blessés par l’explosion.

L’armée israélienne a affirmé qu’elle enquêtait sur l’incident.

Le Hezbollah a affirmé que le drone était armé de missiles et visait des cibles de Tsahal à Metula.

Le roi de Jordanie estime que les groupes militants doivent être poursuivis

Illustration : Le président français Emmanuel Macron accueille le roi Abdallah II de Jordanie avant une réunion au palais de l'Élysée à Paris, le 16 février 2024. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)
Illustration : Le président français Emmanuel Macron accueille le roi Abdallah II de Jordanie avant une réunion au palais de l'Élysée à Paris, le 16 février 2024. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

Le roi Abdallah de Jordanie a déclaré que les groupes militants actifs dans la contrebande de drogue et d’armes devaient être poursuivis et mis face à leurs responsabilités.

Le royaume allié des États-Unis a déjoué un complot présumé dirigé par l’Iran visant à faire passer des armes en contrebande et aider les opposants à la monarchie à commettre des actes de sabotage, ont déclaré à Reuters deux sources jordaniennes proches de l’affaire.

Une source officielle a déclaré mercredi à l’agence de presse officielle PETRA que le royaume avait déjoué une tentative, de la part de « militants soutenus par l’étranger », d’introduire des armes en contrebande sur son territoire. Les armes ont été saisies et les contrebandiers arrêtés en mars dernier.

« Nous devons affronter les groupes militants armés qui enfreignent la loi, en particulier ceux qui se livrent à la contrebande de drogue et d’armes, ce à quoi la Jordanie s’oppose depuis des années maintenant », a déclaré le roi lors d’un sommet de la Ligue arabe tenu à Manama, en se gardant bien de désigner l’Iran comme responsable du projet.

Le président égyptien dit qu’Israël empêche la conclusion d’un cessez-le-feu à Gaza

Illustration : Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, à droite, avec le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, au Caire, le 4 février 2024. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)
Illustration : Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, à droite, avec le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, au Caire, le 4 février 2024. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Israël ne joue pas pleinement le jeu pour parvenir à un cessez-le-feu dans sa guerre contre le Hamas à Gaza, a déclaré le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi – dont le pays assure la médiation dans le cadre de ce conflit – aux dirigeants arabes lors d’un sommet à Manama.

Sissi a ajouté qu’Israël poursuivait sans relâche ses opérations militaires à Rafah, ville frontalière du sud entre l’Égypte et Gaza, et utilisait le passage frontalier de la ville, côté palestinien, « pour renforcer le siège de l’enclave ».

Israël et l’Égypte se renvoient la responsabilité de la fermeture du passage, voie vitale d’acheminement vitale de l’aide vers le territoire côtier, où la crise humanitaire empire et où certaines personnes risquent de mourir de faim.

Israël a déclaré mardi qu’il appartenait à l’Égypte de rouvrir le point de passage de Rafah et d’autoriser l’aide humanitaire à entrer dans la bande de Gaza, ce à quoi Le Caire a rétorqué qu’il s’agissait là de « tentatives désespérées » pour rejeter sur autrui la faute du blocage de l’aide.

« Nous constatons qu’Israël fuit ses responsabilités et ne joue pas vraiment le jeu pour parvenir à un cessez-le-feu », a déclaré Sissi.

« Ceux qui pensent que [seules] des solutions sécuritaires et militaires sont de nature à sécuriser les intérêts ou d’assurer la sécurité délirent », a-t-il conclu.

Un juriste sud-africain à la CIJ : « le génocide israélien a atteint un nouveau stade horrible » avec l’opération à Rafah

Les représentants de l’Afrique du Sud à la Cour internationale de justice critiquent Israël pour ce qu’ils décrivent comme un « génocide en cours » contre les Palestiniens de Gaza, dans une première tirade contre Jérusalem.

L’ambassadeur d’Afrique du Sud aux Pays-Bas, Vusimuzi Madonsela, accuse Israël d’avoir ignoré les précédentes décisions de la CIJ et les instructions du Conseil de sécurité des Nations unies. Il ajoute que « le génocide israélien s’est poursuivi à un rythme soutenu depuis la dernière audience de la Cour et vient de franchir une nouvelle étape horrible » avec de l’opération en cours dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Le professeur Vaughan Lowe, qui a représenté l’Afrique du Sud dans sa requête de janvier, affirme qu’il est « de plus en plus clair » que les actions d’Israël à Rafah sont conçues pour atteindre son « objectif final, à savoir la destruction totale de Gaza en tant que zone d’habitation humaine ».

Lowe nie à nouveau le droit d’Israël à l’autodéfense, comme il l’avait fait en janvier, bien qu’il ait écrit précédemment qu’aucun « État ne soit obligé par la loi de subir passivement l’exécution d’une attaque ».

Lowe déclare au tribunal que s’il n’intervient pas maintenant, « la possibilité de reconstruire une société palestinienne viable à Gaza sera anéantie » et que « l’objectif déclaré d’Israël de rayer Gaza de la carte est sur le point de se réaliser ».

Le Hezbollah revendique une attaque avec un drone armé contre des postes de Tsahal

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah affirme avoir mené une attaque contre des positions militaires israéliennes près de la communauté de Metula, à la frontière nord, à l’aide d’un drone armé.

Dans un communiqué, le groupe terroriste indique que le drone a lancé deux missiles sur les cibles de l’armée israélienne.

Ce serait la première fois que le Hezbollah utilise un drone qui lance des missiles, plutôt que des drones chargés d’explosifs qu’il a utilisés à de nombreuses reprises au cours de la guerre.

Les revendications du Hezbollah ne peuvent être vérifiées dans l’immédiat.

Tsahal n’a pas encore commenté cette attaque.

Le port artificiel américain mis en place sur une plage de Gaza

Le port artificiel américain censé faciliter la livraison d’aide humanitaire à Gaza a été mis en place jeudi sur le rivage du territoire palestinien et l’assistance va bientôt être acheminée, a annoncé un responsable militaire américain.

« Il y a quelques heures, le port temporaire a été mis en place avec succès sur une plage de Gaza », a déclaré Brad Cooper, du Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

Abbas accuse le Hamas d’avoir « donné des prétextes » à Israël pour attaquer Gaza

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a accusé jeudi le mouvement terroriste islamiste palestinien Hamas d’avoir « donné des prétextes » à Israël pour attaquer la bande de Gaza.

« L’opération militaire menée unilatéralement par le Hamas ce jour-là, le 7 octobre, a donné à Israël davantage de prétextes et de justifications pour attaquer la bande de Gaza, tuant, détruisant et déplaçant des centaines de milliers de personnes », a déclaré M. Abbas lors du sommet de la Ligue arabe à Bahreïn.

À VOIR : La CIJ commence les audiences sur le recours de Pretoria pour obtenir l’arrêt de l’opération Rafah de Tsahal

La Cour internationale de justice (CIJ) rendant son ordonnance sur la demande du Nicaragua d'ordonner à l'Allemagne de cesser ses ventes d'armes à Israël dans le contexte du conflit à Gaza, au Palais de la Paix à La Haye, siège de la CIJ, le 30 avril 2024. (Crédit : Cour internationale de justice)
La Cour internationale de justice (CIJ) rendant son ordonnance sur la demande du Nicaragua d'ordonner à l'Allemagne de cesser ses ventes d'armes à Israël dans le contexte du conflit à Gaza, au Palais de la Paix à La Haye, siège de la CIJ, le 30 avril 2024. (Crédit : Cour internationale de justice)

La Cour internationale de justice (CIJ) entame son audience sur le quatrième recours de l’Afrique du Sud contre Israël, l’accusant de commettre un « génocide » contre les Palestiniens de Gaza, et lui demandant cette fois d’ordonner à Israël de mettre fin à ses opérations dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

La dernière plainte de l’Afrique du Sud allègue que l’opération actuelle rendra la vie difficile à Gaza, combinée à la situation humanitaire déjà grave dans l’enclave et à l’importance du passage de marchandises de Rafah pour l’approvisionnement de Gaza en aide, ce qui signifie qu’une incursion israélienne totale à Rafah violerait la clause de la Convention des Nations unies sur le génocide – émise après l’extermination de 6 millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale – qui interdit « d’imposer délibérément au groupe des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ».

La demande indique à tort que le point de passage crucial de Kerem Shalom, par lequel la majeure partie de l’aide entre à Gaza, est fermé, alors qu’il a rouvert le 8 mai, tandis que le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT), une agence du ministère de la Défense, a noté qu’un nouveau point de passage de marchandises a été ouvert à la frontière nord de Gaza avec Israël pour l’acheminement de l’aide.

L’ancien chef du Département du droit international au bureau du procureur général, Yuval Kaplinsky, a déclaré que l’urgence avec laquelle la CIJ a accepté d’entendre le recours de l’Afrique du Sud indique qu’elle pourrait être prête à rendre des ordonnances sévères à l’encontre d’Israël, sur la base de ses ordonnances précédentes concernant les demandes de Pretoria, alors qu’aucune audience n’avait eu lieu.

Le Bahreïn soutient « la pleine reconnaissance de l’Etat de Palestine et son adhésion » à l’ONU

Le roi du Bahreïn a appelé jeudi à une « conférence internationale pour la paix » à l’ouverture du sommet de la Ligue arabe organisé à Manama, en pleine guerre entre Israël et les terroristes du Hamas palestinien dans la bande de Gaza.

Le pays hôte appelle à « une conférence internationale pour la paix » au Proche-Orient, ainsi qu’à « soutenir la pleine reconnaissance de l’Etat de Palestine et son adhésion aux Nations unies », a déclaré Hamad ben Issa Al Khalifa.

Gallant : Des troupes supplémentaires seront envoyées à Rafah, « l’opération va s’intensifier »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à la frontière sud de la bande de Gaza, le 15 mai 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à la frontière sud de la bande de Gaza, le 15 mai 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à la suite d’une évaluation à la frontière de Gaza, à proximité de Rafah, a déclaré que des troupes supplémentaires seront déployées dans la ville au sud de la bande de Gaza, alors que l’armée israélienne poursuit son opération contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans cette région.

La visite a eu lieu mercredi, indique le bureau de Gallant dans un nouveau communiqué.

« Cette opération se poursuivra avec des troupes supplémentaires qui entreront [dans la zone]. Plusieurs tunnels dans la région ont été détruits par nos soldats et d’autres tunnels seront bientôt détruits », a assuré Gallant dans des remarques fournies par son bureau.

Dans la nuit, Tsahal a déployé la Brigade Commando à Rafah, rejoignant ainsi Givati et la 401e brigade de la 162e division qui s’y trouvent depuis le début du mois.

« Cette opération va s’intensifier et le Hamas n’est pas un groupe qui peut se reconstituer aujourd’hui. Il n’a pas de réserves, il n’a pas la capacité de fabriquer des armes, il n’a pas de fournitures, il n’a pas de munitions, il n’a pas la capacité de soigner correctement les terroristes qui sont blessés, et cela signifie que nous sommes en train de l’épuiser », a ajouté Gallant.

L’armée s’attend à ce que le gouvernement israélien approuve l’élargissement de l’incursion à Rafah, comme il l’a fait jusqu’à présent en plusieurs étapes.

Après 3 heures de recherche, Tsahal capture le terroriste de l’attaque au couteau d’Yitzhar

Les troupes de l'armée israélienne recherchant un Palestinien qui a poignardé un soldat dans le nord de la Cisjordanie, le 16 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de l'armée israélienne recherchant un Palestinien qui a poignardé un soldat dans le nord de la Cisjordanie, le 16 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Après trois heures de chasse à l’homme, l’armée israélienne déclare avoir appréhendé le terroriste palestinien suspecté d’avoir poignardé un sous-officier au carrefour Yitzhar, dans le nord de la Cisjordanie, plus tôt dans la journée.

Tsahal déclare que le suspect a été arrêté dans la ville d’Awarta, non loin de l’endroit où l’attaque terroriste a eu lieu.

Le patriarche latin de Jérusalem « en visite pastorale » dans la ville de Gaza

Le patriarche latin de Jérusalem, Pierbattista Pizzaballa, arrive à la procession qui a lieu à l'église de la Nativité la veille de Noël, à Bethléem, en Cisjordanie, le 24 décembre 2023. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Le patriarche latin de Jérusalem, Pierbattista Pizzaballa, arrive à la procession qui a lieu à l'église de la Nativité la veille de Noël, à Bethléem, en Cisjordanie, le 24 décembre 2023. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Le patriarche latin de Jérusalem, le cardinal Pierbattista Pizzaballa, est « en visite pastorale » dans la ville de Gaza pour délivrer un « message d’espoir, de solidarité et de soutien », a annoncé jeudi le Patriarcat latin de Jérusalem.

« Sa Béatitude, le cardinal Pierbattista Pizzaballa, patriarche de Jérusalem est entré à Gaza et a rejoint pour une visite pastorale la paroisse de la Sainte famille » de Gaza-Ville, indique, dans un communiqué, ce patriarcat catholique dont le diocèse comprend Chypre, la Jordanie, les Territoires palestiniens et Israël.

Tsahal : L’explosion a été causée par des munitions israéliennes près de soldats positionnés à la frontière de Gaza

L'entrée d'une position militaire, à proximité du site commémoratif de la Flèche noire, à la frontière de Gaza, le 13 février 2024. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)
L'entrée d'une position militaire, à proximité du site commémoratif de la Flèche noire, à la frontière de Gaza, le 13 février 2024. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

L’armée israélienne a annoncé qu’une explosion s’était produite plus tôt dans la journée à proximité d’une position militaire située non loin du site commémoratif de la Flèche noire, à la frontière de la bande de Gaza.

Tsahal affirme que l’explosion a été causée par des munitions israéliennes et que l’incident fait l’objet d’une enquête plus approfondie.

L’état de la victime de l’attaque au couteau en Cisjordanie s’améliore – Beilinson

L’hôpital Beilinson de Petah Tikva indique qu’après avoir été soigné, le sous-officier de l’armée israélienne qui a été poignardé lors d’une attaque terroriste au couteau en Cisjordanie est désormais considéré comme étant légèrement blessé.

Les secouristes avaient précédemment déclaré que l’homme était modérément blessé.

Il restera hospitalisé sous surveillance médicale, a déclaré le Dr. Yossi Shaya, chef adjoint des Urgences de l’hôpital.

La jetée américaine provisoire est prête à recevoir de l’aide

Les Etats-Unis ont annoncé avoir achevé jeudi une jetée provisoire sur la côte de la bande de Gaza, pour acheminer plus d’aide dans le territoire.

Jeudi matin, des militaires américains, « soutenant la mission humanitaire de livraison d’aide humanitaire supplémentaire aux civils palestiniens dans le besoin, ont arrimé la jetée temporaire à la plage de Gaza », indique sur X le US Central Command, Commandement interarmées américain compétent notamment pour le Proche-Orient.

« Il est prévu que des camions chargés d’aide humanitaire commencent à accoster dans les prochains jours », poursuit le Commandement, précisant que l’aide sera remise à l’ONU qui « coordonnera sa distribution dans Gaza ».

Cette jetée, d’un coût annoncé de 320 millions de dollars, selon le Pentagone, devait initialement être achevée le 7 mai.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a annoncé mercredi qu’un navire chargé d’aide avait quitté le port chypriote de Larnaca à destination de cette installation.

Il doit y débarquer environ 100 tonnes d’abris temporaires pour les habitants de Gaza, 2,4 millions de personnes dont environ 70 % ont été déplacées par la guerre, dans un territoire déjà surpeuplé et assiégé depuis sept mois.

Tsahal a frappé un lance-roquette du Hezbollah

De la fumée s'élèvant après que des roquettes lancées depuis le sud du Liban ont atterri sur le plateau du Golan, dans le cadre des attaques transfrontalières menées par le groupe terroriste du Hezbollah, le 16 mai 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
De la fumée s'élèvant après que des roquettes lancées depuis le sud du Liban ont atterri sur le plateau du Golan, dans le cadre des attaques transfrontalières menées par le groupe terroriste du Hezbollah, le 16 mai 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Des avions de combat israéliens ont récemment frappé une position de lancement de roquettes du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban, qui a été utilisée pour tirer quelques-uns des 40 projectiles qui ont été tirés sur le plateau du Golan ce matin.

L’armée israélienne affirme qu’il n’y a pas eu de blessés dans ce barrage de roquettes qui, selon le Hezbollah, visait trois bases militaires.

Certaines des 40 roquettes ont été interceptées par le système du Dôme de fer, selon Tsahal.

Par ailleurs, un bâtiment où des terroristes du Hezbollah étaient regroupés à Ayta ash-Shab, dans le sud du Liban, et un autre à Halta, ont été frappés, indique l’armée.

Tsahal indique également que les sirènes répétées qui ont retenti dans la localité frontalière de Zarit, au nord du pays, ont été déclenchées par cinq projectiles lancés depuis le Liban. L’attaque n’a fait aucun blessé, selon l’armée.

Tsahal : 40 roquettes lancées depuis le Liban ; Israël riposte par des frappes

Une quarantaine de roquettes ont été lancées depuis le Liban en deux barrages sur le plateau du Golan il y a peu de temps, selon l’armée israélienne.

Dans le même temps, les médias libanais font état de frappes aériennes israéliennes dans la région d’Ayta ash-Shabab, dans le sud du Liban.

Ces derniers échanges de tirs font suite à des frappes de Tsahal sur des cibles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah au fin fond du Liban, après que le groupe terroriste a tiré un drone explosif sur une installation militaire sensible dans le nord d’Israël, et après qu’un haut commandant du Hezbollah a été tué lors d’une frappe de drone.

Washington : le navire de guerre Mason a intercepté un missile des Houthis, Destiny n’a pas été touché

Le destroyer de la marine américaine USS Mason a intercepté un missile anti-navire des Houthis en mer Rouge lundi, indique le Commandement central des États-Unis (CENTCOM) dans un communiqué, après que les Houthis du Yémen ont déclaré mercredi qu’ils avaient pris le navire de guerre pour cible.

Les forces américaines ont également détruit deux drones.

Mercredi, les Houthis ont déclaré qu’ils avaient également pris pour cible un navire appelé Destiny en mer Rouge, dans le cadre d’une opération que le groupe soutenu par l’Iran affirme mener en solidarité avec les Palestiniens de Gaza.

Un responsable américain a déclaré à Reuters qu’il n’y avait aucune preuve d’une attaque contre le Destiny ces derniers jours. « Nos rapports indiquent que le navire et l’équipage sont en sécurité, sans aucun problème. »

Haniyeh : « Nous disons que le Hamas est là pour durer »

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh a déclaré mercredi que le mouvement islamiste déciderait avec d’autres factions palestiniennes de la gouvernance à Gaza après la guerre avec israël.

« Nous disons que le Hamas est là pour durer (…) et ce sera au mouvement et à toutes les factions nationales (palestiniennes) de décider de la gouvernance après-guerre à Gaza », a déclaré Haniyeh dans un discours télévisé.

Il a également déclaré que l’issue des pourparlers sur un cessez-le-feu était incertaine car Israël « insiste pour occuper le point de passage de Rafah et amplifier son agression [riposte] » dans le territoire palestinien depuis l’attaque barbare menée par le Hamas et des civils complices le 7 octobre.

Cisjordanie : Un Israélien poignardé à Yitzhar, dans une attaque présumée terroriste

Un Israélien a été poignardé près de l’implantation d’Yitzhar en Cisjordanie, selon l’armée israélienne et les secouristes.

Son état n’est pas encore connu.

Les autorités soupçonnent une attaque terroriste.

Pretoria va demander à la CIJ d’enjoindre Israël de cesser son incursion à Rafah

L’Afrique du Sud doit demander jeudi à la plus haute juridiction de l’ONU d’enjoindre Israël de cesser son incursion à Rafah, une opération qu’elle a qualifiée de « génocidaire » menaçant la « survie même des Palestiniens » en tant que groupe. Israël, qui récuse les accusations sud-africaines, y répondra vendredi.

Dans un arrêt en janvier, la Cour internationale de Justice (CIJ) avait ordonné à Israël de faire tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir tout acte de génocide et permettre l’accès de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza. Mais la cour n’était pas allée jusqu’à ordonner un cessez-le-feu.

A LIRE : Dans le dossier pour génocide contre Israël à la CPI, la « plausibilité » n’était pas ce qu’elle semblait être

Réunion de la Ligue arabe à Manama

Les dirigeants de la Ligue arabe se retrouvent jeudi à Manama, à Bahreïn, pour un sommet dominé par la guerre à Gaza.

Ils s’étaient déjà réunis en novembre en Arabie saoudite et avaient condamné l’offensive d’Israël, tout en s’abstenant d’énoncer contre lui des mesures économiques et politiques punitives.

5 soldats ont été tués hier et 7 autres blessés, dont 3 grièvement

Soldats tués dans le nord de Gaza le 15 mai 2024. Rangée du haut, de gauche à droite : Sgt. Ilan Cohen, Sgt Daniel Chemu, Sgt Betzlel David Shashuah ; Rangée du bas, de gauche à droite : le Sgt Gilad Arye Boim et le Cpt. Roy Beit Yaakov. (Crédit : armée israélienne)
Soldats tués dans le nord de Gaza le 15 mai 2024. Rangée du haut, de gauche à droite : Sgt. Ilan Cohen, Sgt Daniel Chemu, Sgt Betzlel David Shashuah ; Rangée du bas, de gauche à droite : le Sgt Gilad Arye Boim et le Cpt. Roy Beit Yaakov. (Crédit : armée israélienne)

Cinq soldats israéliens ont été tués hier et sept autres blessés, dont trois grièvement, après une erreur d’identification à Jabaliya, dans le nord de Gaza, a annoncé l’armée.

Il s’agit de :

Le capitaine Roy Beit Yaakov, 22 ans, originaire d’Eli
Le sergent Gilad Arye Boim, 22 ans, originaire de Karnei Shomron
Le sergent Daniel Chemu, 20 ans, originaire de Tibériade
Le sergent Ilan Cohen, 20 ans, originaire de Karmiel
Le sergent Betzlel David Shashuah, 21 ans, originaire de Tel Aviv

Les soldats servaient tous dans le 202e bataillon de la brigade parachutiste.

Selon une première enquête de Tsahal, un char opérant aux côtés des parachutistes dans le camp de Jabaliya a tiré deux obus sur un bâtiment où ils étaient rassemblés vers 19 heures.

Les forces blindées étaient arrivées sur place dans la matinée et quelques heures plus tard, les parachutistes avaient atteint la zone et établi un poste dans le bâtiment. Plus tard dans la soirée, un autre groupe de parachutistes avait atteint la zone et avait informé deux des chars qu’ils entraient dans le bâtiment.

Les forces blindées ont ensuite identifié un canon de fusil sur l’une des fenêtres du bâtiment et ont cru qu’il s’agissait des forces ennemies, ce qui les a amenées à tirer deux obus.

L’incident fait l’objet d’une enquête plus approfondie.

De nouvelles alertes à la roquette et à l’invasion aérienne retentissent au mont Meron, au nord du pays

De nouvelles sirènes signalant des attaques potentielles à la roquette et des invasions aériennes hostiles en provenance du Liban retentissent dans les communautés du nord d’Israël, alors que les tensions avec le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah s’exacerbent.

Les alertes retentissent dans la région du mont Meron, en Galilée.

Il n’y a pas d’autres détails dans l’immédiat.

5 soldats percutés par une voiture à Haïfa, probablement un accident selon la police

Cinq soldats de l’armée israélienne ont été blessés après avoir été percutés par une voiture à Haïfa, dans ce qui, selon la police, est probablement un accident de la circulation et non une attaque intentionnelle.

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) indique que les cinq jeunes hommes ont été évacués au centre hospitalier Rambam de la ville.

L’un d’entre eux est modérément blessé à la tête et aux membres, tandis que les quatre autres sont légèrement blessés.

La police déclare avoir « localisé » le conducteur qui les a percutés et a ouvert une enquête, soulignant qu’il s’agit vraisemblablement d’un accident.

Israël se prépare à étendre son incursion : Tsahal envoie une brigade de plus à Rafah

La Brigade Commando de l’armée israélienne a été déployée à Rafah, au sud de Gaza, cette nuit, rejoignant la 162ème Division qui opère dans la partie est de la ville depuis le début du mois.

Ce déploiement survient alors que le gouvernement israélien devrait approuver l’élargissement de l’incursion dans cette zone.

Tsahal : Un drone du Hezbollah a frappé un site militaire sensible ; les dégâts en cours d’évaluation

L’armée israélienne confirme qu’un drone du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah chargé d’explosifs et lancé depuis le Liban a touché une installation militaire sensible près de la jonction Golani en Basse Galilée la nuit dernière.

Deux drones ont été lancés dans l’attaque, dont l’un a été abattu par les défenses aériennes.

Le second drone explosif a frappé le site, et les dégâts sont actuellement évalués par Tsahal.

En réponse, l’armée de l’air israélienne a mené des frappes cette nuit à Baalbek, dans le nord-est du Liban.

Les frappes ont visé une usine d’armement du Hezbollah, utilisée pour fabriquer des munitions guidées et des drones, selon les évaluations militaires.

Des alertes à l’invasion d’engins volants hostiles retentissent en Haute Galilée

Des alertes à l’invasion d’engins volants hostiles ont retenti à Kiryat Shmona et dans d’autres villes de Haute Galilée.

Ces alertes surviennent alors qu’Israël et le Hezbollah échangent de plus en plus de tirs, notamment la nuit, suite à l’assassinat d’un commandant du groupe terroriste chiite libanais en début de semaine.

Le Commandement du Front intérieur de l’armée israélienne indique après quelques minutes que « l’incident est clos », sans fournir plus de détails.

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent à Metula, à la frontière avec le Liban

Les sirènes de roquettes en approche retentissent dans la ville de Metula, à proximité de la frontière avec le Liban, et toute personne qui s’y trouve est priée de se mettre immédiatement à l’abri.

L’armée américaine dit avoir détruit 4 drones houthis au Yémen

L’armée américaine affirme avoir détruit quatre « systèmes aériens sans équipage » dans une zone du Yémen contrôlée par les Houthis soutenus par l’Iran.

Le Commandement central des États-Unis (CENTCOM) a déclaré sur X que les systèmes représentaient une menace imminente pour les forces américaines et de la coalition ainsi que pour les navires marchands dans la région.

Frappes israéliennes à Baalbek, quelques heures après l’attaque d’un drone du Hezbollah- médias libanais 

Les médias libanais font état de frappes aériennes israéliennes à Baalbek, dans le nord-est du Liban, un bastion du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah situé à une centaine de kilomètres de la frontière.

Les médias décrivent la frappe israélienne comme la plus importante dans la région de Baalbek depuis le début de la guerre. Ils indiquent également que plusieurs cibles ont été touchées dans les zones de Nabi Chit et de Brital.

Ces frappes surviennent après que le groupe terroriste a lancé un drone chargé d’explosifs, frappant une zone située dans le nord d’Israël, ce qui constitue l’attaque la plus profonde menée dans le cadre de la guerre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.