Rechercher

5 universités israéliennes figurent parmi les 50 premiers formateurs d’entrepreneurs

L'université de Tel Aviv dans le top 10 pour la 5e année consécutive ; l'université Reichman rejoint pour la 1e fois le Technion, l'université hébraïque et l'université Ben-Gurion

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Une vue aérienne de l'Université de Tel Aviv. (Crédit : Université de Tel Aviv)
Une vue aérienne de l'Université de Tel Aviv. (Crédit : Université de Tel Aviv)

Cinq universités israéliennes figurent dans la première moitié du classement 2022 de PitchBook des 100 programmes de premier cycle qui produisent le plus d’entrepreneurs financés par le capital-risque, dont l’université de Tel Aviv, qui s’est classée dans le top 10 pour la cinquième année consécutive.

L’étude PitchBook 2022 a classé les programmes dans des catégories telles que les 100 meilleurs programmes de premier cycle, les 100 meilleurs programmes de deuxième cycle, les 50 meilleurs programmes de premier cycle pour les femmes fondatrices et les 50 meilleurs programmes de deuxième cycle pour les femmes fondatrices. L’étude 2022 a été publiée lundi.

PitchBook Data est une société qui fournit des données et des recherches sur les fusions et acquisitions, le capital-risque et les fonds de capital-investissement.

Dans le classement des programmes de premier cycle, l’université de Tel Aviv est arrivée à la 7e place, en hausse d’une place par rapport aux quatre années précédentes où elle était 8e ; le Technion-Israel Institute of Technology a chuté à la 15e place, en baisse de trois places par rapport à la 12e place qu’il occupait les deux années précédentes ; l’Université hébraïque de Jérusalem a conservé sa place à la 31e place pour la deuxième année consécutive. 31 pour la deuxième année consécutive ; l’université Reichman (anciennement IDC) fait son entrée dans cette liste, se classant à la 38e place, et l’université Ben-Gurion du Néguev régresse à la 45e place, en recul d’une place par rapport à 2021.

L’université de Stanford, l’université de Californie à Berkeley et l’université de Harvard occupent respectivement la première, la deuxième et la troisième place, tandis que le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et l’université de Pennsylvanie complètent le top 5 – tous conservent leur rang respectif par rapport à 2021.

La majorité (43) des universités figurant dans le classement des 50 premières sont nord-américaines, y compris une poignée d’universités canadiennes comme McGill et l’Université de Toronto. L’Université d’Oxford, qui occupe la 47e place sur le continent européen, et l’université Tsinghua de Pékin, qui occupe la 36e place, ainsi que les cinq universités israéliennes, constituent deux exceptions.

Les étudiants du Technion se détendent sur la pelouse lors d’une journée ensoleillée sur le campus de Haïfa, le 19 décembre 2019.(Crédit : Shoshanna Solomon/The Times of Israel)

Pour établir ce classement, PitchBook a suivi les fondateurs d’entreprises qui ont reçu un premier tour de financement à risque entre le 1er janvier 2012 et le 21 octobre 2022, et a traité les données relatives à la scolarité de plus de 140 000 fondateurs. Tous les classements sont basés sur les données de cette période uniquement, a déclaré PitchBook dans un communiqué. Les études précédentes portaient sur des données commençant en 2006.

Cette année, PitchBook a également inclus les titulaires d’un diplôme de troisième cycle dans son classement des diplômés, alors qu’auparavant cette étude ne portait que sur les fondateurs titulaires d’un MBA. La société a également déclaré qu’elle avait élargi ses listes en y incluant davantage d’écoles et qu’elle avait amélioré la précision de ses données en étiquetant les fondateurs ayant fréquenté des universités publiques américaines en fonction de leurs campus spécifiques plutôt que du système universitaire dans son ensemble.

Selon les données de Pitchbook, les programmes de premier cycle de l’université de Tel Aviv ont permis de créer 814 diplômés-fondateurs qui ont créé 677 entreprises et levé un total de 26,5 milliards de dollars entre le 1er janvier 2012 et le 21 octobre 2022. Il s’agit notamment d’entreprises comme la société de technologie de vente au détail Trax, qui a levé plus d’un milliard de dollars de financement jusqu’à présent, et Fireblocks, une entreprise de fintech blockchain qui a levé un montant similaire depuis sa création en 2018.

Les programmes de premier cycle du Technion ont formé 576 fondateurs avec 493 entreprises, dont la société de paie Deel, et la startup d’IA Gong. Les fondateurs qui ont étudié au Technion ont ensuite levé 17,7 milliards de dollars dans la période spécifiée, selon PitchBook.

Étudiants sur le campus du Mont Scopus de l’Université hébraïque, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/FLASH90)

Les programmes de l’Université hébraïque de Jérusalem ont formé 412 fondateurs, qui ont créé 361 entreprises (dont les licornes de cybersécurité Wiz et Cybereason) et levé un total de 12,4 milliards de dollars.

L’université Reichman, qui a fait ses débuts dans la liste cette année à la 38e place, a vu 350 de ses étudiants fonder 293 entreprises qui ont levé 8,7 milliards de dollars. Parmi les entreprises fondées par des diplômés de l’université Reichman figurent Verbit, une société de transcription de l’IA, et Honeybook, une société de gestion des clients.

En dernière place des universités israéliennes figurant dans le top 50, on trouve l’université Ben-Gurion qui, selon les données, a formé 292 fondateurs qui ont créé 259 entreprises (par exemple, l’entreprise de technologie logistique Fabric, l’entreprise de technologie RH Hibob et l’entreprise de semi-conducteurs Vayyar) et levé 8,5 milliards de dollars.

L’université Bar-Ilan figure également sur la liste des programmes de premier cycle, à la 71e place sur 100, avec 203 entrepreneurs qui ont fondé 188 entreprises.

Parmi les 100 programmes d’études supérieures qui ont produit le plus d’entrepreneurs, l’université de Stanford est arrivée en tête, suivie de Harvard et du MIT.

L’université de Tel Aviv et ses programmes d’études supérieures arrivent en 14e position sur cette liste, l’Université hébraïque en 32e position et le Technion en 36e position parmi les 50 premiers. L’université Bar Ilan se classe 72e et l’université Ben-Gurion 78e. L’Institut Weizmann des sciences se classe 97e pour les programmes d’études supérieures.

Dans le classement des 50 meilleurs programmes de premier cycle pour les femmes fondatrices, l’université de Tel Aviv s’est classée 20e et l’université hébraïque 45e. Parmi les entreprises israéliennes fondées ou cofondées par des femmes entrepreneurs ayant étudié à l’université de Tel Aviv figurent Honeybook, une société de logiciels de gestion d’entreprise, et Team8, une entreprise de cybersécurité. Parmi les entreprises ayant obtenu un diplôme de l’université hébraïque figurent Coursera, un fournisseur de cours en ligne, et At-Bay, une société de cyberassurance.

Dans le classement des 50 meilleurs programmes d’études supérieures pour les femmes fondatrices, l’université de Tel Aviv se classe en tête des universités israéliennes, à la 23e place, suivie de l’université hébraïque à la 29e place, du Technion à la 44e place et de l’institut Weizmann à la 50e place, à égalité avec l’université de Purdue, l’institut de technologie de Californie, l’University College London et l’université du Maryland.

Stanford, Harvard et le MIT sont arrivés respectivement en première, deuxième et troisième position.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...