Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

53 suspects dans les émeutes de migrants à Tel Aviv en détention administrative

Ben Gvir pousserait les autorités à faire avancer la procédure, alors que l'État ne serait pas intéressé par des poursuites qui pourraient empêcher les suspects de quitter Israël

File : Un demandeur d'asile érythréen détenu par la police au milieu des affrontements entre les manifestants contre le régime d'Asmara et les activistes pro-régime dans le sud de Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
File : Un demandeur d'asile érythréen détenu par la police au milieu des affrontements entre les manifestants contre le régime d'Asmara et les activistes pro-régime dans le sud de Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plus de 50 demandeurs d’asile érythréens soupçonnés d’avoir participé à de violents affrontements à Tel-Aviv au cours du week-end ont été placés en détention administrative lundi et mardi, apparemment sur ordre du ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir.

L’Autorité de la population, de l’immigration et des frontières (PIBA) a interrogé 53 suspects et les a ensuite transférés à la prison de Givon à Ramle, où ils seront détenus pendant au moins quatre jours.

Samedi, au moins 170 personnes ont été blessées, dont des policiers, lors d’affrontements qui ont duré plusieurs heures dans le sud de Tel-Aviv entre des partisans de l’immigration et des opposants au gouvernement érythréen. La police a répondu aux émeutes par des tirs à balles réelles, ce qui a fait des dizaines de blessés qui ont dû être hospitalisés. Plusieurs policiers ont également été hospitalisés pour des blessures subies lors de l’incident.

Le quotidien Haaretz a indiqué que 14 des personnes détenues étaient des partisans du régime érythréen, 20 y étaient opposés et les autres n’étaient pas affiliés.

Les suspects comparaîtront devant un tribunal pour décider de la prolongation de leur garde à vue.

Outre le recours à la détention administrative, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche que le gouvernement chercherait à expulser les personnes impliquées dans les émeutes.

Les émeutes de samedi ont éclaté lors d’une manifestation contre un événement officiel du gouvernement érythréen marquant le 30e anniversaire de l’accession au pouvoir du président autocratique Isaias Afwerki. Les opposants au régime, vêtus de bleu, sont arrivés sur les lieux pour manifester contre les partisans, qui portaient du rouge. Les rassemblements ont rapidement dégénéré en violences qui ont duré plusieurs heures.

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir visite le sud de Tel Aviv, le 3 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Selon le site d’information Ynet, les forces de l’ordre hésitaient à poursuivre les auditions des suspects jusqu’à hier soir, lorsque Ben Gvir a appelé les responsables de la PIBA pour accélérer la procédure judiciaire et les placer en détention administrative.

Un responsable anonyme des forces de l’ordre a déclaré à Haaretz que l’État ne souhaitait pas engager de poursuites pénales contre les migrants impliqués dans les émeutes, car cela nuirait à leurs chances d’être acceptés dans un pays tiers et de partir volontairement.

« Je suis conscient des tentatives des avocats de la défense pour obtenir la libération des infiltrés qui ont apporté la guerre dans les rues de Tel-Aviv », a déclaré Ben Gvir dans un communiqué. « Mais les avocats du ministère public n’ont pas été créés pour cela, et certainement pas lorsque l’argent provient du contribuable israélien. »

« Je suis heureux que nous ayons réussi à placer la plupart des personnes arrêtées en détention administrative, et j’espère qu’au tribunal, où une audience doit avoir lieu, ils prendront également en compte les résidents de Tel Aviv et les citoyens israéliens, qui méritent de vivre en paix dans leurs quartiers », a-t-il ajouté.

Parallèlement, la police a arrêté huit autres migrants érythréens dans le sud de Tel-Aviv à la suite d’une autre bagarre de rue survenue lundi soir.

Les migrants et les demandeurs d’asile ont été accueillis avec antipathie par les gouvernements israéliens successifs et sont confrontés à un avenir incertain, car l’État n’a accordé le statut de réfugié que dans un nombre infime de cas et a déployé des efforts constants pour leur rendre la vie difficile ou pour les expulser purement et simplement.

La question est souvent citée par les partisans de la réforme judiciaire du gouvernement comme un exemple d’excès de pouvoir des tribunaux au mépris de la volonté publique, tandis que les opposants à la réforme citent les mêmes décisions comme prouvant le rôle clé de la Cour dans la protection des droits de l’homme.

Par le passé, la Cour a bloqué l’emprisonnement des migrants pour des périodes prolongées sans procès et a également annulé une mesure visant à les obliger à déposer 20 % de leur salaire dans un fonds, l’argent n’étant libéré qu’au moment de leur départ du pays.

Quelque 30 000 migrants, originaires pour la plupart du Soudan et de l’Érythrée, se trouveraient dans le pays, nombre d’entre eux affirmant être des réfugiés de la guerre et de l’oppression. La plupart des migrants africains sont arrivés en Israël par l’Égypte entre 2007 et 2012, avant qu’Israël ne construise une barrière le long de la frontière désertique. Peu de migrants sont arrivés depuis.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.