Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

7 Israéliens arrêtés à Ouman pour un accident de voiture mortel et détention de drogue

Quatre d'entre eux ont été arrêtés près de la frontière moldave et trois autres interrogés par la police après un accident de voiture qui a tué une Ukrainienne

Des Juifs hassidiques dans la rue d'Ouman, avant la fête de Rosh Hashanah, le nouvel an juif, le 14 septembre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Des Juifs hassidiques dans la rue d'Ouman, avant la fête de Rosh Hashanah, le nouvel an juif, le 14 septembre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Selon des informations parues dans les médias israéliens, sept Israéliens auraient été arrêtés en Ukraine dans la journée de jeudi, quatre pour détention de drogue et trois pour un accident de voiture mortel.

Selon Ynet, c’est non loin de Vinnytsia, dans l’ouest de l’Ukraine, près de la frontière moldave, que la police ukrainienne a interpellé et interrogé les quatre ressortissants israéliens soupçonnés de possession de drogue. Dans le même secteur, un véhicule avec à son bord trois Israéliens a été impliqué dans un accident qui a tué une Ukrainienne. Les trois hommes ont été pris en charge par la police, dans l’attente de l’enquête sur les circonstances exactes de l’accident.

La Douzième chaine a fait savoir que l’une des quatre personnes arrêtées pour possession de drogue voyageait avec son fils âgé de huit ans, placé en garde à vue avec son père.

Les charges précises retenues n’ont pas été précisées. Le cannabis est toujours illégal en Ukraine, sauf à certaines fins médicales. En Israël, la possession de petites quantités de cannabis a été dépénalisée et la consommation de cannabis à des fins médicales y est légale depuis une trentaine d’années.

Toujours selon les mêmes sources, le consul israélien d’Ouman et le ministère israélien des Affaires étrangères sont informés des arrestations et font le nécessaire.

Les sept Israéliens arrêtés jeudi se trouvent en Ukraine pour le pèlerinage juif d’Ouman qui, chaque année, attire des milliers de Juifs – essentiellement ultra-orthodoxes – pour Rosh HaShana, dans cette ville ukrainienne, berceau du mouvement hassidique.

Leur sécurité a été renforcée en raison de la guerre menée depuis 19 mois par la Russie contre l’Ukraine. Kiev a conseillé à plusieurs reprises aux pèlerins de ne pas faire le déplacement cette année en raison de la guerre, la ville elle-même ayant déjà été la cible de frappes aériennes russes particulièrement meurtrières.

Ouman est un lieu de pèlerinage depuis 200 ans environ. C’est le lieu de naissance du rabbin Nahman de Breslov, l’un des fondateurs du mouvement hassidique juif.

Jeudi soir, à la veille de Rosh HaShana, plus de 36 000 pèlerins hassidiques sont passés par les points de passage menant à la ville, a rapporté Ynet.

Plus tôt dans la journée, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est entretenu avec des dizaines de rabbins Habad d’Ukraine, à quelques heures de Rosh HaShana. Il aurait déclaré espérer un soutien plus fort d’Israël, ne serait-ce que pour faciliter l’accueil des milliers de pèlerins d’Ouman.

« Il a dit avoir informé Netanyahu du manque d’abris anti-aériens et que si Israël aidait l’Ukraine, il n’y en aurait tout simplement pas besoin », a déclaré au Times of Israel l’un des rabbins présents à la réunion.

« Je vais tenter de prendre soin des Israéliens en route pour Ouman », aurait dit Zelensky selon la Douzième chaine israélienne, qui cite le témoignage de deux personnes présentes. « Mais si Israël acceptait d’envoyer le Dôme de fer, on pourrait protéger ces Israéliens. La responsabilité de les protéger incombe également au gouvernement israélien, mais il ne le fait pas. »

Le site d’information Ynet a également rapporté les propos, sans citer de sources.

Zelensky, qui est lui-même juif, a remis des décorations à 15 soldats juifs lors de l’événement, organisé par la Fédération des communautés juives d’Ukraine et son chef, le rabbin Meir Stambler.

Israël travaille avec l’Ukraine au déploiement d’un système d’alerte aérienne civil pour prévenir les populations d’attaques imminentes, mais sans la composante qui permet d’intercepter et de détruire les roquettes.

Le système devrait être déployé dans un premier temps sur Kiev, avant d’être adopté par d’autres villes.

L’Iran fournit à son allié russe des drones d’attaque que l’Ukraine aimerait pouvoir abattre avec le Dôme de fer.

L’Ukraine souhaite disposer de capacités d’interception de missiles, mais Israël les lui a jusqu’à présent refusées, de manière à ne pas trop contrarier la Russie. Cette réserve serait liée au besoin stratégique d’Israël de maintenir sa liberté de mouvement en Syrie, dont les forces russes contrôlent l’espace aérien.

Israël est l’un des rares pays à entretenir en même temps des relations plutôt bonnes avec l’Ukraine, démocratie occidentale, et la Russie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.