A Châtillon, l’UEJF et SOS Racisme perturbent un spectacle de Dieudonné
Rechercher

A Châtillon, l’UEJF et SOS Racisme perturbent un spectacle de Dieudonné

"Vous trouvez drôle d’aller voir un négationniste qui rit de la Shoah ?", lancent-ils aux spectateurs devant "L’ampoule", le 30 janvier - jour où Hitler accède au pouvoir en 1933

Dieudonné à l'Ampoule (Crédit : Facebook)
Dieudonné à l'Ampoule (Crédit : Facebook)

Une trentaine de membres de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et de SOS Racisme ont tenté mercredi soir en banlieue parisienne de perturber un spectacle de Dieudonné, condamné à de multiples reprises pour incitation à la haine notamment, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Vous trouvez drôle d’aller voir un négationniste qui rit de la Shoah ? », lançaient les militants aux spectateurs à leur arrivée à « L’ampoule », une salle de Châtillon (Hauts-de-Seine), situé sur le Boulevard de la Liberté.

Dieudonné a, lors de ses dernières représentations, tenu des propos niant notamment la réalité de la Shoah.

Sous l’oeil d’une douzaine de policiers et dans le calme, les militants distribuaient des tracts sur lesquels étaient reproduites des photos de camps de la mort nazis et de victimes de la Shoah. Ils ne sont pas entrés dans la salle, mais ont apposé des autocollants sur sa façade sur lesquelles étaient reproduites les définitions des mots racisme et antisémitisme.

Interpellé par un militant sur le négationnisme propagé par Dieudonné, un spectateur qui s’apprêtait à entrer a jugé que « le négationnisme (était) un avis ». Un autre a lancé aux militants : « Je vous ai pas attendus pour découvrir la Shoah ».

A LIRE : Tous nos articles sur le devoir de mémoire, l’enseignement de la Shoah et le négationnisme

Avec des enceintes installées dans une camionnette garée devant la salle, les militants ont également diffusé avant le début du spectacle une bande sonore qui égrenait les noms d’enfants victimes de la Shoah.

A l’heure où le spectacle devait commencer, ils ont ensuite passé pendant une quinzaine de minutes plusieurs titres de hard-metal à plein volume pour tenter de couvrir Dieudonné depuis l’extérieur.

De gauche à droite : Dominique Sopo, Sacha Ghozlan, Mohamed Sifaoui et le sénateur David Assouline assistent à la commémoration annuelle des victimes de l’attentat jihadiste de 2015 au magasin Hyper Cacher à Paris le 9 janvier 2019. (Alain Azria)

« Dieudonné propage le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme », a déclaré à l’AFP Sacha Ghozlan, président de l’UEJF.

« Il nie l’existence des chambres à gaz et nourrit son public de rage et de colère », a-t-il dit, notant que le 30 janvier était le jour de l’accession d’Adolf Hitler au pouvoir en 1933 en Allemagne.

« Dieudonné joue sur la corde négationniste », a renchéri Dominique Sopo, président de SOS Racisme.

Depuis 2002, Dieudonné a fait l’objet de nombreuses procédures judiciaires. Il a notamment été condamné en mai 2016 à deux mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende pour « injure raciale et provocation à la haine » en raison de propos antisémites tenus dans son spectacle « La bête immonde ».

A l’automne dernier, les municipalités de Montreuil (Seine-Saint-Denis) et L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) avaient pris des arrêtés pour interdire à Dieudonné de se produire chez elles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...