Le roi jordanien devrait faire une rare visite à Ramallah lundi
Rechercher

Le roi jordanien devrait faire une rare visite à Ramallah lundi

La rencontre avec Abbas marque la première fois en cinq ans où Abdallah II rendra visite à l'Autorité palestinienne

Le roi Abdallah II de Jordanie, à droite, avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avant une réunion au Palais Royal d'Amman, le 12 novembre 2014. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)
Le roi Abdallah II de Jordanie, à droite, avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avant une réunion au Palais Royal d'Amman, le 12 novembre 2014. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)

Le roi de Jordanie, Abdallah II, prévoit d’effectuer une rare visite d’état à l’Autorité palestinienne la semaine prochaine, ont annoncé jeudi des sources d’Amman et de Ramallah.

Les responsables palestiniens, israéliens et jordaniens seraient en phase finale des pourparlers concernant la visite à Ramallah au cours de laquelle le roi devrait rencontrer le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à Ramallah, selon Ynet.

La réunion ne devrait durer seulement que quelques heures, selon le site.

Une source du bureau du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a confirmé que la visite aura lieu lundi.

Cela marquerait la première fois en cinq ans que le roi rendrait visite à l’Autorité palestinienne survient après trois semaines de tensions au sujet des mesures de sécurité du mont du Temple à Jérusalem et alors que les relations diplomatiques entre Israël et Amman se sont tendus.

Abdallah devra traverser la Cisjordanie contrôlée par Israël pour se rendre à Ramallah, et la visite doit être coordonnée avec Jérusalem.

Un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré qu’il ignorait tout de ce déplacement.

La Jordanie a joué un rôle clé dans les efforts visant à calmer les tensions après qu’Israël a installé de nouvelles mesures de sécurité au mont du Temple suite à l’attaque terroriste du 14 juillet où trois Israéliens arabes ont tué deux policiers utilisant des armes à feu qu’ils ont introduites clandestinement dans le site sacré. Ces nouvelles mesures israéliennes ont incité le Waqf islamique de Jérusalem, qui administre le site, à annoncer un boycott qui s’est transformé en affrontements hebdomadaires entre les Palestiniens et les forces israéliennes.

Mercredi, Abdallah a annoncé qu’il donnerait un million de dinars jordaniens (1,2 million d’euros) au Waqf, qui est financé par Amman.

Abdallah a également annoncé mercredi que la Jordanie continuait à faire pression pour que l’agent de sécurité de l’ambassade d’Israël en Jordanie qui a tué deux Jordaniens au cours des tensions du mois dernier soit poursuivi.

Israël a affirmé que l’agent de sécurité avait été agressé par l’un des Jordaniens lors d’une attaque, qui aurait des motifs nationalistes.

Après que Netanyahu a chaleureusement accueilli l’agent de sécurité à son retour en Israël, Abdallah a annoncé qu’il y aurait des conséquences diplomatiques.

La Jordanie, qui se considère comme le gardien des sites sacrés de Jérusalem, a été considérée comme ayant joué un rôle clé pour calmer des tensions, en rendant l’agent de sécurité en Israël au même moment où Israël a enlevé les détecteurs de métaux. Israël est ensuite revenu sur les autres mesures de sécurité, après près de deux semaines de manifestations violentes à Jérusalem et en Cisjordanie.

Samedi, Abbas, âgé de 82 ans, a été hospitalisé, souffrant de ce que les médecins et les responsables palestiniens ont présenté comme de l’épuisement.

Dimanche, Abdallah a téléphoné à Abbas pour lui souhaiter un prompt rétablissement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...