Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Abou Dhabi répète qu’il ne participera pas à l’administration civile de Gaza

Les EAU ne participeront pas à un plan "visant à couvrir la présence israélienne à Gaza", mais apporteront toutes les formes de soutien à un futur gouvernement palestinien

Le chef de l'opposition Benjamin Netanyahu rencontrant le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed, à Tel Aviv, le 16 septembre 2022. (Crédit : Benjamin Netanyahu/Twitter)
Le chef de l'opposition Benjamin Netanyahu rencontrant le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed, à Tel Aviv, le 16 septembre 2022. (Crédit : Benjamin Netanyahu/Twitter)

Le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed, a dénoncé vendredi une suggestion du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon laquelle Abou Dhabi pourrait aider les Palestiniens locaux à gérer la bande de Gaza après la guerre.

Bin Zayed a dénoncé sur X la proposition de Netanyahu selon laquelle son pays « participerait à l’administration civile de la bande de Gaza, qui est sous occupation israélienne ».

« Les Émirats arabes unis soulignent que le Premier ministre israélien n’a pas la capacité juridique de prendre cette mesure, et l’État refuse d’être impliqué dans tout plan visant à couvrir la présence israélienne dans la bande de Gaza », a ajouté Zayed.

« Les Émirats arabes unis affirment que lorsqu’un gouvernement palestinien sera formé, répondant aux espoirs et aux aspirations du peuple palestinien frère et jouissant de l’intégrité, de la compétence et de l’indépendance, l’État sera entièrement prêt à fournir toutes les formes de soutien à ce gouvernement », a déclaré Bin Zayed.

Jeudi, lors d’une interview avec Dr. Phil, on a demandé à Netanyahu qui il aimerait voir diriger Gaza après le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Nous devrons probablement avoir une sorte d’administration civile par les habitants de Gaza qui ne sont pas engagés dans notre destruction, éventuellement avec l’aide des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite et d’autres pays qui, je pense, veulent voir la stabilité et la paix », a répondu Netanyahu, ajoutant qu’Israël conserverait le droit d’entrer dans l’enclave si nécessaire pour déloger les éléments terroristes restants.

Des soldats israéliens, dans une zone de rassemblement près de la frontière entre Israël et Gaza, au sud d’Israël, le 9 mai 2024. (Crédit : Flash90)

Les dirigeants émiratis ont affirmé à maintes reprises qu’ils ne prendraient pas part à la gestion de Gaza après la guerre, en l’absence d’un engagement israélien à créer une voie vers une future solution à deux États – un cadre auquel s’opposent Netanyahu et son gouvernement.

Certains fonctionnaires ont laissé entendre qu’Abou Dhabi avait fait preuve de plus de souplesse en privé.

Le président des États-Unis Joe Biden a déclaré mercredi que cinq pays arabes « sont prêts à aider à la reconstruction de Gaza, prêts à aider à la transition vers une solution à deux États (…) pour maintenir la sécurité et la paix pendant qu’ils travaillent sur une Autorité palestinienne qui soit réelle et non corrompue ».

Biden a déclaré qu’il ne voulait pas nommer les cinq pays « parce que je ne veux pas les mettre en difficulté », mais il faisait probablement référence aux Émirats arabes unis, à l’Arabie saoudite, à la Jordanie, à l’Égypte et au Qatar.

Les ministres de l’Autorité palestinienne, des Émirats arabes unis, du Qatar, de l’Arabie saoudite, de la Jordanie et de l’Égypte tiennent une réunion sur la guerre de Gaza, à Ryad, le 8 février 2024. (Crédit : Agence de presse saoudienne)

Ces cinq pays ont créé un forum en coordination avec les États-Unis pour élaborer une vision de l’après-guerre à Gaza visant à mettre un terme au conflit israélo-palestinien.

Netanyahu et son gouvernement sont depuis longtemps critiqués pour leur refus d’élaborer un plan de gestion de la bande de Gaza après la guerre.

Netanyahu a rejeté les efforts visant à inclure l’Autorité palestinienne (AP) dans la planification de l’après-guerre, arguant que le contrepoids plus modéré du Hamas, qui soutient publiquement une solution à deux États, n’est pas différent du groupe terroriste qui dirige la bande de Gaza en ce sens qu’il refuse lui aussi d’accepter l’existence d’Israël et qu’il prône la haine de l’État juif.

Les Émirats arabes unis, un État du Golfe important et influent, sont l’une des rares nations arabes à avoir des liens diplomatiques officiels avec Israël, qu’ils ont maintenus tout au long de la guerre, même si les relations semblent s’être détériorées.

Des sources ont déclaré que les relations entre Abou Dhabi et Netanyahu s’étaient rompues au cours de l’opération militaire, les responsables émiratis ne lui parlant plus que rarement.

Les Émirats arabes unis ont fréquemment critiqué Israël au sujet de la guerre, bien qu’ils aient affirmé que les liens diplomatiques leur ont permis d’acheminer de l’aide dans la bande de Gaza au milieu de la crise humanitaire.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.