Israël en guerre - Jour 234

Rechercher
Les otages du 7 octobre

LIBÉRÉE : Ada Sagi, 75 ans, qui a appris l’arabe pour communiquer avec ses voisins

Fille de survivants de la Shoah et résidente du kibboutz Nir Oz

Noam Sagi a entendu sa mère, Ada Sagi, 75 ans, pour la dernière fois à 9h20 le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Noam Sagi a entendu sa mère, Ada Sagi, 75 ans, pour la dernière fois à 9h20 le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Ada Sagi a été libérée le 28 novembre dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu temporaire négocié par le Qatar et les États-Unis entre le Hamas et Israël. Voici l’histoire de sa capture :

Sa mère l’a appelé pour lui dire qu’elle avait entendu des voix parler en arabe à l’extérieur de sa maison dans le kibboutz Nir Oz et qu’elle allait se réfugier dans son mamad – la pièce sécurisée. « C’est à ce moment-là que j’ai perdu le contact », a déclaré Noam Sagi au Jewish Chronicle.

Noam Sagi, psychothérapeute vivant à Londres avec sa famille depuis 2002, a déclaré qu’il avait vu une vidéo en ligne d’un journaliste palestinien faisant un reportage depuis la pelouse de la maison de sa mère.

« J’ai vu des gens commencer à sortir de chez elle et mon cœur a sombré à ce moment-là », a-t-il déclaré au Jewish Chronicle.

Comme beaucoup d’autres personnes dont les membres de la famille sont portés disparus ou captifs à Gaza, Sagi a reconstitué ce qui était arrivé à sa mère à partir d’images mises en ligne par les terroristes palestiniens du Hamas.

Il a compris qu’après que le Hamas a envahi le kibboutz, une deuxième vague de terroristes est arrivée pour piller les propriétés et emmener des otages à Gaza. Il a expliqué au Jewish Chronicle qu’il avait vu des images mises en ligne par le groupe terroriste palestinien de ses amis et de sa famille.

Il y avait des taches de sang dans la maison de sa mère lorsque les forces de sécurité ont finalement pu l’atteindre, mais Ada n’est pas recensée comme morte ou blessée. Sagi est convaincu que sa mère est vivante et qu’elle est retenue en otage.

Il s’inquiète pour sa santé, car elle souffre d’asthme et d’autres allergies importantes et n’aurait pas d’EpiPen sur elle.

Ada se préparait à se rendre à Londres pour fêter son 75e anniversaire, après une année traumatisante marquée par la mort de son mari, décédé l’an dernier d’un cancer, et par une opération de remplacement de la hanche, selon un article de l’agence AP.

Elle est née à Tel Aviv en 1948, fille de survivants polonais de la Shoah. Mère de trois enfants, Ada a appris l’arabe pour se faire des amis parmi ses voisins et a ensuite enseigné cette langue à d’autres personnes afin d’améliorer la communication avec les Palestiniens qui vivent à la frontière sud-est de la bande de Gaza.

Noam espère que les compétences linguistiques de sa mère l’aideront à négocier avec les preneurs d’otages et demande l’aide de la communauté internationale.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.