Akko : une usine de fabrication de glaces mise en cause après une fuite chimique
Rechercher

Akko : une usine de fabrication de glaces mise en cause après une fuite chimique

Le ministère de l'Environnement a demandé une explication pour la panne d'un système de rafraîchissement, après une fuite d'ammoniaque qui a causé d'importantes perturbations

Les pompiers israéliens sur la scène d'une fuite d'ammoniaque à proximité d'un centre commercial d'Acre, le 27 juin 2019 (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)
Les pompiers israéliens sur la scène d'une fuite d'ammoniaque à proximité d'un centre commercial d'Acre, le 27 juin 2019 (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)

Le ministère de la Protection environnementale a interdit à une usine de fabrication de glaces d’utiliser un système de rafraîchissement à l’origine d’une fuite d’ammoniaque survenue en début de matinée.

Cet incident, qui a eu lieu à Akko, dans le nord du pays, a entraîné la fermeture des rues et d’un centre commercial ainsi que l’interruption du trafic ferroviaire.

« Suite à la fuite d’ammoniaque qui est survenue aujourd’hui, le ministère de la Protection environnementale a immédiatement interdit à l’usine de fabrication de glaces Unilever à Akko (la marque Strauss Ice Cream) de faire fonctionner le système de rafraîchissement à l’origine de cette fuite, un système qui utilise de l’ammoniaque à des fins de refroidissement », a fait savoir le ministère dans un communiqué.

« L’usine devra donner des explications au ministère sur les raisons pour lesquelles les mesures qui doivent être prises pour réduire les concentrations d’ammoniaque se sont révélées inopérantes et n’ont pas permis d’éviter l’incident », a ajouté le ministère.

Les autorités ont par ailleurs fait savoir que l’utilisation de ce système défaillant serait interdit jusqu’à une date indéterminée.

Les premiers secours sur les lieux d’une fuite d’ammoniaque, à proximité d’un centre commercial de la ville d’Acre, le 27 juin 2019 (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)

Un centre commercial a été évacué et les résidents de certains quartiers d’Akko ont reçu l’ordre de rester chez eux suite à la fuite qui s’est déclarée dans cette usine exploitée par le Strauss Group.

Certains périmètres de la ville ont été fermés par la police alors que les services de secours oeuvraient à contenir la fuite et à identifier son origine.

Trois personnes ont été prises en charge après s’être plaintes de brûlures aux yeux.

La circulation des trains a été interrompue entre Akko et la ville voisine de Nahariya.

En début d’après-midi, la police a expliqué dans un communiqué que toutes les restrictions sur les déplacements, dans le secteur, avaient été levées et que la fuite avait été localisée et contenue. Des mesures ont par ailleurs été prises pour neutraliser le produit chimique.

Dimanche, une fuite d’ammoniaque dans la zone industrielle Har Tuv, située près de la ville de Beit Shemesh, dans le centre du pays, avait entraîné l’évacuation de l’usine et la fermeture d’un carrefour voisin.

Le mois dernier, une fuite d’ammoniaque qui avait eu lieu dans la ville de Haïfa, à seulement 500 mètres d’une zone résidentielle, avait amené la maire Einat Kalisch-Rotem à annoncer la mise en oeuvre d’une politique de tolérance-zéro sur les accidents industriels.

Les sapeurs-pompiers sur les lieux d’une fuite d’ammoniaque à Acre, le 27 juin 2019 (Crédit :Meir Vaknin/Flash90)

L’année dernière, un tribunal avait imposé une amende de 500 000 shekels à l’usine Haifa Chemicals qui exploitait un réservoir d’ammoniaque sans autorisation et les magistrats avaient finalement émis un jugement ultime ordonnant son démantèlement.

Ce réservoir controversé avait été vidé en 2017 après un jugement émis par la haute cour, suite à une lutte de plusieurs années entre l’entreprise et les résidents locaux qui s’inquiétaient des risques environnementaux.

La décision des juges de faire fermer ce réservoir d’une capacité de 12 tonnes avait suivi une mise en garde des responsables locaux, qui avaient affirmé que des dizaines de milliers de personnes seraient en danger de mort s’il devait se casser, et qu’un plus grand nombre encore d’Israéliens seraient en péril si le bateau transportant, chaque mois, l’ammoniaque depuis l’étranger pour approvisionner le réservoir devait être frappé par un missile.

Le groupe du Hezbollah avait, dans le passé, menacé de prendre le réservoir pour cible de ses roquettes dans tout conflit futur avec Israël.

Dimanche, le contrôleur d’Etat Yosef Shapira avait averti que les services anti-incendies et de secours israéliens n’étaient pas préparés pour gérer une éventuelle fuite de substances dangereuses, susceptible de créer une réaction en chaîne auprès des usines voisines, à Haïfa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...