Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Allemagne : La mémoire des victimes LGBT honorée lors des commémorations

La cérémonie de vendredi au Parlement à Berlin, où la persécution des homosexuels a été mise en exergue, constitue "un symbole important de reconnaissance" de leur souffrance

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier (en bas à droite) avec son épouse Elke Buedenbender (en bas à gauche), Klaus Schirdewahn, représentant de la communauté queer (au centre), et le chancelier allemand Olaf Scholz (en haut au centre), à la cérémonie annuelle à la mémoire des victimes de l'Holocauste dans la salle plénière du Bundestag, la chambre basse du parlement allemand, à Berlin, le 27 janvier 2023, à l'occasion de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste. (Crédit : STEFANIE LOOS / AFP)
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier (en bas à droite) avec son épouse Elke Buedenbender (en bas à gauche), Klaus Schirdewahn, représentant de la communauté queer (au centre), et le chancelier allemand Olaf Scholz (en haut au centre), à la cérémonie annuelle à la mémoire des victimes de l'Holocauste dans la salle plénière du Bundestag, la chambre basse du parlement allemand, à Berlin, le 27 janvier 2023, à l'occasion de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste. (Crédit : STEFANIE LOOS / AFP)

L’Allemagne a salué vendredi la mémoire des victimes LGBTQ des persécutions du régime nazi, encore contraintes après la guerre à « se cacher et à se renier », à l’occasion des commémorations de l’Holocauste.

Pour les personnes emprisonnées en raison de leur orientation sexuelle, la libération du camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau il y a 78 ans « n’a pas mis fin à la persécution par l’État », a rappelé la présidente du Bundestag, Bärbel Bas, en ouvrant une cérémonie au Parlement allemand.

« Les derniers survivants de ce groupe de victimes sont morts avant qu’on les entende » a-t-elle déploré.

Depuis le 27 janvier 1996, les députés allemands organisent chaque année à la chambre basse du Parlement une cérémonie à l’occasion de la Journée internationale des victimes de l’Holocauste, traditionnellement centrée sur la mémoire des six millions de Juifs exterminés par le régime d’Adolf Hitler.

Pour la première fois, la mémoire des victimes LGBT du nazisme était au cœur des commémorations.

D’autres événements sont organisés un peu partout dans le pays. À Francfort, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde a dévoilé une plaque en hommage aux 10 000 Juifs envoyés vers les camps de concentration après avoir été rassemblés dans l’ancien marché de gros de la ville, sur lequel repose l’actuel bâtiment de l’institution.

Christine Lagarde, présidente de la BCE, place des pierres à côté d’une bougie lors d’une cérémonie de dévoilement d’une plaque en hommage à des victimes de la Shoah à Francfort-sur-le-Main, dans l’ouest de l’Allemagne, le 27 janvier 2023, à l’occasion de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste. (Crédit : Daniel ROLAND / AFP)

Vivre caché

Au Bundestag, Rozette Kats, une femme néerlandaise juive de 80 ans, survivante de la Shoah, a salué l’hommage des députés au sort longtemps resté « sous silence » de la communauté LGBTQ.

« J’ai aujourd’hui 80 ans et je n’ai pas oublié à quel point il est terrible de se renier et de se cacher », a-t-elle dit avec émotion.

Enfant, ses parents la confient à une famille adoptive qui la cache. Sa mère, son petit frère encore bébé et son père périssent à Auschwitz. Elle l’apprend seulement après la guerre et mettra des décennies avant de se confronter à un passé « dont elle ne veut rien savoir », raconte-t-elle.

Si les Juifs étaient la première cible de la Shoah, il s’agissait « d’une attaque contre l’humanité : contre les personnes LGBTQ, les Roms et les Sintis, les personnes souffrant de handicaps mentaux », souligne le directeur du mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, Dani Dayan.

Baerbel Bas, présidente du Bundestag, et Rozette Kats, survivante de la Shoah, à la cérémonie annuelle à la mémoire des victimes et des survivants de l’Holocauste, dans la salle plénière du Bundestag, la chambre basse du parlement allemand, à Berlin, le 27 janvier 2023, à l’occasion de la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste. (Crédit : STEFANIE LOOS / AFP)

Dans certaines villes allemandes, surtout à Berlin, la scène LGBT s’était épanouie pendant la République de Weimar dans les années 1920.

Le droit pénal interdisait bien depuis 1871 les rapports sexuels entre hommes, mais il avait été relativement peu appliqué.

Tout a changé à l’arrivée d’Hitler au pouvoir dans le sillage des élections de 1933.

Dès 1935, son régime durcit la loi, portant à dix ans de travaux forcés la peine encourue en cas de rapport sexuel entre hommes.

Quelque 57 000 hommes sont emprisonnés, et entre 6 000 et 10 000 sont envoyés dans des camps de concentration et contraints de porter des uniformes flanqués d’un insigne en forme de triangle rose désignant leur orientation sexuelle.

Entre 3 000 et 10 000 homosexuels périrent sous le nazisme, et beaucoup ont été castrés ou soumis à d’horribles expériences dites médicales, selon les estimations d’historiens.

Le mur du souvenir au camp de concentration de Natzweiler-Struthof avec la plaque à la mémoire de la déportation homosexuelle. (Crédit : Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons / CC BY-SA 3.0)

Une question de « dignité »

Des milliers de lesbiennes, personnes transgenres ou prostitués, considérés comme « dégénérés », ont également été emprisonnés dans des camps. 

Des acteurs ont lu vendredi l’histoire, parfois fragmentaire, de victimes, comme celle de Mary Pünjer, déclarée « asociale » et gazée par les nazis en 1942 à Ravensbrück.

Ou encore celle de Karl Gorath, survivant d’Auschwitz mais qui fut de nouveau condamné pour homosexualité après 1945, par le même juge que sous le nazisme.

« Cela a duré trop longtemps » avant que « la dignité » des homosexuels, lesbiennes et personnes transgenres « soit prise en compte », a regretté Klaus Schirdewahn, 75 ans, condamné lui en 1964 en raison de son orientation sexuelle. 

En Allemagne de l’Ouest, le paragraphe 175 du code pénal criminalisant l’homosexualité sera rétabli dans sa version d’avant le nazisme en 1969, avant d’être entièrement aboli en 1994. Dans l’ex-RDA, il restera en vigueur jusqu’en 1968.

La réhabilitation des condamnés de la période nazie sera ensuite votée en 2002, dans l’Allemagne réunifiée.

Mais il faudra attendre mars 2017 pour que le gouvernement réhabilite aussi les quelque 50 000 personnes poursuivies après 1945, et leur accorde des indemnisations. La plupart étaient entretemps décédées.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.