Rechercher

Amir Yaron laisse entendre que la hausse des taux se poursuivra après novembre

Le gouverneur de la banque centrale d'Israël estime que les coûts d'emprunt doivent être plus élevés que prévu pour maîtriser l'inflation

Le gouverneur de la Banque d'Israël Amir Yaron s'exprime lors d'une conférence de presse à la Banque d'Israël à Jérusalem, le 7 janvier 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le gouverneur de la Banque d'Israël Amir Yaron s'exprime lors d'une conférence de presse à la Banque d'Israël à Jérusalem, le 7 janvier 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Deux jours après que la Banque d’Israël a relevé le taux d’intérêt de référence pour la sixième fois cette année, le gouverneur Amir Yaron a indiqué mercredi que le resserrement monétaire de la banque centrale n’est pas terminé, alors que l’on s’attend à ce que l’inflation se poursuive dans les mois à venir.

La commission monétaire de la banque centrale, dirigée par Yaron, a décidé lundi de relever le taux directeur de 50 points de base, de 2,75 % à 3,25 %, afin de maîtriser l’accélération de l’inflation. Avant la décision, les économistes étaient partagés entre les attentes d’une hausse de 50 points de base et de 75 points de base. Début octobre, le taux directeur avait été relevé de 75 points de base pour la deuxième réunion consécutive.

S’exprimant lors de la conférence annuelle du département des salaires du ministère des Finances, Yaron a déclaré que la hausse du taux marquait « une autre augmentation significative » et a laissé entendre qu’il était nécessaire d’augmenter les coûts d’emprunt pour maîtriser l’inflation.

« Il y a une forte probabilité que ce ne soit pas non plus la fin du processus », a déclaré Yaron. « Il n’est pas improbable qu’au premier semestre 2023, nous atteignions un environnement de taux d’intérêt supérieur aux 3,5 % prévus par notre division de recherche. »

Depuis que la Banque d’Israël a commencé à relever le taux de référence à partir d’un niveau historiquement bas de 0,1 % en avril, elle a accéléré le rythme des hausses au cours des derniers mois afin de ramener l’inflation dans la fourchette cible annuelle de 1 % à 3 % fixée par le gouvernement.

Yaron a souligné que la croissance des prix au cours des douze derniers mois a dépassé la limite supérieure de la fourchette cible et s’élève à 5,1 %, tout en étant nettement inférieure à celle de la plupart des pays développés.

« Il est important pour moi de souligner que nous, à la Banque d’Israël, sommes déterminés à ramener l’inflation vers sa cible, et c’est pourquoi nous avons accéléré le processus de relèvement des taux d’intérêt ces derniers mois », a déclaré Yaron. « Pour ce qui est de l’avenir, au cours des deux ou trois prochains mois, nous nous attendons à ce que les indices [des prix à la consommation] restent élevés, augmentant probablement plus que le chiffre actuel ».

« L’inflation est un processus, et il faut regarder l’ensemble du tableau, et non pas un mois ou un autre », a-t-il noté.

Rafi Gozlan, économiste en chef chez IBI Investment House, a noté que le mouvement plus modéré des taux d’intérêt de la Banque d’Israël lundi s’aligne sur une tendance des principales banques centrales du monde, menée par la Réserve fédérale américaine, à une modération du rythme des augmentations de taux dans un contexte d’anticipation d’un ralentissement de l’économie mondiale.

« Malgré la décision de ralentir le rythme des hausses de taux d’intérêt, l’environnement d’inflation élevée signifie une poursuite de la tendance à la hausse des taux d’intérêt dans les prochaines décisions également », écrit Gozlan dans une note de recherche.

Gozlan s’attend à ce que les coûts d’emprunt augmentent à 4 % au cours du premier semestre de 2023.

Selon les estimations de la Banque d’Israël et les prévisionnistes du marché des capitaux, l’inflation devrait commencer à baisser à la fin du premier trimestre 2023, puis revenir au milieu de la fourchette cible en été, a déclaré Yaron.

« L’économie a progressé au cours des derniers trimestres à des taux impressionnants et le marché du travail est toujours tendu », a remarqué Yaron. « À côté de cela, il y a aussi des défis ».

Selon les prévisions de la division de la recherche de la Banque d’Israël publiées en octobre, l’économie israélienne devrait connaître un taux de croissance de 6 % en 2022, et de 3 % l’année prochaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...