Amman et Le Caire craignent que le scrutin palestinien ne profite au Hamas
Rechercher
Analyse

Amman et Le Caire craignent que le scrutin palestinien ne profite au Hamas

Ni Le Caire ni Amman ne sont convaincus que les élections palestiniennes auront lieu. Mais avec la division du Fatah, une victoire du Hamas pourrait avoir des effets indésirables

Des gardes palestiniens du Hamas se tiennent près d'une tour de guet égyptienne à la frontière avec l'Égypte à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (AP/Hatem Moussa)
Des gardes palestiniens du Hamas se tiennent près d'une tour de guet égyptienne à la frontière avec l'Égypte à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (AP/Hatem Moussa)

Par une soirée pluvieuse de la mi-janvier, les chefs des services de renseignement jordaniens et égyptiens sont arrivés à Ramallah pour une réunion imprévue avec le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas.

Bien que de hauts responsables palestiniens aient par la suite insisté sur le fait que cette rencontre avait été programmée des mois à l’avance, le moment choisi était suspect. Deux jours plus tôt, le vendredi soir, le président vieillissant de l’AP avait publié un décret officiel ordonnant les premières élections nationales palestiniennes depuis plus de 15 ans.

Selon des informations publiées dans les médias israéliens et arabes, les deux chefs des services de renseignements sont repartis convaincus qu’après des années de promesses électorales peu convaincantes, Abbas était sérieux cette fois-ci : Les Palestiniens pourraient réellement connaître un vote national.

La Jordanie et l’Égypte ont toutes deux publié des déclarations de routine affirmant leur soutien aux élections palestiniennes et promettant d’offrir tout ce qui est nécessaire pour les aider à se dérouler. Toutes deux sont pleinement conscientes que la direction palestinienne a perdu depuis longtemps sa légitimité aux yeux de la population.

Mais les deux principaux partenaires des Palestiniens ont également de profondes réserves à l’égard d’une élection qui, selon eux, pourrait ramener le Hamas dans le système politique de l’Autorité palestinienne, indiquent des responsables. Les deux pays sont en désaccord avec le Hamas, une émanation des Frères musulmans qui s’oppose aux régimes du Caire et d’Amman, bien qu’ils aient appris à travailler avec le groupe terroriste lorsqu’ils le doivent.

Du point de vue de la Jordanie et de l’Égypte, une résurgence du Hamas pourrait non seulement compliquer les choses dans la politique intra-palestinienne, mais aussi constituer une menace pour leur propre sécurité. Cela pourrait également interférer avec la mission de rétablissement des relations gelées entre Ramallah et les États-Unis, à laquelle Amman et Le Caire ont tous deux intérêt.

« La Jordanie et l’Égypte considèrent le Hamas comme une organisation terroriste, [mais] ils voient [l’élection] comme une question de sécurité nationale qui dépasse le simple Hamas », a déclaré Ghaith al-Omari, ancien responsable de l’AP, chargé de recherche au Washington Institute for Near East Policy.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas rencontre les chefs des services de renseignement égyptiens et jordaniens, aidés par son propre chef des services de renseignement Majed Faraj, le 17 janvier 2021. (WAFA/Thair Ghanayem)

Les dirigeants palestiniens ont promis à plusieurs reprises d’organiser des élections depuis le dernier scrutin, en 2006, lorsque le Hamas a remporté une victoire écrasante au Parlement palestinien sur ses rivaux du Fatah, qui étaient déchirés par des querelles de factions et largement considérés comme corrompus.

La victoire du groupe terroriste a conduit à un fragile gouvernement d’unité entre le Fatah et le Hamas. À la suite d’un boycott international, le gouvernement d’unité s’est effondré ; les deux mouvements palestiniens rivaux ont alors mené une lutte sanglante pour la suprématie à Gaza.

Le Hamas a une fois de plus triomphé, ce qui a entraîné un clivage de longue date dans la politique palestinienne : Le Hamas règne sur Gaza, tandis que le mouvement Fatah d’Abbas contrôle la Cisjordanie. La peur et la méfiance entre les deux principales factions – combinées au désir de ne pas perdre le pouvoir – ont torpillé toutes les tentatives d’élections de ces 15 dernières années.

Un diplomate d’un pays arabe a déclaré au Times of Israel qu’Amman et Le Caire ne sont toujours pas convaincus que les élections auront effectivement lieu. Mais si elles ont lieu, il n’y a guère de raison de penser que le Hamas n’obtiendra pas de nouveaux scores, a déclaré le diplomate.

« Les Jordaniens et [les Égyptiens] ne pensent pas que cela va finir par se produire, mais si c’est le cas, c’est la même configuration qu’en 2005-2006, donc il est clair que le résultat sera le même. C’est ce qui nous préoccupe », a déclaré le diplomate au Times of Israel.

Des partisans palestiniens du mouvement Fatah manifestent dans la ville d’Hébron, en Cisjordanie, le 5 juin 2020. (Hazem Bader/AFP)

Comme en 2006, le mouvement Fatah d’Abbas est profondément divisé et le président de longue date est confronté à des rivaux à tous les niveaux : Marwan Barghouti, condamné pour terrorisme palestinien et emprisonné, Mohammad Dahlan, soutenu par les Émirats, et Nasser al-Qidwa, neveu de l’ancien président de l’AP Yasser Arafat, qui s’est révélé être un critique virulent d’Abbas.

Ces dernières semaines, les hauts responsables du Fatah se sont lancés des piques sur les médias sociaux. Une visite très médiatisée d’un haut responsable de l’AP, Hussein al-Sheikh, à Barghouti – qui aurait tenté de le convaincre de ne pas se présenter – n’a pas semblé porter ses fruits.

En 2006, la moitié des sièges législatifs ont été disputés district par district. Le Fatah a vu plusieurs candidats se présenter l’un contre l’autre dans de nombreux districts, divisant le vote et donnant une victoire au Hamas.

Des partisans palestiniens du Hamas assistent à un rassemblement marquant le 25e anniversaire de la fondation du mouvement islamiste dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 14 décembre 2012. (Issam Rimawi/Flash90)

Les responsables du Fatah qui se sont entretenus avec le Times of Israel ont déclaré que les Égyptiens étaient « préoccupés » par une victoire du Hamas, compte tenu des dissensions au sein du Fatah.

« L’Égypte a certainement des appréhensions. Ils sont préoccupés par l’unité du Fatah », a déclaré Azzam Al-Ahmad, membre du Comité central du Fatah, lors d’un appel téléphonique fin février.

Mais le haut fonctionnaire palestinien Ahmad Majdalani a fait valoir qu’une nouvelle loi électorale – qui choisit la représentation parlementaire uniquement en fonction d’un vote populaire national – empêcherait un raz de marée du Hamas.

« La nouvelle loi électorale empêche tout camp d’obtenir une majorité aux élections législatives. Chaque faction devra faire des alliances – soit dans le cadre des élections, soit après », a expliqué M. Majdalani.

Nous sommes tous des frères d’armes

Les hésitations de l’Égypte et de la Jordanie s’expliquent en partie par la lutte de pouvoir à plusieurs niveaux qui secoue la région. Le Hamas est résolument dans le camp du Qatar et de la Turquie, qui se sont fréquemment opposés aux alliés de l’Égypte et de la Jordanie – les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

Mais la Jordanie et l’Égypte ont également des histoires entremêlées avec le Hamas, qui, jusqu’à récemment, faisait officiellement partie des Frères musulmans et est toujours largement aligné sur le groupe islamiste.

« Leur inquiétude est que le Hamas gagne les élections, ce qui compliquera la situation régionale », a déclaré Majdalani, qui a participé à une série de négociations récentes entre les factions palestiniennes.

Des Palestiniens se rassemblent dans la ville de Gaza pour faire la fête après que les factions palestiniennes rivales du Hamas et du Fatah ont conclu un accord pour mettre fin à une scission de dix ans, à l’issue de pourparlers sous la médiation de l’Égypte, le 12 octobre 2017. (AFP Photo/Mahmud Hams)

Le régime actuel de l’Égypte, dirigé par Abdel Fattah al-Sissi, est arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État militaire contre un gouvernement dirigé par les Frères musulmans. Au cours des années qui ont suivi, le gouvernement de Sissi a poursuivi sans relâche la Confrérie dans son pays, la considérant comme une menace existentielle.

Parallèlement, l’Égypte et le Hamas ont été contraints de se concerter. L’Égypte contrôle le très important point de passage de Rafah vers Gaza, et l’ouvre ou le ferme régulièrement pour exercer une pression sur le Hamas.

« L’Égypte s’accommode du statu quo. Ils n’aiment pas le Hamas, idéologiquement. Mais l’Égypte a aussi obtenu tout ce qu’elle voulait sur la sécurité des frontières, les tunnels, l’éradication des islamistes radicaux, etc », a déclaré un analyste politique égyptien, qui a décrit la relation Égypte-Hamas comme un « fait accompli ».

Le responsable du Fatah, Azzam Al-Ahmad, (à gauche), en visite à Moscou, en Russie, le 12 février 2019. (AP Photo/Pavel Golovkin)

À Amman, la branche jordanienne des Frères musulmans, alliée au Hamas, a longtemps constitué la plus sérieuse opposition organisée au roi Abdallah II. La monarchie a cherché à se débarrasser des islamistes, notamment en interdisant formellement le parti l’année dernière.

Un responsable palestinien a affirmé que la Jordanie et l’Égypte s’opposaient à la participation du Hamas aux élections palestiniennes, craignant que cela n’accroisse la pression exercée sur eux pour affranchir les Frères musulmans.

« Les Égyptiens et les Jordaniens s’inquiètent de voir les Frères musulmans acquérir une légitimité dans le système palestinien, car cela pourrait inciter les États-Unis à pousser leurs propres gouvernements à autoriser de la même manière les Frères musulmans à participer à leur système électoral », a déclaré le fonctionnaire au Times of Israel.

Au-delà d’une victoire symbolique pour les Frères musulmans dans leur pays, l’octroi d’une plate-forme au Hamas en Cisjordanie pourrait également poser un problème de sécurité à la frontière jordanienne, qui jouxte la Cisjordanie, a déclaré M. al-Omari.

« Pour les Jordaniens, la principale préoccupation est d’avoir le Hamas en Cisjordanie. Ce n’est pas ce qu’ils veulent d’un point de vue politique ou sécuritaire. Pour eux, c’est une question de sécurité nationale, de sécurité des frontières », a déclaré al-Omari.

Des manifestants palestiniens brandissent une clé géante lors d’une manifestation devant l’ambassade d’Israël à Amman, en Jordanie, le 15 mai 2014. (AP/Mohammad Hannon)

Les deux pays craignent également qu’une victoire du Hamas ne refroidisse les efforts de Ramallah pour renouer ses relations avec Washington.

L’AP a coupé les liens officiels avec Washington en 2017 après l’annonce par l’ancien président Donald Trump du déménagement de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

La Jordanie et l’Égypte considèrent que la proposition palestinienne telle qu’elle est actuellement présentée – un vote suivi d’un gouvernement d’unité avec le Hamas – est désastreuse pour toute tentative de l’AP de rétablir ses relations avec le président américain Joe Biden nouvellement élu.

Des officiers de la force de sécurité nationale du Hamas portent une maquette du Dôme du Rocher lors d’un défilé contre les initiatives de sécurité israéliennes sur le mont du Temple, devant le Conseil législatif palestinien dans la ville de Gaza, le 26 juillet 2017. (AP Photo/Adel Hana)

Pour les États-Unis, il est probablement hors de question de fournir une aide ou d’entretenir des relations diplomatiques officielles avec le Hamas, qu’ils classent parmi les organisations terroristes.

« La présence du Hamas dans le système rendrait la chose très compliquée, voire impossible, et leur crainte est que cela nous ramène à une situation similaire à celle de 2006. Les Jordaniens et les Égyptiens considèrent la stabilisation des relations américano-palestiniennes comme une étape importante pour la stabilisation de leur voisinage immédiat », a déclaré al-Omari.

Un porte-parole du Département d’État a déclaré que « les États-Unis et d’autres partenaires clés de la communauté internationale ont depuis longtemps été clairs sur l’importance pour les participants au processus démocratique d’accepter les accords précédents, de renoncer à la violence et au terrorisme et de reconnaître le droit d’Israël à exister. »

Bons baisers du Caire

Jusqu’à présent, c’est l’Égypte qui a joué le plus grand rôle pour faire progresser les élections. Un cycle de négociations électorales a été mené sous l’œil attentif des services de renseignement égyptiens le mois dernier au Caire. L’Égypte a même ouvert de manière permanente le point de passage de Rafah avec Gaza, pour la première fois depuis des années, en signe de bonne volonté.

Pourquoi Le Caire travaillerait-il si dur pour des élections qui pourraient ne pas avoir lieu – et qui pourraient finir par nuire à ses intérêts ? L’Égypte est confrontée à ses propres défis à Washington : alors que l’administration Trump a fait fi des violations des droits de l’homme, l’administration Biden s’est engagée à sévir.

L’analyste politique égyptien a suggéré qu’en facilitant les pourparlers de paix palestiniens, l’Égypte joue le rôle de diplomate et se montre comme un acteur influent dans la région. Et si les élections n’ont pas lieu, tant mieux.

« Cela fait partie de la tentative égyptienne de redémarrer les relations avec Washington… pour se montrer comme un acteur avec ses propres cartes, qui s’engage sur les questions », a déclaré l’analyste politique égyptien.

De plus, l’Égypte garde jalousement son rôle de médiateur dans l’interminable brassage diplomatique palestinien. La plupart des pourparlers de réconciliation palestiniens qui ont échoué ces dernières années se sont déroulés sous l’égide de l’Égypte – un souvenir de l’époque où Le Caire était véritablement le cœur diplomatique du monde arabe.

Sur cette photo, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, (à droite), rencontre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 21 avril 2019, au Caire, en Égypte. (Bureau des médias de la présidence égyptienne via AP)

« L’Égypte satisfait toutes les parties – le Qatar ne peut pas jouer ce rôle, car ils sont trop pro-Hamas », a déclaré l’analyste politique égyptien. « Les Émirats sont trop proches de Mohammad Dahlan [rival d’Abbas], et Abbas ne l’acceptera jamais. L’Arabie saoudite est désengagée. L’Égypte satisfait non seulement le Fatah et le Hamas, mais aussi Israël, car ils font confiance aux Égyptiens. »

Mais si Le Caire sert les intérêts de toutes les parties, il n’est pas irremplaçable. Par le passé, les Palestiniens ont mené des pourparlers à Istanbul et à Doha, ce qui avait suscité l’ire des Égyptiens.

« Les Égyptiens craignent que s’ils ne jouent pas ce rôle de rassembleur ou de médiateur, la Turquie et le Qatar prennent le relais », a déclaré al-Omari, en nommant deux des rivaux régionaux de l’Égypte.

Abbas dispose encore de nombreuses portes de sortie pour faire en sorte que les élections palestiniennes prévues n’aient jamais lieu, comme semblent le croire Le Caire et Amman. Mais à mesure que la campagne électorale palestinienne prend de l’ampleur, les deux parties devront peut-être commencer à planifier sérieusement la suite des événements.

« Les Jordaniens et les Égyptiens doivent marcher sur une corde très raide, car personne ne veut être considéré comme opposé aux élections », a déclaré al-Omari. « D’un autre côté, ils ont de sérieuses préoccupations en matière de politique étrangère et de sécurité nationale ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...