Amona : La construction de la nouvelle implantation suspendue pour manque de fonds
Rechercher

Amona : La construction de la nouvelle implantation suspendue pour manque de fonds

Le conseil régional a indiqué avoir dépensé 2,4 M d’euros pour financer le projet pour les évacués d’Amona, mais assure que l’argent public n’est jamais arrivé

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Début des travaux de l'implantation d'Amichai, destinée aux évacués de l'avant-poste d'Amona, le 20 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Début des travaux de l'implantation d'Amichai, destinée aux évacués de l'avant-poste d'Amona, le 20 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La construction de la première nouvelle implantation en un quart de siècle en Cisjordanie a été suspendue, à peine un mois après le début du chantier, en raison d’un manque de fonds.

Le Conseil régional de Binyamin a approvisionné la construction de la nouvelle implantation, présumant qu’il serait indemnisé par l’État, mais indique que le gouvernement n’a pas participé, ce qui cause un gel du projet.

« Le conseil a dépensé près de 10 millions de shekels [2,4 millions d’euros] de ses fonds propres. Étant donné que tous ces fonds ont été utilisés, et que l’argent promis par le ministère de la Défense n’est jamais arrivé, les travaux sur la nouvelle implantation d’Amichai ont été interrompus », a déclaré le conseil dans un communiqué.

Le 20 juin, les ouvriers ont démarré les travaux d’Amichai, qui devrait accueillir les 42 familles qui ont été évacuées d’Amona après que la Cour Suprême a ordonné que leur avant-poste, construit sur des terres palestiniennes privées, soit démoli. La construction avait été saluée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, comme une réalisation de sa promesse.

Evacuation de l'avant-poste illégal d'Amona, au nord-est de Ramallah, le 1er février 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Evacuation de l’avant-poste illégal d’Amona, au nord-est de Ramallah, le 1er février 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

« Aujourd’hui, le chantier commence, comme je l’avais promis, pour la création d’une nouvelle communauté pour les résidents d’Amona. Après des décennies, j’ai le privilège d’être le Premier ministre qui construit une nouvelle communauté en Judée et Samarie », avait tweeté Netanyahu à l’époque, en utilisant la dénomination biblique de la Cisjordanie.

En réponse à l’annonce du gel de la construction, le représentant d’Amona, Avichai Boaron a déclaré dans un communiqué que les résidents sont « choqués et blessés par cet échec ».

Il a ajouté que les évacués craignaient que les ONG de gauche n’interfèrent dans la construction de l’implantation, mais « n’avaient pas imaginé que la bureaucratie aurait empêché la création de la communauté ». Boaron a appelé le Premier ministre et le ministre de la Défense à transférer immédiatement les fonds nécessaires.

Avi Roeh, président du Conseil régional de Binyamin a confié mardi au Times of Israël que la suspension du chantier « n’avait rien à avoir avec un manque de volonté de la part du gouvernement ».

Sans toutefois spécifier les mesures que prendront les futurs résidents si la construction n’était pas relancée, Roeh a prédit que le problème serait résolu d’ici quelques jours.

Le bureau du Premier ministre a déclaré que Netanyahu a ordonné à Yoav Horowitz, chef de cabinet, de s’assurer de la « reprise immédiate » de la construction d’Amichai.

Suite aux directives du Premier ministre, Horowitz s’est entretenu avec les directeurs généraux de la Défense, du Logement et d’autres ministères concernés, afin de permettre une reprise du chantier dans les plus brefs délais, a indiqué le communiqué du bureau du Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...