Anti-Netanyahu, économie, démocratie : Les manifestations continuent en Israël
Rechercher

Anti-Netanyahu, économie, démocratie : Les manifestations continuent en Israël

Des restaurateurs en colère, des Israéliens indépendants des citoyens anti-corruption dits du « drapeau noir » ont défilé dans la capitale et à Haïfa

Les Israéliens manifestent contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu près de la Knesset (le parlement) à Jérusalem, le 21 juillet 2020. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
Les Israéliens manifestent contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu près de la Knesset (le parlement) à Jérusalem, le 21 juillet 2020. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

Des milliers d’Israéliens ont pris part à un rassemblement mardi devant la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem. Certains manifestants s’opposent à la gestion de la crise économique, causée par la pandémie de COVID-19, par le gouvernement tandis que d’autres appellent le Premier ministre à démissionner en raison des diverses poursuites judiciaires dont il fait l’objet.

Des affrontements ont éclaté rue Balfour où est située la résidence de Netanyahu en fin de soirée entre la police et les manifestants. Six d’entre eux ont été arrêtés, selon la Douzième chaîne, qui a jouté que la rue Aza avait été fermée à la circulation.

La manifestation a été organisée par plusieurs groupes : des restaurateurs en colère suite aux nombreuses fermetures qui leur ont été imposées ces derniers mois, des Israéliens indépendants du milieu culturel notamment, qui disent que le soutien du gouvernement a été trop insuffisant et les manifestants anti-corruption dits du « drapeau noir » qui exigent la démission de Netanyahu.

Certains manifestants ont aussi protesté contre une proposition de loi qui permettrait au gouvernement d’instaurer des mesures dans le cadre de la lutte contre le coronavirus sans l’approbation de la Knesset, supprimant de facto un pouvoir de contrôle vital.

De nombreux manifestants ont marché de la résidence du Premier ministre, située rue Balfour, à la Knesset après avoir finalement reçu l’autorisation de la police.

« Nous continuerons à permettre la liberté d’expression et de manifester et nous nous sommes préparés en conséquence, mais dans le même temps, nous n’autoriserons pas les troubles publics et la violation de la loi, et quoi qu’il en soit, nous agirons contre les contrevenants qui désobéissent aux instructions de la police et mettent en danger la santé et la sécurité publiques, » a déclaré la police, qui a également appelé les organisateurs et les manifestants à respecter les directives du ministère de la Santé, à porter des masques et à maintenir une distance de manière à ne pas mettre en danger la santé des autres participants et des policiers.

A LIRE / Israël a besoin d’une politique claire pour sortir de la crise – Economiste

Un petit nombre de partisans de Netanyahu ont organisé une contre-manifestation à proximité et la police a fermé plusieurs routes autour de la résidence du Premier ministre en raison des manifestations.

Des médias en hébreu ont estimé la participation aux divers rassemblements à environ 2 000 personnes en tout.

À proximité de la résidence du Premier ministre, des restaurateurs ont distribué de la nourriture aux passants pour protester contre les restrictions sur les restaurants. Plus tôt dans la journée de mardi, la commission Corona de la Knesset avait annulé une décision du cabinet qui interdisait aux restaurants de servir les clients en salle, les limitant aux plats à emporter et à la livraison.

Quelque 150 restaurateurs ont également manifesté dans la ville du nord de Haïfa contre les fermetures qui leur ont été imposées ces derniers mois.

Les restaurateurs, juifs et arabes et originaires de diverses régions du nord d’Israël, ont bloqué des routes et appelé à des compensations et à la démission du  gouvernement.

Les manifestations de mardi reflètent un mécontentement croissant à l’égard de Netanyahu au sujet de sa gestion de la pandémie et de la crise économique.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Le chômage en Israël est d’environ 21 % – soit 850 000 personnes.

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu près de sa résidence officielle à Jérusalem le 21 juillet 2020 (Crédit : Ahmad Gharabli / AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...