Rechercher

Antisémitisme: La faculté de Californie renomme la bibliothèque Henry Miller Madden

Un groupe de travail a révélé que cet ancien bibliothécaire du campus de Fresno était un sympathisant nazi et un antisémite virulent

La bibliothèque Henry Madden est la troisième plus grande bibliothèque de toutes les universités de Californie. (Crédit : Cary Edmondson via JTA)
La bibliothèque Henry Madden est la troisième plus grande bibliothèque de toutes les universités de Californie. (Crédit : Cary Edmondson via JTA)

J. The Jewish News of Northern California, via JTA — La Conseil d’administration de l’université de l’État de Californie a voté, mercredi, en faveur du changement de nom de sa bibliothèque principale sur le campus de Fresno, mettant un terme à l’hommage rendu à un ancien bibliothécaire resté pendant longtemps à ses fonctions, Henry Miller Madden. Cette décision a été prise à l’issue d’une enquête interne qui a révélé que l’homme avait été un sympathisant nazi et un antisémite virulent.

Le bâtiment sera désigné sous le nom de Bibliothèque d’État de Fresno jusqu’à ce qu’un nouveau nom soit déterminé.

Dans un communiqué envoyé à la communauté du campus, le président de Fresno a fait part de sa gratitude aux 25 membres du conseil d’administration, saluant le résultat du vote. Il a qualifié les écrits de Madden « de profondément blessants et perturbants ».

« C’est une initiative nécessaire et déterminante en faveur de la guérison de notre communauté et de la promotion des valeurs d’inclusion et d’équité qui permettent au campus de Fresno de s’épanouir et de prospérer », a-t-il écrit, ajoutant qu’il chargerait un groupe de travail de trouver un nouveau nom pour la bibliothèque.

« Je pense fermement que le nom d’un bâtiment ou de n’importe quelle structure sur le campus doit se décider en conformité avec nos valeurs communautaires et refléter notre esprit commun à tous, un esprit de découverte, de diversité et de distinction », a-t-il ajouté.

Cette décision a été prise après la recommandation faite de changer le nom du bâtiment par un groupe de travail mis en place par Jiménez-Sandoval. Le groupe a justifié cette recommandation en citant les nombreux écrits antisémites figurant dans les dossiers personnels de Madden.

Par exemple, Madden, évoquant une visite à New York City en 1935, avait écrit : « J’ai passé une bonne vingtaine de minutes à marcher en cherchant en permanence à apercevoir un visage honnête de goy et je ne pense pas en avoir vu un seul ».

« Et quels Juifs ! Bruyants, sales, puants, affreux – des Juifs comme vous n’en avez jamais vus auparavant, absolument différents des Juifs de San Francisco », avait-il écrit dans une lettre à sa mère.

« Les Juifs : Je suis en train de développer une phobie violente et presque incontrôlable à leur égard », renchérissait-il encore dans un courrier adressé à un ami. « A chaque fois que je vois l’un de ces nez de prédateur, ou ces yeux vagabonds et concupiscents, ou ces lèvres baveuses, ou ces pieds plats, ou que j’entends ces voix nasales et geignardes, je tremble de rage et de haine à la fois ».

Dans d’autres écrits, Madden imagine emmener ces Juifs détestés « pieds nus dans un coin reculé du Texas » dans des camps « fermés par des fils électriques barbelés ».

Michael Lukens, président du groupe de travail et qui occupe une fonction au bureau du président du campus de Fresno, a fait cette recommandation après cinq mois d’enquête sur Madden. Le groupe a notamment examiné 53 boîtes d’écrits divers que Madden avait offertes à la bibliothèque en 1980.

Jiménez-Sandoval « voulait examiner l’évolution de ses pensées – si, à un moment ou à un autre de sa vie, il avait en quelque sorte reconnu ses torts et affiché des remords ou des regrets pour les points de vue qu’il nourrissait quand il était âgé d’une vingtaine ou d’une trentaine d’années », a expliqué Lukens. « Nous avons découvert qu’aucun élément ne pouvait laisser penser qu’il avait changé au cours de sa vie ».

Les idées de Madden avaient été révélées au mois de novembre 2021 quand Bradley Hart, professeur-adjoint spécialiste des médias, avait fait un cours sur le sujet. Hart avait retrouvé les écrits antisémites de Madden alors qu’il faisait des recherches pour son livre « Hitler’s American Friends. » Pour sa part, l’université n’avait pas eu connaissance de cette histoire jusqu’à ce cours.

Hart a applaudi le conseil d’administration pour, a-t-il dit, « une avancée importante en faveur de l’inclusivité sur le campus ».

« C’est un moment formidable pour Fresco », a-t-il déclaré. « Nous avons rectifié aujourd’hui une injustice historique ».

Le nom de Madden va disparaître immédiatement non seulement du bâtiment hébergeant la bibliothèque mais aussi du site de l’université, des publicités pour le campus et de la signalétique, a précisé Lukens. Même si ce processus sera complexe et onéreux, il a ajouté que l’université était très attachée à l’idée de le mener à bien.

Jill Fields, professeure d’histoire et coordinatrice et fondatrice du programme d’études juives de l’université, un programme lancé en 2012, a dit avoir été impressionnée par la rapidité de la décision prise par le conseil d’administration.

A l’avenir, a ajouté Fields, l’université devra faire en sorte de faire disparaître toute trace de Madden sur le campus. L’homme avait été bibliothécaire de Fresno pendant 30 ans et la bibliothèque avait pris son nom en 1981.

« Il y a encore davantage à faire », a déclaré Fileds. « C’est une chose de changer un nom et une autre de s’assurer que les élèves et la communauté au sens large continueront à être éduqués sur l’existence et sur la persistance de l’antisémitisme et des autres formes de racisme. »

Une version de cet article a été initialement proposée par J. The Jewish News of Northern California, et elle est reprise ici avec l’autorisation du journal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...