Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Appel d’offres pour une 5e usine d’énergie solaire dans le désert du Neguev

L'usine devra lancer ses opérations au premier trimestre 2027 avec une capacité de 100 mégawatts annuels, aidant à atteindre l'objectif fixé en matière d'énergie renouvelable

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

La vue de la centrale électrique d'Ashalim dans le désert du Néguev, dans le sud d'Israël, le 21 août 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)
La vue de la centrale électrique d'Ashalim dans le désert du Néguev, dans le sud d'Israël, le 21 août 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Israël fait avancer le plan de construction d’une cinquième usine d’énergie solaire à Ashalim, dans le désert du Neguev, alors que le gouvernement s’est fixé un objectif : assurer 30 % de l’approvisionnement en électricité à partir des énergies renouvelables d’ici la fin de la décennie.

Dans un communiqué conjoint qui a été émis jeudi, les ministères des Finances, de l’Énergie et des Infrastructures et l’Autorité israélienne de l’électricité ont lancé l’appel d’offres concernant le champ de panneaux photovoltaïques qui devrait être construit et qui devrait commencer ses opérations au premier trimestre de l’année 2027, générant 100 mégawatts par an. Dans la procédure de pré-qualification, ce sont neuf entreprises qui ont été sélectionnées et elles seront dorénavant en concurrence pour l’appel d’offres, a précisé le communiqué.

Un appel d’offres qui survient alors que la quatrième ferme solaire d’Ashalim, une structure photovoltaïque avec une capacité de 40 mégawatts, a commencé ses opérations au mois de juillet. Deux autres champs solaires, à Ashalim, génèrent 120 mégawatts par an et une structure photovoltaïque fournit, de son côté, 30 mégawatts par an. Ensemble, les quatre structures – deux centrales thermosolaires et deux centrales photovoltaïques – assurent un approvisionnement en électricité de plus de 300 mégawatts par an, ce qui représente moins de 2 % de la demande d’électricité annuelle dans l’économie israélienne.

Les centrales thermosolaires capturent la lumière du soleil, la transformant en chaleur avant de l’utiliser comme électricité. Le système photovoltaïque – c’est celui qui est favorisé actuellement – capture les rayons du soleil et les convertit directement en électricité.

Le fonctionnement des fermes solaires nées d’un partenariat public-privé entre dans le cadre d’un objectif ambitieux qui a été fixé par le gouvernement – celui de répondre à 30 % des besoins en électricité, dans le pays, à l’aide des énergies renouvelables, c’est-à-dire de l’énergie solaire, à l’horizon 2030. Un pourcentage plus élevé que la cible de 17 % qui avait été précédemment fixée par Israël, qui cherche à diminuer l’usage du charbon. L’objectif du gouvernement est de faire en sorte que l’électricité provenant des énergies renouvelables représente 25 % de la consommation totale en électricité en 2025 – elle ne représente actuellement que 10 %.

Israël cherche aussi à dynamiser ses sources d’approvisionnement énergétique pour préparer au mieux l’adoption massive des véhicules électriques sur les routes du pays et la transition vers le transport vert dans les prochaines années, ce qui devrait peser sur son réseau électrique.

Une image de la centrale électrique solaire d’Ashalim dans le désert du 19 juin 2018. (Miriam Alster/FLASh90)

Alors qu’aujourd’hui, le système des transports consomme moins de 1 % de la demande en électricité dans le pays, il devrait, d’ici 2030, représenter environ 6 % de la demande totale, selon les estimations du gouvernement. Et avec l’intégration pleine et entière des véhicules électriques dans le réseau d’électricité du pays, il devrait représenter 15 % de la demande totale à l’horizon 2050.

« Comme les autres pays du monde, l’économie israélienne doit relever le défi de la demande croissante en électricité tout en poursuivant ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de respect des cibles fixées par le gouvernement en matière d’énergie renouvelable », a commenté le comptable-général Yali Rothenberg. « Israël a un fort potentiel de production d’électricité à partir de l’énergie solaire, à une échelle qui est importante, et nous devons réaliser ce potentiel avec détermination en faisant la promotion de projets d’énergie renouvelable tels que celui-ci. »

Sous le modèle de partenariat public-privé, le développeur est responsable de la planification, du financement, de la construction et des opérations de l’usine solaire pendant une période de 25 ans. L’usine revient ensuite à l’État.

Le gouvernement fait actuellement avancer des projets supplémentaires – notamment la création d’un complexe solaire d’une capacité de 300 mégawatts à proximité de la ville de Dimona. Ces projets, tous ensemble, pourraient aider à fournir plus de 700 mégawatts par an.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.