Appel du BDS à supprimer Fauda : Hollywood soutient Netflix
Rechercher

Appel du BDS à supprimer Fauda : Hollywood soutient Netflix

L'industrie du divertissement insiste sur le fait que la série israélienne offre une représentation nuancée des problèmes liés au conflit israélo-palestinien

L'équipe de 'Fauda',' la série consacrée à des agents sous couverture en Cisjordanie, co-créée par Avi Issacharoff, qui écrit pour le Times of Israel (Crédit : Ohad Romano)
L'équipe de 'Fauda',' la série consacrée à des agents sous couverture en Cisjordanie, co-créée par Avi Issacharoff, qui écrit pour le Times of Israel (Crédit : Ohad Romano)

Plus de 50 cadres de l’industrie du divertissement ont signé une lettre en faveur de Netflix, après que le mouvement BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) contre Israël a menacé de poursuivre la plate-forme de diffusion en ligne pour sa distribution de la la série dramatique israélienne « Fauda ».

La série se concentre sur une unité de commando de l’armée israélienne dont les membres s’infiltrent dans la communauté palestinienne pour recueillir des renseignements et pour prévenir les attaques terroristes. Fauda est un mot arabe qui signifie « chaos ». La série comprend des dialogues à la fois en arabe et en hébreu. Elle est diffusée sur Netflix avec des sous-titres en anglais. Netflix devrait sortir sa deuxième saison de la série le mois prochain.

La lettre envoyée à Ted Sarandos, chef de contenu de Netflix, et à Peter Friedlander, vice-président des séries originales, a salué « Fauda » qui offre « une représentation nuancée des problèmes liés au conflit israélo-palestinien », a rapporté Variety. La lettre a également précisé que la série, « reflète le pouvoir des arts en général. Les arts évoquent des conversations difficiles mais importantes, élargissent nos horizons et nous permettent d’expérimenter différents points de vue. »

Parmi les signataires de la lettre, selon Variety, il y a Rick Rosen, directeur de la télévision de WME, Marty Adelstein, PDG de Tomorrow Studios, Gary Ginsberg, vice-président exécutif du marketing d’entreprise et des communications de Time Warner Inc ., Jody Gerson, président et chef de la direction de Universal Music Publishing Group, Neil Jacobson, président de Geffen Records et Ben Silverman, président et co-PDG de Propagate Content.

Le mouvement BDS a publié une déclaration sur son site la semaine dernière dans le cadre de la campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël. Il a appelé Netflix à « renoncer à » la série, la qualifiant d’ « outil de propagande israélien, avec du racisme anti-Arabe et glorifiant les crimes de guerre de l’armée israélienne contre le peuple palestinien. Ne pas le faire [supprimer Fauda] fera peser sur Netflix une pression populaire non violente, et une éventuelle responsabilité légale. »

Plus précisément, le mouvement exige que Netflix suspende la production de la saison trois de la série, s’abstienne de sortir la saison deux et supprime la première saison de la base de données de son service de streaming.

La déclaration a également précisé que la série « promeut et légitime les actes de violence commis contre les Palestiniens dans le territoire palestinien occupé par les escadrons de la mort de l’armée israélienne — les ‘Mistaravim’. Les auteurs de la série, qui étaient membres dans ces unités, ont fondé la série sur les crimes de guerre commis par ces équipes sur les Palestiniens. »

La série a été créée par le journaliste du Times of Israel Avi Issacharoff et l’acteur Lior Raz, qui joue également dans la série. Les deux hommes ont servi dans l’unité de l’armée israélienne évoquée dans la série.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...