Après l’accord avec Bahreïn, Israël veut l’ouverture rapide d’une ambassade
Rechercher

Après l’accord avec Bahreïn, Israël veut l’ouverture rapide d’une ambassade

Les ministres des Affaires étrangères ont parlé au téléphone des intérêts communs des deux pays ; selon un responsable, Jérusalem veut sous peu une présence diplomatique à Manama

Le ministre des Affaires étrangères israéliens Gabi Ashkenazi et son homologue bahreïni Abdullatif bin Rashid Al Zayani, tels qu'ils sont apparus dans un tweet émis par le ministère des Affaires étrangères du Bahrein après leur premier entretien téléphonique rendu public, le 12 septembre 2020 (Crédit :  Twitter)
Le ministre des Affaires étrangères israéliens Gabi Ashkenazi et son homologue bahreïni Abdullatif bin Rashid Al Zayani, tels qu'ils sont apparus dans un tweet émis par le ministère des Affaires étrangères du Bahrein après leur premier entretien téléphonique rendu public, le 12 septembre 2020 (Crédit : Twitter)

24 heures après l’annonce de l’établissement de relations diplomatiques entre Bahreïn et Israël, un haut-responsable du ministère des Affaires étrangères a indiqué, samedi, que Jérusalem œuvrerait à ouvrir une ambassade à Manama dans un avenir proche.

« Nous allons faire en sorte d’ouvrir dans les meilleurs délais une ambassade à Bahreïn », a commenté cet officiel, qui a conservé l’anonymat, auprès de plusieurs médias.

Les ministres des Affaires étrangères des deux pays, Gabi Ashkenazi pour l’Etat juif et Abdullatif bin Rashid Al Zayani pour le petit pays du Golfe, se sont entretenus samedi par téléphone, échangeant leurs vœux et débattant de l’importance du développement des relations dans différents domaines et en soutien à des intérêts communs.

Cet appel de haut-rang a été le premier à être ouvertement reconnu. Les détails de la discussion ont été précisés par le Bahreïn sur Twitter.

Dans un communiqué ultérieur, Ashkenazi a salué « un tournant important dans les efforts de normalisation des liens entre Israël et les nations de la région ».

Il a expliqué avoir dit à Al Zayani qu’il attendait « vivement de pouvoir continuer à travailler de concert » avec le royaume pour permettre « des succès pour nos deux pays, au bénéfice de nos citoyens ».

« Ce sont eux qui doivent se trouver au cœur de notre travail », a-t-il ajouté.

Al Zayani doit signer une « déclaration de paix » aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu mardi, à la Maison Blanche, officialisant l’établissement de liens diplomatiques normalisés entre les deux pays après l’annonce de ce nouveau pacte par le président Donald Trump, vendredi. Cette cérémonie, à Washington, avait été prévue pour marquer l’accord de normalisation conclu entre les Emirats arabes unis et l’Etat juif et le Bahreïn a dorénavant décidé d’établir des relations diplomatiques avec ce dernier, ce que Trump a qualifié « d’autre avancée historique ».

Selon la chaîne Kan, en plus de la mise en place d’ambassades et de la nomination d’envoyés, les deux pays ont aussi convenu de mettre en place des vols directs, ainsi qu’un certain nombre d’initiatives dont la nature n’a pas encore été précisée. Au début du mois, le Bahreïn avait annoncé avoir ouvert son espace aérien aux vols israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...