Rechercher

Après s’être battus contre les pirates somaliens, la marine indienne arrive à Haïfa

Trois navires sud-asiatiques ont amarré au port de Haïfa pour commémorer 25 ans de relations bilatérales

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un canon du navire de l'INS Trishul, accosté à Haïfa, dans le cadre d'une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Un canon du navire de l'INS Trishul, accosté à Haïfa, dans le cadre d'une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

HAIFA – Après avoir combattu les pirates au large de la Somalie, trois navires de la marine indienne sont entrés dans les eaux israéliennes cette semaine pour trois jours d’entrainement, de tourisme et de rencontres avec des délégués de la marine israélienne.

Les navires, l’INS Trishul, l’INS Mumbai et l’INS Aditya, ont atteint le port mercredi et resteront à quai sur la partie civile du port de Haïfa jusqu’à vendredi, selon l’équipage.

La visite de la flotte occidentale de la marine indienne, dirigée par le contre-amiral RB Pandit, marque le 25ème anniversaire des relations entre Israël et la nation sud-asiatique. En juillet, le Premier ministre Narendra Modi se rendra également en Israël pour une courte visite, pour célébrer cette occasion.

Bien qu’ils soient très différents sur de nombreux points, Israël et l’Inde partagent des préoccupations d’un point de vue naval, notamment la menace d’attentat terroriste par la mer, comme celle qui s’est produite à Mumbai en 2008, et la nécessité de sécuriser des eaux économiques, selon Sunil Kumar Roy, qui commande l’INS Mumbai, un contre-torpilleur.

De gauche à droite, le capitaine Sanjay Sachdeva, l'attaché de la Défense Tejpal Singh, l'ambassadeur indien Pavan Kapoor, le contre-amiral RB Pandit et le capitaine Sunil Kumar Roy devant l'INS Trishul, sur le quai à Haïfa, dans le cadre d'une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
De gauche à droite, le capitaine Sanjay Sachdeva, l’attaché de la Défense Tejpal Singh, l’ambassadeur indien Pavan Kapoor, le contre-amiral RB Pandit et le capitaine Sunil Kumar Roy devant l’INS Trishul, sur le quai à Haïfa, dans le cadre d’une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

« Nous ne sommes pas proches, mais nous avons des inquiétudes communes dans le domaine maritime. Nous sommes tous les deux intéressés à maintenir l’ordre en mer, et l’aspect du terrorisme qui affecte la sécurité de la nation depuis la mer », a déclaré Pandit aux journalistes, à bord du Trishul.

« Nous nous sommes rencontrés régulièrement au fil des ans, et nous cherchons à apprendre l’un de l’autre », a-t-il dit.

Israël et l’Inde se sont associés pour créer le système de défense Barak 8, qui peut être installé sur un navire ou sur la terre ferme.

« Nous vivons au cœur d’un voisinage difficile », a expliqué Pandit, qui sans le savoir, a fait écho à une phrase à laquelle les dirigeants israéliens ont régulièrement recours pour décrire l’impasse géopolitique dans lequel se trouve le pays.

Pour Israël, l’arsenal de défense anti-missile sert principalement à contrer le missile anti-navire russe Yakhont.

Pandit n’a pas souhaité préciser de quelles menaces précises Barak 8 devait les protéger, et a simplement indiqué que le système est « à la fois anti-aérien et antimissile ».

L'ambassadeur indien Pavan Kapoor et le contre-amiral RB Pandit, sur le pont de l'INS Trishul, accosté à Haïfa, dans le cadre d'une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
L’ambassadeur indien Pavan Kapoor et le contre-amiral RB Pandit, sur le pont de l’INS Trishul, accosté à Haïfa, dans le cadre d’une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Barak 8 est considéré comme opérationnel en Israël depuis 2015. Selon Pandit, trois des systèmes de défense antimissile ont été installés sur des navires de la marine indienne à ce jour, mais qu’il ne s’agit pas des navires empruntés pour cette visite.

En plus de fournir un sécurité côtière – une mission de première importance suite aux attentats de Mumbai en 2008 – la flotte indienne joue également un rôle dans la lutte contre les pirates, selon l’ambassadeur indien en Israël, Pavan Kapoor.

En route vers Israël, les navires de Pandit en ont fait une démonstration. Ils ont aidé un bateau qui était aux mains de pirates au large des côtes somaliennes.

« Ils ont répondu à un appel et ont aidé à secourir un bateau qui a été retenu en otage par des pirates », a expliqué Kapoor.

Un marin indien monte la garde à bord de l'INS Trishul, accosté à Haïfa, dans le cadre d'une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Un marin indien monte la garde à bord de l’INS Trishul, accosté à Haïfa, dans le cadre d’une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

L’INS Mumbai a dirigé les opérations et le Trishul, une frégate, a aidé en amenant un hélicoptère, a ajouté Pandit. (L’Aditya, un pétrolier, n’a pas participé à l’opération de sauvetage.)

Avant que les navires indiens n’atteignent Haïfa, ils ont participé à un petit exercice avec la marine israélienne, a affirmé Pandit.

Une fois dans le port, les membres de l’équipage, qui ont passé des semaines à faire le voyage depuis l’Inde via le canal de Suez et dans les eaux israéliennes, ont finalement pu débarquer.

« Cela me procure une grande joie, à moi et à tous mes hommes, d’être ici à Haifa, pour voir cette ville magnifique », a déclaré Pandit.

L’orchestre de la marine indienne s’est produit à Haïfa, tandis que d’autres marins se sont rendus à Tel Aviv pour faire la fête, visiter la plage Gordon et le bar Jimmy Who.

L'orchestre de la marine indienne joue dans un parc au nord de Haïfa, alors que 3 navires sont accostés à Haïfa, dans le cadre d'une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit ; Reuven Cohen/Mairie de Haifa)
L’orchestre de la marine indienne joue dans un parc au nord de Haïfa, alors que 3 navires sont accostés à Haïfa, dans le cadre d’une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit ; Reuven Cohen/Mairie de Haifa)

« Partout où nous avons été, nous avons reçu de la chaleur et de l’affection », a ajouté Pandit.

En plus des réunions professionnelles organisées, les navires indiens ont pu échanger avec leurs homologues israéliens dans une compétition sportive, a raconté Roy.

Pour certains officiers indiens, ce n’était pas leur premier passage en Israël.

Sunil Kumar Roy, à gauche, capitaine de l'INS Mumbai avec un officier à bord de son navire, accosté à Haïfa, dans le cadre d'une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Sunil Kumar Roy, à gauche, capitaine de l’INS Mumbai avec un officier à bord de son navire, accosté à Haïfa, dans le cadre d’une visite officielle de la marine indienne, le 10 mai 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Roy, qui a servi dans la marine indienne pendant près de 30 ans, a raconté qu’il a visité l’État juif il y a 18 mois, avant les tests du système Barak 8.

Il se souvient avoir visité le mémorial de la Shoah de Yad Vashem. Il avait dit fièrement à son guide que l’Inde était l’un des seuls pays sur terre à n’avoir jamais persécuté la population juive.

Pandit n’a pas donné de date quant à la prochaine visite de la marine indienne, mais a répondu en plaisantant qu’ils iraient peut-être un peu plus au sud.

« Mes amis israéliens m’ont dit que la prochaine fois, nous ne devrions pas passer par le canal de Suez, mais que nous devrions aller à Eilat, parce que c’est plus court pour arriver en Israël. La marine israélienne y est aussi », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...