Argent de l’AP gelé : la Ligue arabe appelle Paris à faire « pression » sur Israël
Rechercher

Argent de l’AP gelé : la Ligue arabe appelle Paris à faire « pression » sur Israël

Le gel en question correspond aux sommes versées par l'AP aux proches des terroristes palestiniens responsables d'attentats terroristes à l'encontre d'Israéliens

Les ministres arabes des Affaires étrangères se réunissent au siège de la Ligue arabe au Caire, en Égypte, le 19 novembre 2017. (AP Photo/Nariman El-Mofty)
Les ministres arabes des Affaires étrangères se réunissent au siège de la Ligue arabe au Caire, en Égypte, le 19 novembre 2017. (AP Photo/Nariman El-Mofty)

Le Parlement arabe, institution de la Ligue arabe, a demandé mercredi à la France de faire « pression » sur Israël, qui a décidé de geler une partie des taxes que l’Etat hébreu doit verser à l’Autorité palestinienne (AP) – la partie en question correspondant aux sommes versées par l’AP aux proches des terroristes palestiniens responsables d’attentats terroristes à l’encontre d’Israéliens.

En février, Israël avait annoncé le blocage de 500 millions de shekels (122 millions d’euros) sur le montant total devant être reversé à l’Autorité palestinienne au titre de la TVA et des droits de douane prélevés sur les produits importés par les Palestiniens.

Le président du Parlement arabe, le Saoudien Mishal ben Fahm al-Salami, a demandé à la France de « faire pression sur la puissance occupante (Israël, ndlr) pour qu’elle verse toutes les recettes fiscales et douanières palestiniennes sans aucune déduction » aux Palestiniens, selon un communiqué.

D’après cette instance de la Ligue arabe basée au Caire, Mishal ben Fahm al-Salami a envoyé une lettre au président français Emmanuel Macron et les présidents de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, et du Sénat, Gérard Larcher.

« La France est l’Etat parrain du Protocole de Paris de 1994 » portant sur les relations économiques entre Israël et les territoires palestiniens, a rappelé le président du Parlement arabe.

L’Autorité palestinienne avait annoncé son refus de percevoir l’ensemble des droits de TVA et de douane tant qu’Israël maintiendrait sa décision d’en geler une partie.

Cette sanction a été imposée par l’Etat hébreu suite au versement par l’Autorité palestinienne d’aides financières mensuelles aux familles de Palestiniens emprisonnés ou tués pour avoir commis des attaques anti-israéliennes.

En avril, la Ligue arabe s’était engagée à verser 100 millions de dollars (près de 88 millions d’euros) par mois aux Palestiniens, qui risquent « une crise financière aggravée » selon la Banque mondiale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...