Arrestation d’un suspect du vandalisme de la synagogue réformée de Raanana
Rechercher

Arrestation d’un suspect du vandalisme de la synagogue réformée de Raanana

Roi Efrati, 39 ans, de Bnei Brak, est soupçonné d'avoir commis des dégradations dans la synagogue du mouvement réformé en 2014 et 2016

Graffitis retrouvés sur les mur de la synagogue  réformée Kehilat Raanan à Raanana, le 24 novembre 2016. (Crédit : Yossi Cohen)
Graffitis retrouvés sur les mur de la synagogue réformée Kehilat Raanan à Raanana, le 24 novembre 2016. (Crédit : Yossi Cohen)

Un homme de 39 ans, originaire du centre d’Israël, a été arrêté lundi matin, soupçonné d’avoir vandalisé une synagogue du mouvement réformé à Raanana et d’avoir laissé des notes menaçantes à l’extérieur du domicile de Jérusalem d’un célèbre déontologue et athée israélien, a annoncé la police.

Roi Efrati, âgé de 39 ans et originaire de Bnei Brak, a mené ses actes de haine en 2014 et 2016 et était animé par un mobile religieux, ont fait savoir les forces de l’ordre.

Selon la police, Efrati est lié à des dégradations commises à la synagogue Kehilat Raanan de Raanana en 2014 et en 2016. Lors des derniers actes de vandalisme, des graffitis et des références bibliques avaient été peintes sur le bâtiment et des enveloppes contenant des menaces de mort contre de hauts responsables du mouvement réformé avaient été découvertes devant le bâtiment, ainsi qu’un couteau marqué de références bibliques.

Au mois de janvier 2014, la synagogue Kehilat de Raanana avait fait l’objet d’une attaque similaire et des passages de la bible avaient été peints au même endroit, devant le bâtiment.

La clôture de la maison de Jérusalem d'un philosophe athée a été vandalisée par des extrémistes juifs, le 21 janvier 2016.
La clôture de la maison de Jérusalem d’un philosophe athée a été vandalisée par des extrémistes juifs, le 21 janvier 2016.

La police a également déclaré que le suspect était responsable des notes menaçantes laissées aux abords du domicile du professeur Yaakov Malkin, directeur de Tmura, l’Institut international du judaïsme séculaire et humaniste au mois de janvier 2016.

Un graffiti dépeignant une étoile de David et des références à des passages bibliques avaient été également taggués à la bombe de peinture autour du domicile de Malkin, et une enveloppe contenant un couteau et une lettre de menaces sur laquelle étaient inscrites des références bibliques avaient été retrouvés sur les lieux, selon la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...