Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

« Assez » de ce « cauchemar sans fin », dit Guterres aux portes de Gaza

A Rafah, le patron de l'ONU a appelé Israël à prendre un "engagement solide" pour faciliter l'entrée de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza

Le secrétaire-général des Nations unies Antonio Guterres, au centre, sur le tarmac de l'aéroport al-Arish, près de la frontière avec Rafah, en Égypte, avant sa visite au poste-frontière de Rafah avec la bande de Gaza, le 23 mars 2024. (Crédit :Amr Nabil/ AP Photo)
Le secrétaire-général des Nations unies Antonio Guterres, au centre, sur le tarmac de l'aéroport al-Arish, près de la frontière avec Rafah, en Égypte, avant sa visite au poste-frontière de Rafah avec la bande de Gaza, le 23 mars 2024. (Crédit :Amr Nabil/ AP Photo)

« Le monde en a assez » de « ce cauchemar sans fin », a déclaré samedi le patron de l’ONU Antonio Guterres en l’Egypte, aux portes de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au groupe terroriste palestinien du Hamas depuis plus de cinq mois.

« Je me fais l’écho de la grande majorité du monde qui en a vu assez. Qui en a assez », a dit à la presse M. Guterres depuis le côté égyptien du poste-frontière de Rafah.

« A Gaza, les Palestiniens sont englués dans un cauchemar sans fin », a-t-il ajouté.

Il a déploré les « maisons détruites, les familles et les générations entières disparues ainsi que la faim et la famine qui planent au-dessus de la population ».

Le secrétaire général de l’ONU a de nouveau appelé à un cessez-le-feu.

« Rien ne justifie les attaques horribles du Hamas le 7 octobre (en Israël, qui ont déclenché la guerre, ndlr). Et rien ne justifie la punition collective subie par le peuple palestinien. Maintenant plus que jamais, il est temps d’un cessez-le-feu humanitaire immédiat », a-t-il lancé.

Le secrétaire-général des Nations unies Antonio Guterres, au centre, sur le tarmac de l’aéroport al-Arish, près de la frontière avec Rafah, en Égypte, escorté par le chef égyptien en second de l’armée du Sinaï, (Abdel Rahman, et du ministre égyptien de la Santé Khaled Abdel Ghaffar, à droite, le 23 mars 2023. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Cinq mois et demi d’une guerre dévastatrice ont plongé la bande de Gaza, assiégée et au bord de la famine, dans une situation humanitaire catastrophique.

La guerre a éclaté le 7 octobre quand le Hamas a mené une attaque sans précédent sur le sol israélien qui a entraîné la mort d’environ 1 200 personnes, la plupart des civils.

D’après ces sources, environ 250 personnes ont été enlevées et 130 d’entre elles sont toujours otages à Gaza, dont 33 seraient mortes.

En représailles, Israël a juré de détruire le groupe terroriste du Hamas au pouvoir à Gaza depuis 2007.

Son armée a lancé une offensive qui a fait 32 142 morts à Gaza, selon le dernier bilan du ministère de la Santé de l’organisation – des chiffres invérifiables et qui ne font pas la distinction entre civils et hommes armés.

A Rafah, le patron de l’ONU a appelé Israël à prendre un « engagement solide » pour faciliter l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

« Dans l’esprit de compassion du (jeûne musulman du) ramadan, il est temps de relâcher immédiatement tous les otages » à Gaza, a-t-il dit également.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.