Attentat à Londres : Au moins 4 morts et 40 blessés
Rechercher

Attentat à Londres : Au moins 4 morts et 40 blessés

"Nous privilégions la piste du terrorisme islamiste", a ajouté le haut responsable de la police britannique

Policiers armés déployés devant Carriages Gate, l'une des entrée du Parlement en plein cœur de Londres, après une attaque terroriste, le 22 mars 2017. (Crédit : Daniel Leal-Olivas/AFP)
Policiers armés déployés devant Carriages Gate, l'une des entrée du Parlement en plein cœur de Londres, après une attaque terroriste, le 22 mars 2017. (Crédit : Daniel Leal-Olivas/AFP)

Le bilan provisoire de l’attentat survenu mercredi à Londres est passé de trois à quatre morts, dont un policier et 40 blessés, a annoncé Mark Rowley, le commandant de l’unité anti-terrorisme dans une déclaration devant Scotland Yard.

« Je ne vais pas faire de commentaires sur l’identité de l’assaillant (…) mais nous privilégions la piste du terrorisme islamiste », a ajouté le haut responsable de la police britannique. L’assaillant a également été tué.

Une interne de l’hôpital St Thomas de Londres a qualifié de « catastrophiques » les blessures de plusieurs personnes.

« Un policier a été poignardé et un assaillant présumé touché par balle », a déclaré le responsable de la Chambre des Communes, David Lidington, aux députés, confinés à l’intérieur du parlement « jusqu’à nouvel ordre ».

Scotland Yard a annoncé avoir été appelé à environ 14h40 locales (et GMT) pour un « incident au pont de Westminster lié à des armes à feu ». La police a confirmé un peu plus tard qu’elle considérait que « jusqu’à preuve du contraire », il s’agissait d’un incident « terroriste ».

Un porte-parole de Downing Street a indiqué que la Première ministre Theresa May allait « bien ».

Mme May s’est exprimée devant les députés britanniques en début d’après-midi mais le porte-parole a refusé de confirmer si elle se trouvait encore dans le palais de Westminster ou à proximité quand l’attaque s’est produite.

Plusieurs témoins interrogés par les médias britanniques ont vu un homme franchir les grilles d’entrée du Parlement en courant et en brandissant un couteau.

D’autres témoins ont vu deux personnes étendues par terre devant le Parlement, en plein cœur de Londres.

« Nous étions en train de prendre des photos de Big Ben lorsque tout le monde s’est mis à courir et que nous avons vu un homme d’une quarantaine d’années portant un couteau d’environ vingt centimètres. Ensuite, on a entendu trois coups de feu. Nous avons traversé la rue et avons vu l’homme en sang par terre », a raconté Jayne Wilkinson à l’agence britannique Press Association.

« J’ai clairement entendu des coups de feu. J’ai vu tomber quelqu’un habillé de noir. Je pense que c’était un policier », a déclaré un employé du Parlement à l’AFP.

La personne, qui n’a pas voulu donner son identité, a dit avoir vu la scène depuis son bureau.

Pont de Westminster ‘pas sûr’

Un hélicoptère survole Portcullis House, près du Parlement, en plein coeur de Londres, le 22 mars 2017. (Crédit : AFP PHOTO / Daniel LEAL-OLIVAS)
Un hélicoptère survole Portcullis House, près du Parlement, en plein coeur de Londres, le 22 mars 2017. (Crédit : AFP PHOTO / Daniel LEAL-OLIVAS)

Un hélicoptère de secours a atterri peu après l’incident sur place.

Par ailleurs au moins deux ambulances étaient stationnées près du pont de Westminster, près du parlement, a constaté une journaliste de l’AFP.

La police a dégagé la foule sur le pont, précisant que le lieu « n’était pas sûr ».

Les télévisions britanniques ont par ailleurs diffusé des images d’une voiture emboutie sur les barrières latérales de sécurité du pont de Westminster juste devant le parlement et Big Ben.

Les images montraient au moins deux personnes allongées par terre et soignées sur le pont, fermé à la circulation.

La station de métro de Westminster a été fermée, a annoncé un porte-parole de la régie Transport for London.

Au Parlement écossais à Edimbourg, les débats sur un référendum d’indépendance ont été brièvement interrompus pour informer les députés de l’incident à Londres.

Un responsable de la sécurité a précisé que la police écossaise passait en revue la sécurité à Holyrood, le quartier d’Edimbourg où se trouve le Parlement écossais.

Le grand rabbin britannique Ephraim Mirvis fait des prières pour les victimes de l’attaque de Londres.

« Les prières de la communauté juive sont avec les familles des victimes de l’attaque d’aujourd’hui à #Westminster & avec nos braves services de sécurité », a-t-il tweeté.

« Le président vient de parler avec la Première ministre May », a indiqué Sean Spicer porte-parole de l’exécutif américain.

« Nous condamnons l’attaque de Westminster que le Royaume-Uni considère comme un acte de terrorisme et nous saluons la réponse rapide de la police britannique », a-t-il ajouté, assurant Londres du plein soutien de Washington.

Scotland Yard a annoncé début mars que les services de sécurité britanniques avaient « déjoué treize tentatives d’attentat terroriste depuis juin 2013 » au Royaume-Uni.

Le niveau d’alerte terroriste au Royaume-Uni est fixé depuis août 2014 à « grave », le quatrième sur une échelle de 5. A la suite des attentats de novembre 2015 en France, la police avait annoncé le déploiement de 600 policiers armés supplémentaires à Londres, portant leur nombre à 2.800.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...